Le canal Grand Courant, victime d’un ensablement accéléré ces dernières années et dont Week-End a plusieurs fois fait état, a retrouvé sa vitalité. Les travaux de désensablement entrepris par le groupe Sun Resorts ont pris fin depuis peu. L’eau du passage est à nouveau cristalline et l’île aux Cerfs retrouve sa beauté, celle-là même qu’illustrent nos cartes postales pour vendre la destination Maurice aux touristes. Il aura fallu plus de deux ans de procédures et deux mois de travaux avant que cette passe ne retrouve sa vitalité. Reste que pour les plaisanciers de la région, les risques d’ensablement accéléré dans cette partie du lagon demeurent, le sable dans le passage n’ayant pas été suffisamment dégagé… Ils indiquent de même qu’outre un nouvel exercice de désensablement au plus vite, la réouverture du passage aux bateaux de plaisance est un must afin que le canal conserve son grand courant.
La drague suceuse WasteMaster Classic III, utilisée à l’initiative de Sun Resorts pour enlever plus de 20,000 tonnes de sable qui avaient envahi ce canal Grand Courant depuis plusieurs années, a disparu des eaux de Trou d’Eau Douce. Vendredi dernier, une visite à l’île aux Cerfs nous a permis de constater le plaisir que prenaient les touristes à faire trempette dans ce passage. Il y a quelques mois à peine, une odeur nauséabonde s’en dégageait. Aujourd’hui, après deux mois de travaux, la Waterclassic III a libéré la passe bouchée. L’eau turquoise et cristalline invite à l’évasion. L’île aux Cerfs a retrouvé sa beauté. Les nombreux articles de Week-End dénonçant l’ensablement accéléré du canal Grand Courant entre l’île aux Cerfs et l’îlot Mangénie n’auraient finalement pas été vains.
Aujourd’hui, l’île aux Cerfs est à la satisfaction des touristes et Mauriciens qui s’y rendent quotidiennement, mais aussi des plaisanciers. Toutefois, ces derniers, si heureux de constater que le courant passe à nouveau dans le canal, laissent entendre leurs inquiétudes quant aux risques d’ensablement qui planent toujours sur le canal Grand Courant. « C’est une excellente chose que l’eau circule à nouveau dans la passe. Non seulement en terme esthétique, mais aussi écologique. Nous avions longtemps réclamé le désensablement de ce passage et Sun Resorts a réagi correctement, ce qui permettra à Maurice de sauvegarder son image auprès des touristes et contribuera à la progression de notre économie. Aujourd’hui, les touristes sont ravis de se rendre à l’île aux Cerfs », dit Moïse Dardenne, un des principaux opérateurs de bateaux de plaisance à Trou d’Eau Douce.
Selon lui, il n’y a plus de raison pour que les touristes accusent les opérateurs touristiques de publicité mensongère, comme ce fut le cas ces derniers temps. « La vie et les activités à l’île aux Cerfs redémarrent, mais pour combien de temps? », se demande-t-il.
Les risques d’ensablement subsistent
Selon les plaisanciers de la région, « les risques d’un nouvel ensablement, encore plus conséquent, ne sont pas à écarter. » Ils soutiennent que si aujourd’hui, le canal Grand Courant a retrouvé sa vitalité, d’ici peu, le canal qui n’a pas suffisamment été désensablé se retrouvera à nouveau envahi par des tonnes de sable. Davantage encore si un cyclone traverse cette région. « Le canal n’est pas assez profond et pas assez large », disent-ils. Selon eux, il aurait fallu enlever plus d’une dizaine de mètres de sable encore sur la largeur du canal et, en profondeur, enlever plus de 2m50. Initialement, selon les estimations des autorités, le volume de sable qui devait être enlevé de ce passage afin qu’il retrouve sa vitalité et son état primaire s’élevait à 15, 000 m3. Or,  le volume a dû, au vu de l’état du passage Grand Courant, être revu à la hausse et on apprend que quelque 20, 000 m3 de sable aurait finalement été enlevés et servent à la réhabilitation de l’îlot Mangénie, victime d’érosion.
La réouverture du canal aux bateaux de plaisance réclamée
Pour les plaisanciers de Trou d’Eau Douce, il faut que le canal reprenne son état initial au plus vite pour éviter les risques d’ensablement. Autrefois, les travaux de désensablement effectués par Sun Resorts n’auraient servi à rien. Actuellement, le canal fait environ 1m50 en profondeur à marée haute. « Ce n’est pas assez », dit Moïse Dardenne. Il fait ressortir qu’à marée basse, il n’y aura pratiquement pas d’eau dans le canal. Selon lui, si c’est l’aspect sécurité des nageurs qui a été pris en compte pour que les autorités s’arrêtent à 1m5O de profondeur dans cette passe, « ce n’est pas une bonne raison, car le canal Grand Courant n’est pas fait pour la baignade, au contraire. » Comme les pêcheurs de la localité, les plaisanciers réclament que cette passe, décrétée depuis 2008 No activity Zone, leur soit réouverte. Dans une lettre envoyée aux autorités, les plaisanciers, soutenant que la limitation de vitesse étant déjà à 10 noeuds dans cette zone, indiquent qu’il n’existe pas de danger par rapport aux bateaux et affirment qu’il n’y a jamais eu d’accident dans le canal Grand Courant. Selon eux, en redonnant le droit aux bateaux de circuler dans cette zone, cela provoquerait un mouvement des eaux et le passage Grand Courant retrouvera vite son élan et cela éviterait tous ces soucis d’ensablement…