Alors que le NTC Foundation Course (National Trade Certificate) d’une année a pour objectif de préparer les élèves terminant le cycle Prevocational à entrer dans les cours du NTC-level 3 (le premier palier), très peu de ces jeunes ont pu jusqu’ici y avoir accès. À cause de leurs faiblesses au plan académique, les Prevocational School leavers sont devancés par les demandeurs ayant fait des études jusqu’en Forms III, IV et V pour les cours les plus porteurs sur le marché du travail tels Mechanic automobile, refrigeration, electrical. Ces anciens du Prevoc sont aussi confrontés aux portes fermées dans le domaine de l’emploi car ne détenant pas le diplôme du fin d’études primaires. Le ministère de l’Éducation et le BEC qui en ce moment défendent chacun sa vision du secteur Prevocational sont-ils conscients de ces tristes réalités ?
Selon les données officielles du MITD, 75 % à 80 % des élèves de la NTC Foundation réussissent aux examens de fin d’année organisés conjointement par le MES/MITD et 60 % de ces jeunes qui décrochent ce certificat arrivent à s’inscrire à un des cours du NTC — Level 3 (le niveau le plus bas pour accéder aux cours de Levels 4 & 5. « Ils vont obtenir les cours pour lesquels on ne se bouscule pas et qui ne nécessitent pas de gros efforts au plan intellectuel. Ce ne sont pas des cours de leurs choix », selon un Instructor travaillant particulièrement avec des Prevoc students. Il cite en exemple les cours de peinture automobile et murale, de soudure, de cabinet making. Pour les cours en mécanique, électricité, air conditioning/refrigeration de même que pour les cours proposés par l’École hôtelière, ces anciens du Prevoc sont en compétition avec les élèves ayant fait des études secondaires. Or, il y a un examen d’entrée pour sélectionner les élèves aptes à suivre ces cours. « Ce sont des cours qu’ils n’auront jamais parce qu’ils ont des grosses difficultés au niveau du literacy & numeracy. C’est un examen tough pour leur niveau », explique cet Instructor. En outre, poursuit-il, le contenu du NTC Foundation Course ne correspond pas aux aptitudes requises pour de nombreux cours figurant au NTC — level 3 comme par exemple pour la mécanique automobile. « Il y a un examen d’entrée et nous prenons les meilleurs », dit au Mauricien un employé au MITD Ébène par rapport au recrutement d’élèves pour le cours en mechanic automobile.
Face à ces difficultés, il n’est pas rare que ces anciens du Prevoc optent alors pour des cours à temps partiel et payants dans ces mêmes domaines parce qu’ils veulent obtenir le diplôme du NTC — Level 3. « Ils doivent débourser Rs 24 000 pour une année alors que le full-time course est gratuit. C’est injuste parce que la majorité des élèves du Prevoc évoluent dans un environnement familial avec beaucoup de problèmes, notamment au niveau des finances », souligne un responsable d’un centre MITD.
Un des cadres au Head office du MITD à Phoenix reconnaît que les anciens du Prevoc sont pénalisés pour certains cours qui requièrent des aptitudes en écriture, lecture et calcul ainsi qu’une bonne maîtrise de l’anglais. « Je dois avouer que certains cours ne sont pas à la portée des élèves du Prevoc mais ce n’est pas vrai de dire que tous les Prevoc sont automatiquement écartés de ces cours spécifiques. On ne va pas laisser tomber quelqu’un qui aura manqué seulement un point pour réussir à cet examen », rassure ce cadre.
Dans la nouvelle stratégie du ministère de l’Éducation pour la filière Prevocational mise en pratique depuis janvier, le NTC Foundation Course d’une année prend fin en décembre. « Ce n’est qu’un changement dans la forme. Le contenu des cours est réparti sur deux ans soit en 3e et 4e années. Le problème fondamental concernant les aptitudes des élèves Prevoc pour être admis au cours de NTC — 3 reste entier », constate amèrement un responsable d’un centre MITD.
Par ailleurs, ne détenant pas le diplôme du CPE et encore moins celui du NTC — level 3, la grande majorité de ces anciens du Prevoc éprouvent de grandes difficultés à trouver un emploi stable. Le seul certificat que ces jeunes détiennent est celui de la NTC Foundation. Or, ce document n’est qu’une attestation de présence à ce cours. Les portes se referment sur eux là où ils vont. Ces jeunes ne peuvent même pas envisager de postuler pour les fonctions se trouvant au plus bas de l’échelle dans la fonction publique car la Public Service Commission exige au minimum l’acquisition du CPE.
À signaler que depuis plusieurs années des professionnels de l’éducation ainsi que des employeurs ont fait une demande auprès des autorités pour que les trois années d’études au Prevocational soient reconnues comme l’équivalent à l’obtention du CPE.