Avec la prochaine inculpation de Maurice Allet pour le délit de Conspiracy to Pervert the Course of Justice dans le Varmagate, tout semble indiquer que le poste de président du Board de la Mauritius Ports Authority (MPA) serait maudit. Depuis 2000, tous ceux qui ont occupé ces fonctions ont eu des démêlés avec la justice et ce n’est pas Gilbert Philippe, qui l’a échappé belle dans le scandale Boskalis, qui dira le contraire. Les dernières informations disponibles indiquent que Maurice Allet, parti assister à une conférence internationale sur les ports en Europe, est attendu plus tôt que prévu, soit ce week-end selon toute probabilité.
Avec la convocation au QG du Central CID, il existe très peu de chances que Maurice Allet puisse retrouver son bureau dans l’enceinte de la MPA, où le 20 mai dernier il avait reçu pour la première fois Mario Jeannot, le père de Florent Jeannot, victime d’agression physique aux mains de l’ancien Attorney General Yatin Varma, en vue de discuter un arrangement contre le versement d’une compensation. Entre-temps, avec la thèse de tentative d’extorsion évoquée par l’ancien Private Parliamentary Secretary (PPS) Reza Issack, il n’est pas à écarter que des membres de la famille Jeannot, dont le père, Mario, et la mère, Geneviève, soient convoqués pour interrogatoire Under Warning à une étape subséquente de l’enquête.
Après les développements intervenus en fin de semaine, soit avec la première inculpation provisoire dans cette affaire qui défraie la chronique depuis le samedi 4 mai dernier, le Central CID est dans le Waiting Mode pour la prochaine séance d’interrogatoire. Avec un éventuel retour au pays de Maurice Allet dans les prochaines 24 heures, il faudra s’attendre à voir les enquêteurs du CCID enclencher une nouvelle étape dès lundi matin si ce n’est pas plus tôt.
« Nous préférons attendre et ne pas précipiter les choses. Ce matin (samedi), nous allons passer en revue les principaux détails en vue d’élaborer la stratégie pour la prochaine étape. Dès son retour au pays et après un délai moral, soit le temps de retain the services of counsel, nous nous attendons à entamer l’interrogatoire de Maurice Allet », indiquait-on de sources policières autorisées en fin de journée hier.
Si le premier contact entre Maurice Allet et Mario Jeannot se déroulant dans les locaux de la MPA le 20 mai dernier devrait intéresser les hommes des ACP Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi, le rendez-vous matinal dans l’enceinte d’une écurie du Mauritius Turf Club au Champ-de-Mars le 27 mai revêt toute son importance quant aux grandes lignes de la proposition du deal en vue de régler le problème d’agression impliquant Yatin Varma après l’accident de la route à Sodnac le 4 mai dernier.
Tractations sur le montant du deal
Maurice Allet sera confronté à des détails de l’arrangement envisagé et discuté avec Yatin Varma au préalable. Pour les besoins de confirmation de ces éléments, le Central CID devra soumettre la mémoire du téléphone cellulaire du président de la MPA à un examen méticuleux. Car lors de cette rencontre Maurice Allet/Mario Jeannot en présence de Florent Jeannot, Maurice Allet et Yatin Varma auraient échangé au moins deux appels téléphoniques.
Le premier objectif de ce rendez-vous dans l’enceinte d’une écurie du MTC était de s’assurer qu’aucune des parties en présence ne fasse dérailler le processus avec des déclarations à la presse. Maurice Allet fait comprendre à Mario Jeannot que le message de Yatin Varma était : « Mo pa pou al fer nanyen, ki nou inn deal. Ki papa inn koz ar mwa ek mo inn koz ar li… C’est une question de timing. Beh ! Rassure zot ki mwa mo pa pou fer okenn deklarasion kont la famille Jeannot ek ki zot ousi zot na pas koz avek personn. »
Déjà à cette même date du 27 mai, des tractations étaient axées sur le montant du deal proposé par l’ex-Attorney General depuis le 20 mai, selon la version des faits de Mario Jeannot à la police. Lors d’un des échanges téléphoniques ce même jour entre Maurice Allet et Yatin Varma, des propos sont attribués au président de la MPA à l’effet que « mo finn koz lor la que le deal est ok. Ki nou pas pou sanzé. Sel soz, est-ce qu’on peut revoir le chiffre ? To konpran… »
Avec les éléments versés dans le dossier à charge par l’ancien PPS Reza Issack pour assurer sa défense, des membres de la famille Jeannot devront être contre-interrogés par le Central CID au sujet d’éventuel délit d’extorsion au préjudice de Yatin Varma. À ce stade, la police n’a pris aucune décision quant au calendrier pour cette étape, préférant se concentrer sur les explications de Maurice Allet et de Yatin Varma au cours de la semaine prochaine.
L’avocate Rubina Jaddoo, dont les services ont été retenus par Florent Jeannot, pourrait également se retrouver sur les bancs des témoins de cette affaire de complot pour entrave à la justice. Les enquêteurs ont tenté d’obtenir confirmation d’un contact entre Yatin Varma et Me Jaddoo à cet effet. À cette question, Reza Issack a répondu qu’il n’était nullement au courant.