Une soixantaine de pêcheurs ont unanimement rejeté mercredi une proposition des ministres Mahen Seeruttun et Prem Koonjoo, les invitant à s’engager eux aussi dans l’aquaculture. C’était au centre multicomplexe de Bambous Virieux mercredi, dans le cadre d’une rencontre sollicitée par les pêcheurs pour exprimer leur opposition à l’extension de la Ferme Marine de Mahébourg.
« L’aquaculture n’est pas durable, elle détruit l’écosystème marin de nos lagons, elle tue l’océan, elle ne permet pas aux poissons de se repeupler, elle bloque la navigation au sein des lagons et plus grave encore, l’aquaculture empêchera les générations futures de pêcheurs de gagner leur vie, car il n’y aura plus de poisson. » C’est en ces termes que les pêcheurs de la région de Bambous Virieux ont répondu aux ministres Mahen Seeruttun et Prem Koonjoo (députés de l’endroit). Les pêcheurs s’opposent à la proposition ministérielle leur demandant de s’engager eux aussi dans l’aquaculture, et ce, dans le cadre de la politique du gouvernement de promouvoir ce secteur économique.
Le gouvernement n’a pas tenu sa promesse
Ivor Souci, porte-parole des pêcheurs, déplore que le gouvernement de l’Alliance Lepep n’ait pas tenu sa promesse faite lors de la campagne électorale de décembre dernier. En effet, les dirigeants politiques avaient déclaré vouloir annuler la politique de l’ancien régime qui consistait à encourager l’aquaculture. « Zot ti dir zot pou okip problem peser landrwa. Aujourd’hui nous constatons que le gouvernement est plus préoccupé par les problèmes de promoteurs d’aquaculture?! », s’indigne-t-il.
Au cours de cette réunion de mercredi, les pêcheurs ont remis aux deux ministres-députés un document déclinant leurs objections contre la promotion de l’aquaculture à Maurice et contre le projet d’extension de la Ferme Marine de Mahébourg.
« L’aquaculture est néfaste pour les écosystèmes marins du lagon, constitue une menace certaine pour les moyens de subsistance des pêcheurs et entrave la libre circulation des bateaux de pêcheurs, car elles se trouvent sur leur passage », dénonce le document.
Pour soutenir leurs arguments, les pêcheurs disent, dans leur document, avoir observé, sous les cages de la Ferme Marine de Mahébourg, une accumulation de nourriture industrielle donnée aux poissons. « Cela provoque une prolifération d’algues, raréfie l’oxygène dans l’eau et crée une zone « morte » autour des cages. En fait, les coraux autour des cages de la FMM sont soit morts ou sont en train de mourir », s’indigne-t-il.
L’aquaculture à Bambous Virieux, poursuivent les pêcheurs, a permis à des poissons exotiques (étrangers) de s’échapper dans nos lagons. Comme ses poissons n’ont pas de prédateurs dans nos lagons, ils se multiplient, mangeant nos poissons indigènes (locaux) ainsi que la nourriture dont ont besoin nos pêcheurs. « Les prises ont chuté de 75 % dans les parages des cages de la FMM », déplorent-ils.
Autre effet néfaste de l’aquaculture : à cause de la haute densité des poissons en cage, les maladies et autres parasites se répandent rapidement parmi eux et contaminent également les poissons libres du lagon. « Pour combattre cette épidémie, on donne aux poissons en cage des antibiotiques qui non seulement se répandent dans les écosystèmes autour des cages, mais se trouvent dans l’assiette des consommateurs », s’alarment-ils.
« Pendant combien de temps encore est-ce que le gouvernement va permettre à la FMM et à l’aquaculture de ruiner nos moyens de subsistance, de polluer nos lagons et menacer notre santé?? Qui le gouvernement doit-il protéger?? Les promoteurs de l’aquaculture ou les Mauriciens qui habitent sur nos côtes?? », se demandent les pêcheurs.
En revanche, les pétitionnaires exhortent le gouvernement à les soutenir dans leurs efforts pour promouvoir la pêche hors lagon « afin de créer des emplois durables dans les villages côtiers de Maurice ». « Dans l’agriculture, les petites plantes obtiennent toutes sortes d’emprunts faciles, de subsides et d’allocations pour acheter des véhicules, des semences et louer des terres. Pourquoi est-ce que l’Alliance Lepep ne fait pas la même chose pour ces centaines de Mauriciens qui travaillent dans le secteur de la pêche?? Pourquoi y a-t-il cette discrimination?? », se demandent-ils.
Les pêcheurs ont ensuite fait des propositions au gouvernement (voir encadré).