Le Fishermen Investment Trust va de l’avant dans son projet de convertir les pêcheurs en pisciculteurs. Avec l’aide de la Food and Agricultural Organisation (FAO) une formation en aquaculture sera dispensée aux associations coopératives et à ceux qui sont déjà engagés dans cette activité.
Avec la baisse des prises de poissons depuis quelques années, le gouvernement veut encourager les pêcheurs à se lancer dans l’aquaculture. Plusieurs projets ont démarré à Trou-d’Eau-Douce et à Grand-Gaube, notamment. L’arrivée d’un expert de la FAO constituera un pas en avant pour l’aquaculture, puisqu’il apportera la connaissance technique, à la fois pour les pêcheurs et les techniciens du Centre de Recherche Pour les Pêches D’Albion.
Deux régions, en l’occurrence, Poste-de-Flacq et Quatre-Soeurs ont été pré-identifiées pour faire partie d’un projet pilote avec la collaboration de la FAO. Des cages à poissons, d’une capacité de 3,5 tonnes, seront installées. Le cordonnier sera la principale espèce à être cultivée.
Au cours de son séjour à Maurice, l’expert de la FAO fournira des conseils sur la construction et la conception des cages, ainsi que des formations pratiques aux deux associations coopératives concernées. Quant aux entrepreneurs déjà engagés dans l’aquaculture à petite échelle, ils auront droit à un séminaire technique.
Le Centre de Recherche Pour les Pêches D’Albion prendra par la suite le relais pour accompagner les pêcheurs dans cette activité. Il fournira les alevins destinés à l’aquaculture ainsi que l’assistance technique gratuite pendant le premier cycle d’élevage pour tous les nouveaux agriculteurs.
Le Fishermen Investment Trust a également le soutien du projet SmartFish, financé par l’Union européenne et géré par la Commission de l’océan Indien, pour le développement de l’aquaculture à Maurice.