Une soixantaine d’habitants du sud-est de l’île rassemblée dans le Regroupman Peser Bambous, ont débattu en début de semaine sur le projet d’agrandissement de la Ferme Marine de Mahébourg, auquel ils sont farouchement opposés. Stephan Gua, membre de Rezistans ek Alternativ, soutient que si ce projet d’agrandissement se concrétise, « nos lagons en subiront de lourdes conséquences ».
« Nous devons faire comprendre aux Mauriciens que l’aquaculture dans nos lagons représente un danger pour leur écosystème », affirme Stephan Gua. La Ferme Marine de Mahébourg existe depuis 2002 et déjà, soutient Stephane Gua, « il y a danger ». Récemment, les promoteurs de La Ferme Marine de Mahébourg ont procédé à l’agrandissement de ce projet d’aquaculture. Stephan Gua relate que « la nourriture déversée dans nos lagons pour nourrir ces poissons est polluante. Il y a les déjections des poissons qui sont également nuisibles à l’environnement. De plus, les promoteurs importent certaines espèces, dont le bar, qui ne peuvent être mélangées aux poissons qui se trouvent dans nos lagons ».
Parmi d’autres problèmes dénoncés par Stephan Gua concernant l’aquaculture, figurent les grands filets dont se dote cette ferme et qui font l’objet d’attaques de requins. « La manière dont ces filets sont disposés gêne le mouvement des autres pêcheurs et ne facilitent pas le va-et-vient de ces derniers à bord de leurs pirogues ».
Au cours de la rencontre du Regroupman Peser Bambous au Multi-Complex Hall de Bambous-Virieux, plusieurs thèmes liés à la pêche ont été abordés. Selon Stephan Gua, « il existe plusieurs alternatives qui présentent moins de risques et qui sont moins polluantes pour notre environnement ». Parmi, l’aquaculture à l’intérieur des terres, la dotation de moyens plus important pour permettre aux pêcheurs de mieux se structurer et d’être plus productifs.
Stephan Gua ajoute que le ministère de la Pêche va vers un modèle d’aquaculture intralagon. « Nous demandons au ministère de la Pêche d’opter pour des modèles écologiques qui correspondent au respect de la nature et de nos lagons ».
Une coalition nationale qui s’est formée pour débattre de l’aquaculture et ses dangers comprend des citoyens engagés et divers mouvements, dont Eco-Sud, Rezistans ek Alternativ, le Center For Alternative Research and Studies, le Syndicat des Pêcheurs et le Regroupman Peser Bambous. La coalition se penche sur la possibilité de rédiger un rapport d’expert sur la Ferme Marine de Mahébourg afin de démontrer les dangers de l’aquaculture.