Le centre d’arbitrage et de médiation de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) veut se positionner comme une instance capable de répondre aux besoins des opérateurs économiques africains et étrangers, et ce en travaillant en partenariat avec d’autres centres d’arbitrage d’Europe, des États-Unis, d’Asie et d’Afrique.
Cette stratégie sera évoquée lors d’une conférence de haut niveau qu’organisera la chambre le 11 mai prochain sur le thème “Arbitration : It’s Time for Africa !”. Le centre d’arbitrage de la MCCI (MARC) a fait appel à plusieurs intervenants de renom pour animer cette conférence, qui devrait réunir une centaine de participants, la majorité étant des experts internationaux en matière d’arbitrage ainsi que des juristes.
Les discussions seront menées par des représentants de l’American Arbitration Associaton/International Center for Dispute Resolution, du Singapour International Centre, l’International Chamber of Commerce International Court of Arbitration et des centres d’arbitrage d’Afrique du Sud, du Rwanda, du Maroc et de la Côte d’Ivoire, entre autres.
Du centre d’arbitrage de la MCCI, Barlen Pillay indique que cette conférence sera une occasion pour les participants d’être sensibilisés sur les réglementations en cours dans différents pays, des possibilités d’échanges d’arbitres ainsi que de la collaboration qui peut être développée par les différents réseaux à travers le monde. « La tenue de la conférence est en ligne avec la stratégie africaine de Maurice », relève Barlen Pillay. Ainsi, la conférence donnera l’occasion au centre d’arbitrage de Maurice de faire valoir ses compétences locales et sa compétitivité. « Mais le plus important, soutient Barlen Pillay, c’est la promotion de meilleures pratiques en matière d’arbitrage et de résolution des litiges commerciaux » en Afrique, et plus spécifiquement à Maurice.
Par ailleurs, Barlen Pillay évoque le développement économique que connaît le continent africain, mais observe que ce décollage économique entraîne aussi « de nombreux défis » en termes de sécurité et de stabilité. « And arbitration, especially institutional arbitration, hand in hand with the judiciary, has a key role to play to cope with at least these two challenges », fait-il ressortir.