Le ministre des Arts et de la Culture s’est appesanti hier sur l’état inapproprié des bâtiments abritant les Archives nationales à Coromandel et la Bibliothèque nationale à Port-Louis. Mookhesswur Choonee estime que depuis 1980, les différents gouvernements qui se sont succédé n’ont rien fait pour changer la situation. Il lance ainsi un appel au public de « don’t blame any government ». C’était à Coromandel lors du lancement du nouveau site internet des Archives nationales qui, valeur du jour, met 5 % de ces fonds à la disposition du public en ligne. Pour M. Choonee, « c’est un jour historique ».
« Please don’t blame any governement », a lancé Mookhesswur Choonee. Le ministre des Arts et de la Culture est d’avis qu’aucun des gouvernements au pouvoir qui se sont succédé jusqu’ici n’a fait quoi que ce soit pour changer la situation concernant l’état du bâtiment des Archives nationales à Coromandel et celui abritant la Bibliothèque nationale à Port-Louis. « We have inherited the building », affirme-t-il en précisant que son ministère a reçu beaucoup de reproches à cause de cette situation.
« Everybody knows that this building is not conductive to the archives. It does not satisfy the norms and archive needs », soutient Mookhesswur Choonee. Il annonce que le gouvernement a accordé un lopin de terre au ministère de tutelle dans le triangle de Réduit pour la construction d’un bâtiment adéquat en vue d’accueillir les Archives nationales et la Bibliothèque nationale. Selon lui, l’argent est déjà disponible. Il demande ainsi aux Archives nationales de monter un projet dans ce sens.
Le ministre a aussi évoqué les dommages causés à ces documents d’archives qui sont précieux. C’est un « turn-key project » qui sera concrétisé en collaboration avec d’autres partenaires, dont les ministères des Infrastructures publiques et des Finances, précise-t-il. Selon lui, les feuilles ont tellement vieillies et sont abîmées qu’il faut aujourd’hui les manipuler avec précaution. Au cas contraire, poursuit-il, elles se cassent comme « des biscuits cabine ».
Mookhesswur Choonee estime que la numérisation de ces documents est d’un grand secours. Autrement, avance le ministre, il aurait fallu aller à un « disaster recovery system for the archives ». Aux jeunes présents à la cérémonie du lancement du site internet des Archives nationales, il leur lance un appel : « You have to help us. » Selon lui, il est de la responsabilité des jeunes de poursuivre ce travail. Pour ce faire, il met l’accent sur la nécessité de les former.
Le ministre a par ailleurs observé que des reproches sont souvent orientés vers le ministère de tutelle en citant le cas des théâtres de Port-Louis et de Rose-Hill ou encore l’hôtel de ville de Curepipe. Il affirme ne pas être le seul responsable de la préservation de ces lieux de mémoire. C’est de la responsabilité de tous, a-t-il soutenu. « It belongs to every Mauritian. »
De son côté, le ministre des Technologies de l’Information et de la Communication a noté que l’objectif du gouvernement est d’apporter les services au plus près de la population. L’accès aux nouvelles technologies, déclare Tassarajen Pillay Chedumbrum, devrait faire partie des « basic human rights ».