Le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval a annoncé l’arrivée des experts du Fonds monétaire international (FMI) à Maurice pour voir où se situent les failles à la lumière des données du rapport préliminaire soumis dans le cadre des arnaques financières de plus de Rs 700 millions qui ont fait un grand nombre de victimes. C’était hier, en réponse aux questions de la presse à l’issue de l’ouverture officielle du Salon de la famille au Centre Swami Vivekananda, à Pailles.
Xavier-Luc Duval a affirmé qu’il faut que « nous tirons des leçons de ces scandales qui ont frappé le pays et étudions, à tête reposée, les failles du système ». Selon lui, « nous pourrons, à partir de là, agir pour mieux protéger les Mauriciens ».
Le ministre des Finances a néanmoins insisté sur le travail qu’ont effectué les institutions financières concernées. « Elles ont toutes fait leur travail mais il se peut qu’elles aient agi chacune de son côté pour atteindre un même but », soutient-il. M. Duval note qu’au bout du compte « nou tou finn ariv au bu ki ti bizin arive ».
À partir de là, poursuit-il, il faudrait prendre des actions. Selon lui, « il faudrait d’abord voir au niveau de la collaboration entre les institutions, ensuite leur réactivité. Il faut aussi voir les dispositions légales. Il nous faut resserrer les lois pour nous assurer, autant que possible, que les Mauriciens sont protégés contre ce genre de scheme ».
Le ministre des Finances estime qu’il est important de faire l’éducation de la population. « Il faut qu’elle comprenne qu’il n’est pas possible que quelqu’un investit dans un projet pour avoir 120 % d’intérêt alors que la banque en donne 5 % », avance-t-il. Et de préciser : « Elle doit en être avisée. Qu’elle comprenne qu’il y a quelque chose de pas normal, d’illégale même, dans ce genre de transaction ».
Le ministre des Finances a souligné qu’un rapport préliminaire a été élaboré pour tenter de mieux comprendre la situation. Selon lui, Maurice a sollicité la contribution des experts du FMI, qui étaient déjà au pays l’année dernière, pour voir où se situe le problème, à la lumière des données mises en avant dans le rapport préliminaire. Il précise : « Nous avons d’ores et déjà des pistes à suivre. Nous savons où nous allons. »
Invité à se prononcer sur la tenue du congrès des femmes du PMSD dimanche prochain, le leader du parti XLD prévoit le succès de cette rencontre. « Nous avons bien travaillé pour ce congrès », dit-il en ajoutant que le parti s’attend à accueillir un grand nombre de participantes de toutes les régions de l’île. Prévu initialement à l’auditorium Octave Wiéhé à Réduit, il aura finalement lieu dans la cour de l’École hôtelière Sir Gaëtan Duval (EHSGD) à Ébène, si le temps le permet, indique M. Duval. Estimant que les femmes sont sujettes aux mêmes préoccupations que les hommes, le leader des bleus affirme qu’il n’y aura pas particulièrement des thèmes purement féminins qui seront abordés à l’exception, par exemple, du chômage qui touche majoritairement les femmes.
Auparavant, lors de son allocution à l’occasion de l’ouverture officielle du salon, le ministre Duval avait souligné l’importance de la famille dans la société mauricienne. « Elle est au centre de nos préoccupations », observe-t-il.