Des concertations à haut niveau entre le Directeur des Poursuites Publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, et le directeur général de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), Anil Kumar Ujoodha, sont prévues en cette fin de semaine pour établir une feuille de route dans les enquêtes sur les arnaques financières. Le principal objectif de ces échanges est de mettre en place une formule de coordination pour prendre le relais de tout le volet de Money Laundering après les délits au pénal retenus par le Central CID contre les suspects appréhendés. Ils sont actuellement 33 mais le chiffre devrait encore grimper avec la prochaine arrestation des responsables d’Emidore Trading Co Ltd ou encore de Nirvi Management Co Ltd et de Lotus Fund. En marge de cette nouvelle étape, l’ICAC a effectué une « lessive interne » en prenant des mesures disciplinaires contre trois membres du personnel, qui ont effectué des placements au sein de White Dot International Consultancy Co Ltd et de Sunkai Co Ltd. Entre-temps, la liste de demandes de Restraining Orders obtenus par les soins du DPP’s Office continue de s’allonger de jour en jour avec notamment le gel des comptes bancaires des promoteurs de GN Wealth Management Ltd du tandem Soobhy/Ramrekha.
À ce stade de l’enquête confiée au Central CID, l’on s’accorde à accréditer la thèse que White Dot International Consultancy Co Ltd et Sunkai Co Ltd restent les deux plus gros systèmes d’arnaques financières en opération et en voie de démantèlement. Le préjudice est estimé à environ Rs 1 milliard par rapport aux placements effectués par les quelque 5 000 clients, dont environ 2 000 pour le seul compte de Sunkai Co Ltd, alors que seuls 154 cas de dénonciations ont été consignés contre cette société d’investissements illicites.
Les consultations entre les officiels du DPP’s Office et ceux de l’ICAC devront se concentrer sur les moyens légaux et prévus par la loi à être adoptés en vue de retracer un important montant en liquide des investissements « Non-Accountable » jusqu’ici. Les milieux officiels confirment qu’il y a au moins Rs 200 millions en liquide, représentant des placements des clients, en possession des Ring Leaders de White Dot International Consultancy et de Sunkai Co Ltd. D’autres sources n’hésitent pas à estimer ce « Black Money » encore en circulation à environ Rs 500 millions.
Ainsi, dans la perspective d’établir un Money Trail à toute épreuve, l’ICAC, avec le consentement de l’Assets Forfeiture Office sous le contrôle du DPP, pourrait miser sur une stratégie visant à décortiquer les transactions bancaires de tous les suspects. Des premières demandes de relevés bancaires ont déjà été transmises aux banques commerciales à cet effet. Lors de la réunion de cet après-midi, l’ICAC devra être en présence d’une liste complète des suspects appréhendés et inculpés provisoirement par le Central CID au cours de ces dernières quatre semaines en vue d’accélérer les procédures du Money Trail.
Entre-temps, le DPP’s Office, se prévalant des nouvelles dispositions de l’Assets Forfeiture Act, en l’occurrence la section 4 (2), multiplie les demandes de Retraining Orders (gel des avoirs) auprès des juges de la Cour suprême siégeant en référé. Le dernier Freezing Order en date a été émis mardi dernier par le chef juge par intérim, Keshoe Prasad Matadeen, à l’encontre de Rudranuth Alluck, un des agents de Sunkai Co Ltd, interpellé en fin de semaine dernière.
Depuis le 10 avril, soit bien avant l’arrestation par le Central CID cette semaine de Marjorie Nadine Soobhy et de Roodradutkh Ramrekha, de GN Wealth Management Co Ltd, le DPP, sur la base des rapports confirmant des opérations illicites, avait obtenu deux ordres de la Cour suprême. Le premier porte sur le gel de trois comptes bancaires opérés par Roodradutkh Ramrekha, Satee Ramrekha, Juduth Ramrekha et Aswin Beezadhur et le second sur deux autres comptes appartenant à la société GN Wealth Management Ltd.
Des recoupements d’informations auprès des sources sûres indiquent que le montant du Porfolio de GN Wealth Management pourrait être de l’ordre de Rs 40 millions. Marjorie Nadine Soobhy, qui a fait son patron Ramrekha porter toute la responsabilité de ces opérations illicites, a été remise en liberté provisoire hier. Toutefois, elle s’est signalée en tentant d’intimider avec sa bouteille d’eau des photographes se trouvant aux Casernes centrales.
Le 19 avril, à la demande du DPP, la juge Nirmala Devat a émis un Restraining Order sur les comptes bancaires des membres de la famille de l’inspecteur Bhunjun, un des Managers de Sunkai Co Ltd. Trois voitures, dont une Mitsubishi appartenant à la famille Bhunjun, font également l’objet de séquestre judiciaire dans le cadre de cette enquête.
D’autre part, l’ICAC compte approcher les autorités britanniques en vue d’obtenir des compléments d’informations sur les partenaires d’affaires étrangers d’Arun Mossuddee, le cerveau de White Dot International Consultancy Co Ltd. Ce dernier, qui gère un compte dans une banque suisse avec un montant de Rs 800 000, est soupçonné d’entretenir d’étroites relations d’affaires avec des ressortissants étrangers en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud.
En préambule à son engagement de plein fouet dans l’enquête sur les arnaques financières, l’ICAC a entrepris une opération de « lessive interne » en vue de confirmer s’il y a des membres du personnel de cette Commission impliqués dans cette affaire. Un exercice de Voluntary Disclosure a établi qu’au moins trois membres du personnel se sont laissés tenter par des « offres alléchantes » de White Dot Consultancy International Co Ltd et de Sunkai Co Ltd.
Des enquêtes disciplinaires instituées ont conclu que ces trois officiers, qui ne font pas partie de l’Investigation Division de l’ICAC, ont été attirés principalement par le billboard de Sunkai Co Ltd sur la route du Sucre à hauteur de la Prison de la Bastille. Des mesures disciplinaires en attendant la conclusion de l’enquête interne.
L’enquête du Central CID, sous la double supervision des ACP Heman Jangi et Pregassen Vuddamalay, se concentrant sur le réseau des pasteurs millionnaires, pourrait déboucher sur une autre surprise. En effet, le pasteur Narainsamy (Vijay) Appadoo, considéré comme très proche de son « frère » Sanjeev Lutchoomun, détient une participation conséquente dans la société gérant le populaire J & J Auditorium de Phoenix, où se produisent des vedettes du spectacle de Maurice et des îles de l’océan Indien.
Le Central CID compte approfondir la piste des pasteurs-propriétaires de salles de spectacles en vue de déterminer les Sources of Funds pour de tels investissements…