Les dernières séances d’interrogatoire des principaux suspects dans les cas d’arnaques financières avec un préjudice de Rs 2 milliards ont été entamées en cette fin de semaine. Ainsi, Marjorie Bazerque, celle qui est à la source de l’inculpation provisoire de Me Zakir Mohamed dans ce scandale financier, est entendu de nouveau par des limiers du Central CID depuis ce matin. Entre-temps, la promotrice de Je T’Aime Marketing Co Ltd et d’Emidore Trading Co Ltd a bénéficié d’un sursis avec un prolongement de sa détention en cellule policière au Moka Detention Centre au lieu d’aller rejoindre la bande à Arun Mossuddee à la Remand Prison. Un nouveau développement est intervenu par rapport à trois autres sociétés impliquées dans ces arnaques financières. Des procédures de liquidation obligatoire ont été initiées contre Lotus Fund Ltd et Nirvi Management Ltd, sociétés dont les licences d’opération ont été annulées par la Financial Services Commission.
En principe, en cette fin de semaine, Marjorie Bazerque devrait être transférée à la prison des femmes de Beau-Bassin pour la suite de sa détention provisoire suite à ses multiples inculpations pour des délits de Swindling et de Conspiracy to Defraud. Même si la police continue à objecter à sa remise en liberté provisoire ou encore à sa motion en vue de lever l’interdiction de quitter le pays pesant contre elle, cette suspecte est toujours incarcérée au Moka Detention Centre en vue de conclure son interrogatoire.
Tout semble indiquer que lors de la prochaine comparution de Marjorie Bazerque devant le tribunal de Port-Louis, la police déposera une motion pour que celle-ci soit transférée à la prison. Elle devra aller rejoindre sa soeur, Judith Rayepa ou encore les cerveaux de White Dot International Consultancy Co Ltd, en l’occurrence Arun Mossuddee, Beemal Bissessur et Sanjeev Lutchmun, qui sont détenus à la Remand Prison.
En fin de matinée, Marjorie Bazerque a été emmenée une nouvelle fois dans les locaux du Central CID pour une séance de Further Questioning. Les limiers du Central CID veulent à tout prix obtenir des indices de la principale concernée en vue de pouvoir retracer les Rs 250 millions soupçonnées de représenter des placements effectués par de nombreux clients, dont, entre autres, les membres de la famille de l’ancien Chief Executive Officer de la compagnie aérienne nationale, Vinod Chidambaram, ou d’autres professionnels comme ce médecin très connu exerçant dans le Nord.
Force est de constater que les enquêteurs du Central CID n’ont pas obtenu les résultats escomptés car presque aucune somme n’a été recouvrée des sociétés en question. En guise de seules explications, Marjorie Bazerque affirme avoir engagé des investissements dans des projets de prospection de pierres précieuses, dont l’or et le diamant, en Afrique. La reprise de l’interrogatoire du jour porte principalement sur les opérations engagées au nom de Je T’Aime Marketing Co Ltd, Emidore Trading Co Ltd et Gil Mar Z Associates.
De son côté, Me Siddhartha Hawoldar, dont les services ont été retenus par Marjorie Bazerque, a confirmé la suite de ces interrogatoires, qui durent depuis bientôt six semaines. « Nous envisageons de loger devant les instances judiciaires appropriées une motion pour la remise en liberté provisoire de Marjorie Bazerque », a déclaré le conseil légal au Mauricien à la mi-journée.
Entre-temps, les clients de Nirvi Management Ltd et de Lotus Fund Ltd devront livrer bataille légale devant d’autres instances en vue de récupérer leurs contributions, dont certaines se montent à plus de Rs 2 millions, contre la promesse de devenir propriétaires de chalets et d’appartements dans le Nord de l’île. Parmi ces clients, se trouvent des VIP et d’autres personnalités emballées par les projets résidentiels envisagés.
Ainsi, depuis le 10 mai dernier, une pétition pour la liquidation de ces deux sociétés travaillant en étroite collaboration avec A & A Marketing Ltd et A & A Construction a été logée devant la Cour des faillites. Toutes les parties concernées et ayant des réclamations à loger contre ces différentes sociétés sont avisées que les procédures nécessaires doivent être enclenchées vu que la demande de Voluntary Winding Up sera de nouveau entendue en Cour suprême le 10 juin prochain.