Les plus importantes victimes des arnaques financières, plus particulièrement du système Marjorie Bazerque, défilent dans une certaine discrétion au QG du Central CID. Après les membres de la famille de l’ancien Chief Executive Officer d’Air Mauritius, Vinod Chidambaram, essuyant un manque à gagner d’au moins Rs 40 millions, selon des sources policières, deux autres clients arnaqués par Emidore Trading Co Ltd de Marjorie Bazerque pour un montant similaire de Rs 40 millions étaient aux Casernes centrales pour consigner des dépositions. Un premier bilan effectué dans le cas de Marjorie Bazerque indique que le préjudice subi devrait être de l’ordre de Rs 250 millions. D’autre part, sur les 63 suspects interpellés par des limiers du Central CID depuis le début de cette enquête, 12 sont toujours en détention policière avec trois possibles remises en liberté provisoire intervenant en cette fin de semaine.
L’une des dernières victimes à se présenter au Special Desk du Central CID, hier, est un médecin bien connu, habitant Grand-Baie. Il est venu se plaindre du fait que suite à des propositions d’investissements, dont les conditions étaient des plus mirobolantes, il avait effectué des placements de Rs 15 millions auprès de Marjorie Bazerque, qui opérait sous son nom de jeune fille, Gilberte Allet.
Ce médecin a donné des détails sur le prospectus d’affaires, qui avait été présenté et les modalités d’investissements de même que les rémunérations proposées. Or, depuis quelque temps, il n’y a eu aucun Return on Investment d’où la décision de la victime de se remettre aux autorités. De son côté, un autre professionnel, qui a également porté plainte contre Emidore Trading Co Ltd, aurait investi à fonds perdu une somme de Rs 25 millions à ce jour.
En prévision de la réunion de coordination du jour sous la présidence de Me Rashid Ahmine, Assistant Director of Public Prosecutions et responsable de l’Assets Forfeiture Unit, le Central CID a établi un premier bilan dans le cas de Marjorie Bazerque. Les premières indications sont que les compagnies incorporées, en l’occurrence Je T’Aime Marketing Co Ltd, Emidore Trading Co Ltd ou encore Gil-Mar Z Associates Co Ltd auraient englouti au minimum un montant de Rs 250 millions sous forme de placements des clients.
Jusqu’ici, les tentatives en vue de retracer ces investissements ont été vaines compte tenu du fait que Marjorie Bazerque exerce son droit constitutionnel au silence lors des séances d’interrogatoire au QG du Central CID. Lors de la réunion du jour, les représentants des différentes Enforcement Agencies, soit le Central CID, l’Independent Commission Against Corruption ou la Financial Intelligence Unit, conjugueront leurs efforts en vue de mener à terme l’exercice de Money Trail initié au nom de Marjorie Bazerque.
Douze suspects sont toujours en détention policière, soit cinq pour le dossier d’Emidore Trading Co Ltd, quatre pour White Dot International Consultancy Co Ltd et trois pour Sunkai Co Ltd. Les trois prévenus, des canvasseurs de Sunkai Co Ltd, appréhendés hier, — un informaticien de 38 ans, Mohamed Siddick Tautaya, de Castel, Veekesh Ramchurn, 33 ans, chauffeur de taxi à Flic-en-Flac, et Francis Sandian, 42 ans de Vacoas —, pourraient être relâchés sous caution après leur comparution en cour.
Par contre, le Central CID compte objecter à la remise en liberté provisoire de Marjorie Bazerque. Arun Mossuddee, l’un des cerveaux de White Dot International Consultancy Co Ltd, objecte à son incarcération à la prison de Beau-Bassin. Il dit craindre pour sa sécurité à Beau-Bassin. Son homme de loi a déposé une motion en ce sens devant le tribunal de Port-Louis. Deux autres responsables de White Dot International Consultancy Co Ltd, Sanjeev Lutchmun et Beemul Bissessur, sont toujours en détention provisoire.