Un mois depuis le démarrage des enquêtes au sujet des arnaques financières, dont le préjudice pourrait atteindre plus de Rs 1 milliard, le Central CID confirme la première des priorités dans la conjoncture : recouvrer le maximum de fonds placés dans les compagnies ciblées. Dans cette perspective, il faudra s’attendre à voir l’étau se resserrer autour de l’ex-policier Vishnu Rambharuth, qui pourrait être le lien commun entre White Dot International Consultancy Ltd et Sunkai Co. Ltd. Ce suspect, qui a déjà été remis en liberté provisoire, aurait sous son contrôle un portefeuille d’investissements de plus de Rs 200 millions. Mais jusqu’ici, les traces de ces placements demeurent encore un véritable mystère pour les limiers du Central CID. Mais au fur et à mesure que les enquêtes progressent, il devient de plus en plus évident que les suspects privilégiaient la fuite des capitaux à l’étranger au lieu des investissements locaux. Le dernier exemple en date demeure le cas du pasteur Mico Hélène avec les fonds de Hélène & Partners déposés à Londres et à Budapest en Hongrie ou encore en République Tchèque.
Après la première vague d’arrestations des principaux suspects, soit 33 à hier après-midi, le Central CID compte approfondir dans les jours à venir l’interrogatoire de deux des principaux prévenus, soit l’ex-policier Rambharuth, qui a d’abord sévi en tant que responsable au sein de White Dot Consultancy Co. Ltd. avant d’atterrir aux côtés de Bimla Ramloll, alias Mme Kaba, dans Sunkai Co. Ltd. L’autre cible retenue par le Central CID n’est autre que l’inspecteur Vishnu Bhunjun affecté jusqu’à tout récemment au poste de police d’Eau-Coulée.
Les recoupements d’informations effectués auprès des sources concordantes indiquent qu’à ce stade de l’enquête, les limiers du CID procèdent à une collecte d’informations au sujet de l’emprise de l’ex-constable Rambharuth et de l’inspecteur Bhunjun sur Bimla Ramloll au sein de Sunkai Co. Ltd. L’une des cartes-maîtresses en possession des enquêteurs est la correspondance signée de Robert Chutoo en date du 11 janvier au sujet des changements intervenant au sein du Management de Sunkai Co. Ltd. avec le contrôle assumé par ce tandem et une série de mails et de SMS à ce même sujet.
Un autre élément majeur est une tentative d’OPA interne opérée toujours en début d’année par le même tandem en vue de réduire le rôle de Mme Kaba, qui bénéficiait jusqu’à tout récemment du soutien solide d’un autre partenaire, Dominique Narsoomamode, introuvable à Maurice jusqu’à l’heure. Dans les prochains jours, le suspect Rambharuth, qui a retenu les services de Me Raouf Gulbul, pourrait être de nouveau convoqué au Central CID pour être confronté à ces nouveaux éléments de l’enquête concernant le contrôle des opérations de Sunkai Co. Ltd. et le portefeuille de Rs 200 millions sous son contrôle.
Les liens d’affaires entre l’ex-policier Rambharuth et Sanjeev Lutchoomun de White Dot International Consultancy Limited sont également d’un intérêt particulier pour les enquêteurs de la police dans la conjoncture.
L’inspecteur Bhunjun devrait également être concerné par cette nouvelle étape de l’enquête vu son importance dans la hiérarchie de Sunkai Co. Ltd. et les décisions prises pour placer ou investir les fonds collectés auprès des clients. Dans les milieux proches des enquêteurs, l’on se dit convaincu que la clé du coffre-fort du Sunkai Co. Ltd. se trouve entre les mains de ces deux suspects.
Il y a encore la zone d’ombre que représentent Dominique Narsoomamode, employé de banque, qui serait en possession d’une somme de Rs 90 millions lors de sa fuite à l’étranger. Il n’est pas à écarter que certains gros clients, dont des VVIPs, auraient déjà été remboursés en extrême urgence dans le sillage de l’arrestation de Bimla Ramloll le vendredi 29 mars dernier. C’est ce qui explique le fait que seulement 154 plaintes pour un montant de Rs 39 millions auraient été enregistrées formellement contre Sunkai Co. Ltd. jusqu’ici contre 1 213 pour une somme de Rs 530 millions pour le compte de White Dot International Consultancy Limited.
L’interrogatoire du prédicateur Mico Hélène, âgé de 55 ans, habitant Pointe-aux-Sables, est venu confirmer une Line of Enquiry, à l’effet qu’une grosse part des fonds ont été investis à l’étranger. Ce suspect, qui a retenu les services de Me Dick Ng Sui Wah, a confirmé que la compagnie Hélène & Partners a effectué des investissements dans une compagnie en Grande-Bretagne et des placements bancaires en Hongrie (Budapest) et en République Tchèque (Prague). Le montant serait de l’ordre de Rs 15 millions même si des sources policières soupçonnent un montant plus élevé.
Hélène & Partners, qui comprend une centaine de clients, a démarré ses opérations depuis janvier de cette année. Le cas de Hélène & Partners avait été référé par la Banque de Maurice à la Financial Services Commission. En fin de compte, le Central CID a hérité de ce dossier compromettant. Travaillant en étroite collaboration avec le Central CID, des limiers de l’Assets Forfeiture Office du DPP mettent la dernière main au dossier pour soutenir une demande devant le juge siégeant en référé pour un Restraint Order sur les avoirs de Hélène & Partners et Mico Hélène à Maurice comme à l’étranger.
Un nouveau développement est intervenu au niveau du dossier de White Dot International Consultancy Ltd. avec la récupération, ce matin, de trois nouvelles voitures, portant le nombre à 40 sans oublier les 11 motocyclettes de distribution de pizzas La Napoletana. Un dénommé Wong, qui avait sous son contrôle ces trois voitures, est entendu Under Warning au QG du Central CID depuis ce matin.
A ce jour, seulement Rs 1,5 million et 600 euros ont été récupérés pour le compte de White Dot alors que les réclamations sont de Rs 530 millions. Des Restraint Orders ont été émis par la Cour suprême contre les 40 voitures, 11 motocyclettes, un Safe Deposit Locker en banque, 56 comptes personnels pour un montant de Rs 11 millions et deux terrains, qui demeurent encore loin du compte pour assurer la compensation des 1 213 victimes, qui ont osé se dévoiler officiellement jusqu’ici. Toutefois, d’autres Restraint Orders sont envisagés à l’encontre de White Dot à mesure que l’enquête progresse…