Aroun Poligadu

L’association Project Management Institute organisera sa troisième conférence cette année qui se tiendra pour la première fois du 9 au 11 septembre à Maurice. Le thème retenu est  « Project management and sustainable development – A focus on Africa » et plus de 300 délégués de différentes parties du monde sont attendus. Selon Aroun Poligadu, président de la branche mauricienne de PMI, les entreprises qui ont réussi sont celles qui se sont adaptées et priorisé leurs ressources du projet.

Parlez-nous de Project Management Institute ? Quel est son but ?

Project Management Institute est la principale association professionnelle mondiale à but non lucratif pour la profession de gestionnaire de projet, de programme et de portefeuille. Fondée en 1969, PMI offre de la valeur à plus de 2,9 millions de professionnels travaillant dans presque tous les pays du monde grâce à un plaidoyer mondial, à la collaboration, à l’éducation et à la recherche.
L’objectif de PMI est de faire progresser les carrières, d’améliorer le succès organisationnel et de mieux adapter la profession de gestionnaire de projet à ses normes, certifications, ressources, outils, recherches universitaires, publications, cours de développement professionnel et possibilités de réseautage reconnus mondialement.
Pour redéfinir ce que signifie être une association professionnelle, tout en restant fidèles à nos racines, et en regardant de plus près les personnes qui pratiquent la gestion de projets, de programmes et de portefeuilles, nous avons la capacité à comprendre leurs besoins et de répondre plus rapidement à leurs attentes.
Une grande partie de l’activité de PMI se déroule dans plus de 280 chapitres géographiques dans le monde, avec 17 chapitres en Afrique. La section PMI Mauritius est une organisation bénévole créée depuis un an. La structure d’organisation du chapitre PMI Mauritius comprend un président de chapitre, un secrétaire de section, un vice-président / élu de chapitre et cinq vice-présidents tels que décrits ci-dessus.

Vous regroupez combien de membres à Maurice ?

Le nombre de membres PMI à Maurice augmente rapidement avec les besoins croissants de PM compétents et de projets de plus en plus nombreux. En 2011, il n’y avait que 25 membres, dont 93 en 2015 et actuellement 202. Les services de base de la section PMI Mauritius promouvront la sensibilisation à PMI et à la valeur de l’adhésion à PMI. Le rôle du chapitre est triple, soit la mise en réseau concernant la création des relations professionnelles et personnelles, l’ouverture de nouvelles portes et la création d’un cercle d’influence et un soutien professionnel. Cela concerne aussi le développement des connaissances à travers des événements, séminaires et forums. Et en dernier lieu, l’évolution des carrières.

Vous organisez la 3e PMI Conférence qui se tiendra à Maurice dans moins d’une semaine. Quels sont les objectifs d’un tel événement ?

Il s’agit de la 3e conférence PMI Afrique et la première fois qu’elle est organisée à Maurice. La première a eu lieu à Johannesburg, en Afrique du Sud en 2015, la deuxième à Accra au Ghana en 2016. Chaque conférence a attiré plus de 300 délégués du monde entier, dont des chefs d’entreprise, des entrepreneurs, des professeurs. Nous attendons autant d’enthousiasme pour cette troisième conférence qui se tiendra à l’hôtel Le Méridien, Pointe-aux-Biches, Maurice, du 9 au 11 septembre 2018. Le thème de la conférence est « Gestion de projet et développement durable – Un focus sur l’Afrique ».

La conférence PMI rassemble des centaines de gestionnaires de projets, de programmes et de portefeuilles du monde entier. Le Congrès améliore les compétences personnelles et permet aux dirigeants d’atteindre des objectifs organisationnels stratégiques grâce au plaidoyer et à l’avancement de la profession. Les experts novateurs remettent en cause le statu quo, les experts de l’industrie proposent des solutions exploitables et le contenu piloté par les pairs offre un aperçu du monde réel sur l’évolution des projets et des défis commerciaux actuels.

Les principaux objectifs de cette conférence sont de donner aux chefs de projet et aux organisations de gestion de projet les connaissances, les compétences et les liens nécessaires pour rester compétitifs dans un environnement mondial en constante évolution.

Quelles sont vos attentes après l’événement ?

Le thème de la conférence est la gestion de projet et le développement durable – Un accent sur l’Afrique. Les principaux sujets de discussion seront centrés sur l’innovation et la technologie, le leadership et l’éthique, la stratégie, l’environnement et l’énergie, le leadership et la méthodologie durable. Nous attendons des délégués de différents pays du monde entier pour qu’ils profitent du séminaire et utilisent les connaissances acquises pour faire progresser les pays, les organisations et les communautés.

Croyez-vous que les entreprises mauriciennes appliquent les bonnes règles en matière de gestion de projets ?

De nombreuses entreprises utilisent correctement les pratiques et les normes de gestion de projet, alors que de nombreuses autres ne savent pas comment commencer.
De nombreuses organisations n’utilisent pas les compétences appropriées, par exemple les professionnels certifiés PMP qui connaissent les normes et peuvent postuler à l’organisation.

Quelles sont, selon vos, nos faiblesses par rapport à notre façon de diriger une entreprise à un moment où la technologie est en train de changer la façon de travailler ?

Selon un nouveau rapport approfondi du Project Management Institute (PMI), 91% des entreprises ressentent l’impact des technologies perturbatrices et celles qui ne subissent actuellement pas l’impact se préparent à des technologies disruptives pour modifier leurs activités au cours des cinq prochaines années. Du Cloud et de l’Intelligence Artificielle à l’IOT et à la blockchain, la perturbation numérique modifie la façon dont le travail est effectué, offrant aux entreprises innovantes une opportunité de générer un avantage concurrentiel.
Alors que les organisations continuent de faire face à des perturbations croissantes, des pratiques de gestion de projet efficaces sont plus précieuses que jamais. Des organisations de premier plan élèvent le rôle des professionnels de projet pour tirer parti des perturbations.
Le rôle du chef de projet s’est élargi pour devenir un conseiller stratégique, un innovateur, un communicateur, un grand penseur et un gestionnaire polyvalent. Les chefs de projet sont de plus en plus appréciés, car la technologie perturbatrice les libère des routines banales, leur offrant ainsi davantage des possibilités d’innovation.
Les organisations se tournent vers leurs chefs de projet pour les aider à tirer parti des perturbations, et pas seulement à y réagir, ce qui rend les pratiques de gestion de projet plus efficaces que jamais. Ceux qui exploitent la technologie pour changer leur mode de fonctionnement et la façon dont ils gèrent les projets fonctionnent de manière nouvelle. Ces « prochaines pratiques » combinent des approches et des technologies, telles que DevOps, la conception centrée sur l’homme / l’utilisateur, le cloud computing, l’IoT et l’IA pour aider les organisations à gérer les perturbations numériques et à prospérer.

Quels doivent être, selon vous, les éléments appropriés pour qu’une entreprise puisse réussir dans un environnement qui devient de plus en plus difficile ?

Les organisations qui investissent dans des pratiques de gestion de projet éprouvées continuent de connaître un succès plus grand que leurs homologues sous-performantes.
Au cours des dix dernières années, nous avons identifié un certain nombre de tendances mondiales pour améliorer la performance des projets. Nos résultats confirment que les organisations que nous classons comme champions utilisent des projets pour alimenter leur succès. Nous constatons que les champions continuent également à développer le talent de leurs projets, leurs capacités de projet et leur culture. De ce fait, ils ont des taux de réussite de projets plus élevés (92% contre 32% des moins performants), des résultats commerciaux plus fructueux et des dépenses nettement moindres en raison de la médiocrité des performances des projets – 21 fois moins. 29,1% pour ceux qui ne font pas attention à leur capacité de gestion de projet.
Au bout du compte, les organisations de champions veillent à ce que leurs gestionnaires de projets et de programmes possèdent les compétences nécessaires pour mener à bien et évoluer dans cet environnement dynamique. Ils apportent des changements organisationnels par le biais de projets et de programmes et économisent des millions de dollars en surpassant leurs concurrents.

Y a-t-il une crainte parmi les chefs d’entreprise à changer leur façon de travailler ?

Il y a une certaine résistance à changer la façon dont les choses sont faites. Encore une fois, sur la base de nos recherches, nous constatons que les organisations performantes progressent lorsqu’elles incorporent un état d’esprit qui modifie les comportements et renforce leur capacité à hiérarchiser et à adapter les ressources du projet. Les organisations doivent souvent surmonter de nombreux obstacles dans leur cheminement vers des niveaux d’agilité plus élevés : leadership sans soutien, mauvaise communication, prise de décision lente, culture inflexible et vision ou stratégie peu claire. La volonté de responsabiliser leurs employés et de concevoir des processus efficaces est essentielle pour surmonter ces obstacles. Les deux sont des moteurs clés d’une plus grande agilité.