Arrêté le 23 janvier dans le sillage de l’enquête sur un courriel contenant des menaces d’attentats terroristes dans des coins stratégiques du pays, l’informaticien Ish Sookun réclame des dommages de Rs 50 M à l’État, au commissaire de police Mario Nobin, à l’assistant du commissaire de police Heman Jangi, à l’assistant surintendant de police Dawoodharry, à l’inspecteur Robin Bundhoo et au Directeur des poursuites publiques, Me Satyajit Boolell. Dans sa plainte en réclamation, Ish Sookun évoque une « arrestation arbitraire » et soutient que cet épisode a « traumatisé » toute sa famille et a « terni » sa réputation. Le 28 mars, la Cour de Curepipe avait rayé les charges provisoires qui pesaient sur lui.
Revenant sur son arrestation, survenue le 23 janvier 2016, sa détention ainsi que l’abandon du procès contre lui après deux mois, l’informaticien soutient dans sa plainte que cette affaire ne l’a pas uniquement affecté personnellement mais « a aussi affecté ma famille, mes amis et mon employeur ». Selon lui, sa famille et lui ont vécu un « traumatisme » suite à cette affaire, d’où sa demande de réparation.
Pour rappel, Ish Sookun, Linux System Operator chez LSL Digital, à La Sentinelle, avait été arrêté le samedi 23 janvier dans le sillage de l’enquête sur un courriel contenant des menaces d’attentats terroristes dans des coins stratégiques du pays. L’e-mail aurait été envoyé au Prime Minister’s Office en provenance de l’Indra Cybercafé, à Lakepoint, Curepipe. L’informaticien Ish Sookun était le propriétaire de ce cybercafé jusqu’en 2011, où il s’était associé avec son partenaire en affaires, Kishan Sooklall. La police suspectait Ish Sookun d’être l’auteur de ce courriel faisant état de ces menaces, qui avaient mis le pays en alerte maximale. Il faisait l’objet d’une accusation sous les articles 5 et 32 de la PoTA.
Deux mois plus tard, soit le 28 mars, la charge provisoire de “terrorist meeting”, qui avait été logée contre Ish Sookun, avait été rayée en Cour de Curepipe. Le magistrat Prithviraj Balluck avait rayé l’accusation provisoire retenue contre l’informaticien sur avis du DPP. La radiation de la charge faisait suite à la motion logée en ce sens par Me Erickson Mooneeapillay le 25 janvier dernier, soit quelques jours après l’arrestation de son client, Ish Sookun.