Le festival Art’la li la que l’association Tipa organise dans les écoles où cette association intervient se tient ce dimanche à partir de 20 heures, à l’école gouvernementale André Bazerque de Plaisance, à Rose-Hill. Un second festival aura lieu le 24 août à l’école Guy Rozemont à Tranquebar, Port-Louis. Présente dans les écoles depuis 2007, l’association Tipa s’est recentrée en 2013 et 2014 sur un plus petit nombre d’école, ce qui lui a permis de travailler à la qualité de ses activités.
Terrain for Interactive Pedagogy through Arts ou TIPA est à l’origine une initiative de la chercheuse Émilie Carosin, qui a brillamment soutenu sa thèse de doctorat sur les processus de valorisation chez les adolescents en difficulté, l’an dernier à l’Université de Lyon 2. Un des nombreux aspects que ce travail de recherche, récompensé d’une mention honorable, a mis en évidence est le fait que ces adolescents ont souvent du mal à prendre du recul par rapport à ce qu’ils font, à s’arrêter pour parler de leurs activités et évoquer celles de leurs camarades. Alors autant leur apprendre à le faire le plus tôt possible…
Art’la li la qui ponctue au milieu de l’année scolaire les activités de pédagogie interactive de Tipa, permet justement aux enfants et aux enseignants, aux parents et aux artistes impliqués de faire cette pause indispensable, qui va permettre de poursuivre la démarche jusqu’en décembre enrichi par ces échanges, le regard des visiteurs et la joie du partage. Alors que Tipa a été jusqu’à toucher environ 900 jeunes dans la phase d’expansion de ses activités, l’association a ensuite recentré ses activités à partir de 2013 sur un plus petit nombre d’établissements.
Grosso modo, alors que les enseignants veillent à l’instruction, Tipa oeuvre au développement des valeurs citoyennes. Les enseignants donnent leurs cours inscrits au programme en puisant dans les méthodes pédagogiques mises à leur disposition, tandis que les éducateurs de Tipa en appellent à la créativité et l’expressivité des enfants pour les initier aux droits et aux devoirs citoyens. À travers le divertissement et la joie qu’elles apportent, les séances hebdomadaires de marionnettes, de modelage ou de contes de Tipa aident à façonner des petits citoyens responsables d’une autre manière.
Ce que les parents, amis et voisins découvriront dimanche à l’école de Plaisance touche à un travail de fond que les animateurs de Tipa et les artistes participants souhaitent structurer et transmettre plus largement aux éducateurs du pays. Un petit tour à l’école André Bazerque dimanche permettra par exemple de savoir ce que les enfants éprouvent quand ils se familiarisent avec l’histoire de Mélia Bissière Dizef Loraz ou encore ce que le conte Liev ek kourpa leur a apporté. Certains d’entre eux ont fait la connaissance des petits personnages de Lilet et Gaspard, d’autres ont rencontré tout à fait concrètement les plasticiens Vaco Baissac ou Jack Henry Dick. Ce dernier représentera l’atelier de modelage, tandis que Deborah Jubeau, Stéphanie et Jamel Colin conteront des histoires. Il y aura aussi de la peinture avec Camille Sénèque, de la musique avec Yannick Gerie et Norbert Planel, des masques avec Nooreen Lallmamode ainsi qu’un atelier de récupération.