La fille aînée de la Mauricienne Deepa Bauhadoor, Riit Chandravedee Bauhadoor – âgée, depuis octobre 2013, de 7 ans –, a décroché cette année le troisième prix de sa catégorie (4-6 ans) dans une compétition internationale organisée par le musée Van Gogh d’Amsterdam, aux Pays-Bas. Sa peinture peut être vue dans la galerie du musée jusqu’au 12 janvier. 
« Congratulations ! You have won third prize in the age group 4-6. That means your work will be on show at the Van Gogh Museum ! ». C’est en ces termes que René van Blerk, Senior Educator au musée Van Gogh, a annoncé la nouvelle, par voie de courier postal, à la petite lauréate mauricienne. 
Riit Bauhadoor et sa soeur cadette, Kohana Bauhadoor, avaient toutes deux envoyé leurs travaux, dont le thème était « Van Gogh is celebrating ». La compétition, organisée par le musée Van Gogh d’Amsterdam, dans le but de faire connaître l’artiste et son oeuvre à tous, était ouverte aux enfants de 4 à 12 ans. Le premier prix est allé à l’Indonésienne Kennard Alvaro Hadinata et le deuxième à Ching Constance Yip de Hong Kong.
C’est Deepa Bauhadoor qui a inscrit ses deux filles à la compétition. « Je suis très contente. Riit est sortie 3e de sa catégorie sur 300 envois d’enfants de 23 pays. Je pense que c’est une fierté pour Maurice aussi », fait-elle ressortir. La fillette a reçu des livres et des autocollants en cadeau du musée. « Elle ne se rend pas compte de ce que cela représente en ce moment », fait ressortir Deepa Bauhadoor, qui précise que « c’est une grande fierté pour les parents ». 
Notre interlocutrice affirme que c’est aussi encourageant pour les enfants mauriciens. « Il suffit de faire acte de candidature pour qu’un enfant mauricien puisse participer aux concours internationaux. » Selon elle, cela prouve qu’ils ont le potentiel pour réussir. La compétition a été lancée début mai et les enfants avaient jusqu’au 1er septembre pour soumettre leurs travaux. 
Riit, comme les autres enfants de son âge, peint depuis l’âge de deux ans et demi, fait ressortir sa mère. Toute surface, dure ou molle – que ce soit les murs, le sol, sa robe, les draps, l’oreiller… – constituent pour elle un support pour apposer ses couleurs et ses coups de crayons. Riit Bauhadoor peint tous les jours, surtout pendant les vacances. Sur canevas également, précise sa mère, qui observe qu’elle est exposée à une multitude de matériels d’art depuis toute petite : canevas, pinceaux, peinture, pastels, couteau, papier… « Elle a une petite collection de six acryliques sur canevas », fait-elle ressortir. Pour la mère, « elle perpétue la tradition de la famille, qui accorde une importance particulière à l’art, que ce soit la musique, l’écriture ou la peinture ».