On ne lui accordait jusqu’ici que peu de considération. On ne croyait pas dans son potentiel avenir. Mais, l’artisanat, renaît de ses cendres. Et, les autorités sont bien décidées à donner un vrai coup de boost à ce secteur. La Chambre de Commerce et d’Industrie (MCCI) et la SMEDA viennent de lancer un site web dédié aux artisans où ils peuvent exposer et vendre leurs produits en ligne à travers le monde. De l’autre côté, la SMEDA et les autorités ont su négocier avec la Mauritius Duty Free Paradise, qui, après une commande de Rs 1,3 M de produits artisanaux, vient de passer une deuxième commande de Rs 1,7 M. La demande va croissant et la SMEDA insiste que l’artisanat a de l’avenir. L’accent est mis sur la formation des artisans et la qualité des produits.
Le centre d’exposition des produits artisanaux de la SMEDA à Coromandel, qui est aussi un point de vente, est une vitrine du savoir-faire des artisans mauriciens. Une charrette tirée par un boeuf ; un tableau-miroir arborant l’image d’un dodo ; des marque-pages en soie peints à la main aux couleurs de l’île ; des maquettes de pirogue ; des peluches dodo ; des poupées ségatières ; des sculptures d’animaux sur noix de coco ou encore des porte-bouteilles en bois… Les produits de 119 artisans sont exposés. Mais, avant d’être arrivés ici, ces objets souvenirs ont fait l’objet d’un examen par un comité technique pour déterminer s’ils sont à la hauteur de la qualité exigée. Et, si jamais un produit ne passe pas le test, des formateurs assurant des ateliers à la SMEDA interviennent pour rehausser le niveau de travail de l’artisan.
« Ce centre permet aux produits des artisans d’être visibles aux hôteliers, à la Mauritius Duty Free Paradise (MDFP), aux ministères… Par exemple, nous avons l’Ahrim et la MDFP qui viennent ici et font un choix des produits qu’ils vont prendre pour vendre dans leurs boutiques. Les ministères viennent quand il faut choisir des cadeaux de fin d’année par exemple. C’est une manière de promouvoir le savoir-faire de nos artisans », explique Bhushan Mungur, Commercial Executive de la SMEDA.
Le Managing Director de la SMEDA, Phalraj Servansing, faisait ressortir récemment que « le secteur de l’artisanat était très malade mais aujourd’hui il revit ». En effet, depuis décembre 2016, fort de sa location stratégique à l’aéroport, la Mauritius Duty Free Paradise a d’abord commandé Rs 235 000 de produits artisanaux en essai. Par la suite, une commande de Rs 1,3 M a été faite et la dernière commande de la boutique hors taxe de Plaisance s’élève à Rs 1,7 M.
Il faut souligner que ces produits exposés à la SMEDA sont fabriqués à Maurice contrairement aux objets souvenirs sur lesquels sont inscrits “Made in Mauritius” mais qui sont en fait importés. « Nous n’avons pas de problème en soi avec l’importation mais elle entraîne une compétition injuste. Si une personne fait produire en grande quantité un objet à Madagascar ou en Chine et vient les vendre à moins cher à Maurice, avec l’inscription “Made in Mauritius”, ce sont nos artisans qui sont pénalisés ». À l’aéroport, « la SMEDA a la chance d’être la seule à y être. Les touristes peuvent être sûrs que ce sont là des produits authentiquement mauriciens. Ailleurs, au marché, par exemple, ils ne peuvent être sûrs ». Pour l’heure, toutefois, l’espace de la boutique artisanale à l’aéroport ne fait qu’un mètre carré. « Avec le succès qu’on connaît avec ces produits en ce moment, nous négocierons pour agrandir l’espace. La MDFP veut promouvoir les produits locaux et donner la chance aux petits artisans ».
La SMEDA compte aussi, à côté du centre d’exposition, un centre de formation où se déroulent différents ateliers : emballage, bois, textile, bijouterie, entre autres. « Le but est d’assurer un minimum de qualité pour attirer la clientèle. Nous leur conseillons aussi des produits qui soient market driven et customer oriented. Nous encourageons les gens à se lancer dans l’artisanat. Tant que le tourisme sera un secteur clé — et nous avons déjà dépassé la barre de Rs 1 M, il y aura de l’avenir dans l’artisanat ». La MCCI et la SMEDA ont d’ailleurs apporté leur soutien aux artisans à travers la création d’un portail en ligne (www.taxfreeshopping.mu) où ils peuvent donner tous les détails sur leurs produits et même les vendre en ligne à Maurice et même à travers le monde…
La SMEDA organise par ailleurs des foires locales au Port-Louis Waterfront, au Swami Vivekananda International Convention Centre et au Mahébourg Waterfront pour donner l’occasion aux petits entrepreneurs de présenter et vendre leurs produits. Elle a aussi participé à deux foires internationales à Kuala Lumpur en 2015 et 2016. Elle compte une boutique au Craft Market, Caudan Waterfront. « Notre désavantage, c’est que nous vendons à des prix fixés et nous ne donnons pas de commissions aux tour-opérateurs ».