« Ce qui est alarmant, c’est que d’après certains chiffres, les importations de produits artisanaux vendus aux touristes s’élèvent à quelque Rs 200 M. Nous devons mettre un terme à cela. Et cette plate-forme en ligne vient résoudre ce problème de produits non authentiques. » C’est ce qu’a déclaré le ministre des PME, Sunil Bholah, ce matin au lancement de “Creative Mauritius”, une nouvelle rubrique qui vient s’ajouter au portail en ligne de la MCCI (www.taxfreeshopping.mu) et qui se donne pour but de booster le secteur de l’artisanat. Le ministre a par ailleurs indiqué que suite à des pourparlers avec son homologue indien, ce dernier a accepté de déléguer des maîtres artisans en vue de former des formateurs à Maurice qui, à leur tour, formeront les entrepreneurs dans le secteur de l’artisanat.
« J’ai un grand intérêt pour le secteur de l’artisanat car les opérateurs ont souffert pendant très longtemps. Il y a aujourd’hui beaucoup de produits artisanaux qui sont importés. D’après certains chiffres, ces importations s’élèveraient à quelque Rs 200 M. Nous devons donc mettre un terme à cela », estime le ministre, qui indique que, depuis son arrivée en tant que ministre, il a accordé beaucoup d’importance à ce secteur. « Nous avons parlé avec la MCCI et nous sommes tombés d’accord pour créer une plateforme en ligne pour résoudre tout le problème. Quand un touriste vient à Maurice, les produits artisanaux occupent une place importante dans leur bagage. Cette plateforme présente les produits artisanaux des Mauriciens, où ils peuvent présenter leurs produits avec tous les détails. Nous corrigeons de fait ce problème d’importation puisque tous les produits sur cette plateforme seront entièrement fabriqués à Maurice et, donc, sont authentiques », poursuit-il.
Par ailleurs, cette plateforme présente un autre avantage, selon Sunil Bholah. « Beaucoup de touristes ne peuvent venir dans les boutiques artisanales car étant bloqués entre les mains des tour-opérateurs et taxis. Cette plateforme leur donnera la possibilité de faire du “online shopping”. Et les opérateurs peuvent livrer les produits dans les hôtels, villas ou appartements où ils se trouvent. Cette facilité de faire du shopping est donc à leur disposition. »
D’autre part, les étrangers peuvent également passer commande à partir de leur pays sans qu’ils n’aient besoin de se déplacer. « Ce sont autant de possibilités que nous sommes en train d’offrir aux Mauriciens et aux Rodriguais, ce qui constitue donc un “boost” pour le secteur de l’artisanat. » Le ministre dit voir ce secteur avec beaucoup d’optimisme, ajoutant : « Je pense que tous les opérateurs dans ce domaine ont un brillant avenir. » Au total, 650 artisans ont été dénombrés et 125 sont déjà présents sur cette plateforme en ligne.
Lors du lancement de la nouvelle rubrique, le président de la Chambre de commerce et d’industrie, Azim Currimjee, a indiqué que le portail www.taxfreeshopping.mu, lancé en 2014, a pour but de représenter un guide de shopping professionnel aux touristes tout en leur apportant des informations au sujet de produits authentiques. Chaque entrepreneur enregistré sur le site a sa propre page avec les détails sur leurs produits et un plan de leur boutique. Selon lui, être vu ne suffit plus aujourd’hui. « Il faut aussi que les touristes puissent acheter en ligne, d’autant qu’avec le couloir Afrique/Asie, le nombre de visiteurs ne cessera d’augmenter. »
Pour rappel, le portail www.taxfreeshopping.mu est un site géré par la Chambre de commerce et d’industrie de Maurice et est dédié au shopping en détaxe. Le site apporte plusieurs informations utiles aux touristes, tels les bureaux de change, la location de voiture, la découverte de l’île ainsi que les meilleures adresses des attractions et autres lieux de détente. Il indique aussi une liste de magasins étant distributeurs agréés des marques qu’ils représentent, garantissant ainsi l’authenticité de leurs produits.
Le site de la MCCI est promu à travers le monde au moyen de brochures distribuées dans les hôtels et à l’aéroport, ainsi que de billboards… Quelque 70 000 brochures sont distribuées chaque année.