Les créations artistiques de l’association Local Hands démontrent que l’artisanat local a désormais son poids dans l’économie du pays. Qu’ils s’appuient sur les traditions anciennes, les techniques qui ont fait leur preuve ou qu’ils s’enrichissent selon la demande de la clientèle, les produits que proposent les artisans, chefs d’entreprise dans les boutiques ou récemment lors d’une exposition à l’hôtel Le Mauricia, s’avèrent importants dans la création artistique (céramique, bijouterie, arts graphiques, décoration) ou des métiers. Les artisans ont aussi présenté leur nouveaux produits (incluant aménités, produits boutique et give aways) sous le label Local Hands. Ce sont en fait une cinquantaine d’artisans du projet Fondation Espoir et Développement et la Fondation Médine Horizons (FED/FMH) qui se sont lancés, depuis août 2012, dans la labellisation de leurs produits. Le ministre Dayal a salué l’engagement de Beachcomber dans le social : “FED pé contribuer dans projet société « la lutte contre la pauvreté » ki gouvernement finne initié et ki pe mette en oeuvre à travers la NEF qui ene ‘executing agency’ de mo ministère de l’Intégration sociale.”
L’association Local Hands regroupe une cinquantaine d’artisans du projet FED : c’est sous ce label (Local Hands) que les créations des artisans sont désormais commercialisées. La FED et Local Hands poursuivent le même objectif que celui fixé lors du lancement du projet Micro-entreprises Artisanat en 2006 : permettre à des personnes issues de milieux modestes d’être des entrepreneurs, de devenir de vrais entrepreneurs capables de faire de l’artisanat un secteur porteur. “Local Hands est un prolongement du projet Micro-entreprises Artisanat de la Fondation Espoir et Développement. Ils sont une cinquantaine d’artisans à faire partie de l’association, qui compte sept ateliers de production situés à St-Paul, Poudre d’Or, Bambous et La Gaulette. Le but de Local Hands est d’encadrer les artisans dans la création, la fabrication, et le marketing de leurs produits, afin qu’ils puissent réaliser des produits de qualité qui mettent en valeur l’artisanat local”, selon la FED. Suren Dayal, le ministre de l’Intégration sociale et de l’Autonomisation économique, a reconnu l’autonomie, le savoir-faire de ces artisans qui génèrent l’essentiel de leurs revenus de la vente de produits : “L’initiative FED, à travers Local Hands, li ene bel exemple d’empowerment banne madam qui contribié pou mette nou ti zil Moris davantaz lor mappemonde… mo félicite FED ek Local Hands pou zot exemple de collaborasyon ek reussite. Mo espere ki avec la mazie zot la main, bane artisanes pou kapav atteine zot objectif. Et mo souhaite zotte bonne chance dans zot l’aventure.”
Local Hands évoque la créativité artisanale : Kan tou lamin bann artizan bat ansam, li fer enn son et l’art prime. La créativité artisanale apparaît comme un élément central de l’entreprise artisanale au regard de son système de gestion et des stratégies mobilisées et des produits réalisés (créations en terre cuite — théières, tasses…), produits fabriqués à partir de coques de coco (plateaux, bols, salières et poivriers), et produits textiles (nappes, serviettes de table, housses, coussins, poufs…). Tous ces produits sont écoulés dans les hôtels Beachcomber mais aussi dans d’autres entreprises comme L’Aventure du Sucre, Casela, Dacom Ltée.
C’est à St-Paul, Phoenix, qu’a démarré en 2006 le premier atelier de création artisanale sous la FED qui aura comme co-sponsor la FMH. Si les produits sont aujourd’hui valorisés, il reste à définir les enjeux d’une reconnaissance de la propriété intellectuelle pour les entreprises artisanales.