Pendant toute la semaine, au rythme d’une à deux représentations par jour, le Marathi Folk and Dance Group a amené les Mauriciens dans un voyage au coeur de la musique folklorique traditionnelle marathie. L’ouverture de cette tournée de la troupe maharashtrienne pour une double manifestation, le Festival de l’Inde et la fête Ganesh Chaturthi, célébrée hier, a eu lieu mardi soir au Centre Indira Gandhi pour la culture indienne (IGCIC) à Phoenix.
Pendant deux heures d’affilée, la troupe composée de dix artistes dont une danseuse, Reshma Musale et deux chanteurs de renom, Ganesh Chandanshive et Nandesh Vithal Umap, a gardé l’attention des spectateurs dont la plupart découvraient pour la première fois les genres musicaux et danses traditionnelles du Mahasrashtra.
Revêtant un caractère religieux, le spectacle a démarré avec un hommage rendu au dieu Ganesh. Les deux chanteurs se sont produits en duo pour le plus grand bonheur des spectateurs.
Dès cet instant, le ton était donné pour une soirée festive où les rythmes d’influence moghole étaient apparents. Nandesh Vithal Umap nous affirme qu’il y a certainement eu des influences réciproques avec ceux qui sont venus en Inde du Moyen Orient et qui en sont repartis. « Ils ont peut-être leur manière de faire en Inde et ils ont pris ce qu’ils ont appris ici pour l’amener chez eux ». Évoquant la manière de jouer le “duff” maharashtrien, il précise qu’il y a une légère variation. « During the 1600 and 1700 people used to play the duff. It was also the Mughal period with the fight against Shivaji Maharaj », dit-il.
Acteur de théâtre aussi, notamment du Tamasha folk theatre, Nandesh Vithal Umap a offert un magnifique jeu de scène au spectateur, incarnant le rôle féminin dans un extrait de Ramleela, en marathi.
Le Tamasha folk theatre est un théâtre traditionnel de l’État du Maharastra, marqué par des chants et danses, mais influencé par d’autres formes d’art indiennes : le qawwali, les ghazals, le kathak, le kirtan, entre autres.
Plus tard dans la soirée, portant une grande jupe et arrivant sur scène en tournant, à la manière d’un derviche tourneur, Ganesh Chandanshive frappera les esprits. Il sera rejoint par Nandesh Vithal Umap, pour offrir une danse similaire. Celui-ci porte une jupe, faisant plusieurs fois la largeur de celle que porte son ami, des bijoux fait de coquillages (ndlr : des petites coquilles-bonheur comme on les connaît à Maurice) très chargés et de ghoongourous qui pèsent environ 8 kg. Cette danse est offerte à la déesse Bhavani. « Les tulja bhavani sont deux qui vénèrent la déesse Bhavani. Pour cette danse dévotionnelle, il porte une grande jupe taillée dans environ 40 à 45 mètres de tissu qui pèse environ 7 à 8 kg. Le bijou est fait de coquillages. Nous prions la déesse pour lui dire merci d’avoir créé le monde et tout ce qu’elle nous a donné et on lui demande le bonheur et la paix pour la famille et les amis ». Nandesh Vithal Umap nous expliquera que cette danse est pratiquée seulement par les hommes car les femmes n’ont pas le droit d’aller au temple lorsqu’elles sont indisposées.
La danseuse du Lavni traditionnel, Reshma Musale, ravira le public par la grâce de ses mouvements tantôt dans un rythme lent et tantôt dans un rythme accéléré. Elle présentera dans un premier temps un “mujra”, une danse ayant pour base le kathak, originaire de la période moghole. Dans la culture marathie, cette danse est une salutation. La danseuse se couvre le visage en entrant sur scène, tout en se baissant, elle frappe trois fois, de sa main droite, sur son estomac pour présenter ses salutations. Elle reviendra sur scène pour une deuxième danse toute aussi séduisante que la première.
Reshma Musale a commencé à se produire en public à l’âge de 15 ans. Elle se spécialise dans le Lavani, une combinaison de chants traditionnels et de danses, effectués au son du “dholki”, un instrument de percussion propre à la culture marathie. La troupe poursuit sa tournée dans l’île aujourd’hui. Elle se produira au Marathi Kaylasth Mandir à Baie-du-Cap, de 17 h à 17 h 30 ; à La Gaulette Marathi Alandi Mandir, de 19 h à 19 h 30 ; et à la Belle-Rose Upkari Sabha de 20 h 30 à 21 h. Elle quitte le pays pour Mumbai demain.