Le ministère des Arts et du Patrimoine culturel a rendu public mardi soir son plan d’action post-Covid pour le secteur culturel. Celui-ci est mis en ligne sur la page Facebook du ministère, mais, surtout, un « help desk » se tient à la disposition des artistes pour tout renseignement sur ce plan et son application dans les différents secteurs. Approuvé par le Conseil des ministres le 15 mai, ce plan de relance se décline en 13 mesures applicables sur une durée de six mois, qui font la part belle aux nouvelles technologies et plateformes numériques.

Le Plan d’action post-Covid-19 pour le secteur créatif vise à soutenir la vie culturelle et assurer une continuité à la création dans cette période particulièrement difficile, où les acteurs artistiques subissent de plein fouet les effets de la pandémie et du confinement. Nombre des 13 mesures proposent en effet des solutions alternatives aux performances scéniques, en permettant tout de même aux musiciens, comédiens ou autres danseurs de se produire, pour diffuser leurs prestations sur des plateformes digitales ou à la télévision.

En attendant que salles de spectacles, musées et galeries rouvrent leurs portes, la vie culturelle mauricienne s’est manifestée de différentes manières sur la toile pendant le confinement, avec des expositions virtuelles et plusieurs clips musicaux initiés par les artistes eux-mêmes et quelques organisations. Le ministre des Arts et du Patrimoine culturel, Avinash Teeluck, propose à travers ce plan une panoplie d’aides à la création et à la production, qui pourrait permettre une diffusion plus régulière et systématique sur les écrans.

Des concerts à huis clos seront organisés chaque semaine au Théâtre Serge Constantin pour être diffusés sur les chaînes de la télévision nationale et sur des plateformes numériques. Les artistes et groupes musicaux intéressés fourniront une prestation d’une durée de 30 minutes au maximum et seront rémunérés pour une somme pouvant aller jusqu’à Rs 60 000. Les comédiens et dramaturges sont appelés eux aussi à monter des pièces de théâtre, selon le même principe, à huis clos et diffusé en ligne et à la MBC, mais sur une base mensuelle. Rs 200 000 au maximum, costumes et décors compris, pourront être allouées à ces prestations, qui doivent présenter des textes littéraires inscrits aux programmes du SC et du HSC. D’autres performances artistiques ou musicales, présentées notamment par les artistes qui opèrent habituellement dans l’hôtellerie, bénéficieront d’une enveloppe de Rs 40 000 par prestation.

Le soutien à la production d’albums et de DVD est rehaussé à Rs 40 000 pour la production d’un support audio, auquel s’ajoutent Rs 20 000 dans le cas d’un DVD. Surtout, l’album peut contenir un minimum de cinq titres, au lieu de huit auparavant, pour une durée totale de 15 minutes au lieu de 30. Une nouvelle aide a été créée pour soutenir la production de single, à hauteur de Rs 10 000 pour le CD, somme qui sera doublée pour la production d’un DVD.

L’émission télévisée Lil Moris, nou kiltir, nou talan va promouvoir chaque mois l’art et la culture mauricienne en se concentrant sur les artistes émergents, l’histoire, la culture et le patrimoine. Et surtout, les artistes qui y participeront seront rémunérés pour leur collaboration.

Formation en ligne

Le volet formation développe un programme spécial de cours de danse virtuels, proposé en collaboration avec les écoles de danses et les chorégraphes du pays. Les élèves accèderont à cette plateforme à travers une application développée pour l’occasion. Le Centre de formation artistique du ministère va quant à lui dispenser de cours en ligne dans les autres disciplines, telles que la musique ou la peinture (etc.), auxquels on pourra également accéder à travers cette application mobile.

Dans le domaine de la littérature Jeunesse, les Centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC) vont développer le « story telling » en puisant dans les histoires et les contes mauriciens qui ont nourri notre belle tradition orale. Une émission télévisée mettra l’accent sur la littérature mauricienne, en permettant aux auteurs de présenter leurs textes, qui pourront aussi être commentés par des critiques et des pédagogues. Ces derniers se pencheront aussi particulièrement sur les textes étudiés à l’école. Ce plan évoque aussi la mise en place d’un système d’acquisition d’œuvres littéraires sur une période donnée, à hauteur de Rs 25 000 par auteur. Enfin et surtout, le ministère lance un appel à textes courts, qu’il s’agisse de nouvelles ou de poèmes, dans le but de composer l’anthologie « coronavirus » mauricienne, qui sera disponible sous forme de e-book. Moyennant une allocation de Rs 5 000 à Rs 10 000, chaque auteur partagera ce que lui aura inspiré cette expérience terrible et inédite du confinement sous la menace de la Covid-19.

Dans le domaine des arts plastiques, la mesure qui sera sans doute la plus visible est la commande de fresques murales, réalisées par nos artistes de rue sur 40 sites en plein air. Mais ils devront pour cela plancher sur le thème imposé de la consolidation de l’unité nationale. Un projet d’acquisition d’œuvres d’art est évoqué, tandis que les plasticiens et photographes d’arts pourront bénéficier du soutien du National Arts Fund pour l’organisation d’expositions, et salons virtuels… Enfin, en attendant la réouverture des sites inscrits au patrimoine de l’humanité, et des musées qui les accompagnent, des visites virtuelles de ces lieux seront produites et mises en ligne. Renseignements au 213-4233 ou au 214-2173, ou sur machdesk@govmu.org.