La pièce de Molière met en scène les élans de vie, les pouvoirs de l’homme, les masques, l’hypocrisie de Tartuffe. Gwenaèl Morin, qui assure la mise en scène de Tartuffe d’après Tartuffe, pièce qui sera présentée le 10 décembre au Théâtre Serge Constantin, Vacoas, a choisi un angle différent. « Voir  tout sans ne rien croire » : la dernière, la pire hypocrisie est celle que l’on se joue à soi- même. En ce sens, le «Tartuffe d’après Tartuffe » que nous avons fait ressemblerait davantage à un « Orgon  d’aprèsTartuffe ». J’ai voulu avec ce spectacle montrer l’histoire d’un homme traître à lui-même », écrit Gwenaèl Morin. Le spectacle a été créé dans le cadre du Théâtre Permanent produit par la Compagnie Gwénaèl Morin et Les Laboratoires d’Aubervilliers. Sur scène, on verra un Orgon subjugué par Tartuffe dont il admire la foi profonde. En fait, il y a deux grands coupables dans Tartuffe : Orgon et Tartuffe. Le premier croit dans les apparences. Si Tartuffe rote, il lui dit « Dieu vous aide ». Orgon, aveuglé, impose un ordre nouveau dans sa maison. Tartuffe, lui, est coupable d’être au service de la chair. Il avance avec un masque sous lequel tout est possible. Outre l’hypocrisie de Tartuffe, le sujet de la pièce est déjà une image de la comédie humaine : les conflits, les masques, ce que l’homme invente pour contrôler les forces ou les libérer. Molière avait mis en scène un hypocrite qui utilise la religion pour tromper son monde. La Compagnie Gwénaèl Morin montre un Orgon qui satisfait un double voeu : il se donne à Tartuffe et il se donne à dieu. Mais le premier don est plus grand que le second. Une tension dramatique exceptionnelle règne au sein de cette pièce de même qu’une crédulité destructrice.
Théâtre contemporain à l’initiative de l’IFM. Mise en scène de Gwénaèl Morin avec: Renaud Béchet, Julian Eggerickx, Olivia Bouet-Willaumez, Grégoire Monsaingeon, Ulysse Pujo. Samedi 10 décembre à 20h au Théâtre serge Constantin.