Intervenant hier soir dans le cadre des débats sur le budget, le ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale, Arvin Boolell, a lancé un « word of caution » à l’adresse de ceux qui souhaitent conclure une alliance avec le MSM : « Be careful, beware the Ides of March ».
Le ministre Boolell, dernier orateur à prendre la parole hier, n’a pas fait de cadeau au MSM en rappelant ce qui appelle « l’ingratitude » de ce parti à l’encontre de sir Satcam Boolell et sir Gaëtan Duval. Pour lui, l’alliance du Parti travailliste avec le MSM a été une erreur. Il a critiqué ceux qui « bring to disrepute » le bureau du président de la République. « We know what is going on at the Réduit », a-t-il dit en estimant que si son occupant veut faire de la politique, il doit avoir le courage de démissionner afin de faire face à l’électorat. Concernant l’affaire MedPoint, Arvin Boolell a estimé que ce dossier va entraîner le “meltdown” du MSM. Il a observé qu’aucun signe de solidarité n’a été manifesté de la part du MSM à l’égard de Mookhesswur Choonee lorsque ce dernier a été interpellé par l’ICAC. Or cette fois, dans le cadre de l’affaire MedPoint, les ministres démissionnaires avaient dans un premier temps annoncé qu’ils resteraient fidèles au leader du Parti travailliste pour par la suite quitter le gouvernement et se joindre à l’Opposition du jour au lendemain. Il a accusé le MSM d’avoir voulu dans ce cadre faire un chantage avec le Premier ministre. Pour clore ce chapitre, Arvin Boolell a fait comprendre qu’il y a de la place pour ceux qui veulent rejoindre la majorité pour avoir été élu sous la bannière de l’Alliance de l’Avenir.
Commentant le budget, le ministre des Affaires étrangères a estimé que c’est un budget inclusif. « Un Mauritius Incorporate Budget », a-t-il lancé. Il a fait le point sur la situation économique dans le monde et estimé qu’il faut prier pour que l’Union européenne ne s’écroule pas. « Même les pays comme la Chine et l’Inde sont en train de montrer du doigt l’Union européenne pour lui demander de bien se tenir ».
Arvin Boolell a fait mention des efforts de Maurice pour capturer de nouveaux marchés. Il a cité entre autres la Turquie, qui constitue une ouverture. Le ministre a annoncé la visite l’année prochaine d’une délégation d’hommes d’affaires dirigée par un ministre turc.
Arvin Boolell s’est réjoui de l’accord conclu avec les Seychelles concernant la gestion des fonds marins. Cet accord ouvre des perspectives nouvelles pour les deux pays. Dans ce contexte, il a annoncé que le président de la République des Seychelles sera l’invité d’honneur de Maurice à la fête de l’Indépendance l’année prochaine. Ce sera l’occasion pour les dirigeants des deux pays d’évoquer la « blue and green economy ». M. Boolell a évoqué les efforts effectués par Maurice pour aider Madagascar à sortir de la crise grâce à l’adoption d’une feuille de route menant à un retour à la normale à la suite des élections présidentielles. Il s’est réjoui de la nomination de Jean-Claude de l’Estrac aux fonctions de secrétaire général de la Commission de l’océan Indien, ce qui démontre, selon lui, que le gouvernement favorise la compétence au détriment d’une approche partisane.
Arvin Boolell a aussi évoqué la volonté des autorités de faire en sorte que Maurice devienne un centre régional pour les services financiers avec une ouverture non seulement sur l’Inde mais aussi sur la Chine et l’Afrique.
Il a finalement annoncé la création d’une école pour la formation des fonctionnaires qui comprendra également une école de diplomatie.