Le ministère des Arts et de la Culture prend l’engagement d’oeuvrer à la réalisation des objectifs de la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024), a affirmé le ministre de tutelle, Santaram Baboo, jeudi, lors de la cérémonie officielle de lancement de cette décennie au Centre Nelson Mandela pour la culture africaine et de l’ouverture de l’exposition sur la vie de l’oeuvre de Nelson Mandela.
Le ministre inscrit cette double manifestation dans le cadre des activités célébrant le 180e anniversaire de l’abolition de l’esclavage à Maurice. Selon lui, il y a eu un long chemin parcouru depuis cette date, mais beaucoup encore reste à faire. Si à l’époque, la lutte était pour la liberté physique, aujourd’hui, dit-il, elle est pour la reconnaissance et la pratique culturelles qui sont indispensables pour le développement humain. Il rappelle que les objectifs de cette décennie sont la promotion des droits économiques, sociaux, culturels, civils et politiques des personnes d’ascendance africaine, le respect de l’héritage culturel de tous et la reconnaissance de la contribution des personnes d’ascendance africaine dans le développement économique des sociétés.
Santaram Baboo souligne que son ministère travaille pour la préservation de ces cultures et valeurs, y compris celles de la communauté d’origine africaine. Soulignant que le sega tipik est devenu un patrimoine intangible de l’Unesco depuis novembre 2014, alors que c’était une pratique méprisée, empêchant les descendants d’esclaves de profiter pleinement de leur culture, aujourd’hui, dit-il, cette reconnaissance leur permet de la vivre pleinement et de combattre l’exclusion sociale et économique. Ils pourront, selon lui, plus facilement en faire leur gagne-pain. Il indique que le gouvernement a pour projet de construire un musée sur l’histoire de Maurice, son peuplement et sa culture multiple. Ce projet prendra sans aucun doute en considération l’apport des personnes d’ascendance africaine dans le développement économique du pays.
Auparavant, le président et le directeur du Centre Nelson Mandela, le père Philippe Fanchette et Jimmy Harmon, de même que Nomvuyo Nokwe, Haut-commissaire d’Afrique du Sud à Maurice et Sridhar Nagarajah, directeur de la Standard Chartered Bank, se sont adressés à l’assistance.
Mme Nokwe s’est longuement appesantie sur la vie et l’oeuvre de Nelson Mandela qu’elle a d’ailleurs connu. Elle a aussi rappelé que c’est lui qui avait posé la première pierre du Centre Nelson Mandela, à Maurice. L’exposition itinérante, « Life and times of Nelson Mandela » proposée par la Fondation Nelson Mandela de Johannesburg sera visible jusqu’à vendredi prochain au centre de La Tour-Koenig. Elle restera à Maurice pendant un mois.