Ashley et Chloé Epstein sont les heureux parents de Sage, 2,9 kg, qui vient de naître à la Clinique Bon Pasteur. En plein Covid-19, cette heureuse nouvelle ne peut que mettre du baume au coeur des nouveaux parents. Le père, Ashley, dit au Mauricien sa joie et son bonheur malgré le confinement de pouvoir serrer son fils dans ses bras.

La voix empreinte d’émotions ne trompe pas. Ashley Epstein savoure ce grand moment d’être père pour la première fois. Après dix ans passés à Cape Town, le couple rentre à Maurice au mois de février pour fonder leur entreprise, Infinite Foods Mauritius, spécialisée dans le « vegan ». Mais pourquoi être revenu au pays pour y être confiné ? Tout simplement, selon Ashley Epstein, parce qu’il n’y avait alors pas encore de signe du Covid-19 au Cap, et encore moins à Maurice. « On est doublement heureux que notre fils soit né à Maurice et qu’il ait la double nationalité », son épouse, Chloé, étant en effet d’origine sud-africaine, en sus d’être prof de yoga et spécialisée dans le « digital marketing ».

Chloé, justement, se remet graduellement de son accouchement. Le seul problème, pour Ashley Epstein, aura été la distance séparant son domicile, à Roches-Noires, de la Clinique Bon Pasteur. Il en profite cependant pour saluer le « professionnalisme » du personnel médical et du Dr Haroon Beebeejaun. « On avait nos masques, nos « sanitizers » et une rigoureuse hygiène à respecter. On est satisfaits du traitement reçu et, surtout, fiers d’accueillir notre premier enfant. On lui racontera après l’histoire de sa naissance autour du Covid-19 et notre fierté d’avoir pu le serrer dans nos bras. It’s amazing comme sentiment. »

Apprendre à se reconnecter

Parlant du confinement et de l’état d’esprit de sa femme, Ashley indique que cette dernière a fait de l’hydrobirthing, pratique consistant en des exercices de relaxation de sophrologie et de yoga, et qui font partie intégrante de la préparation à l’accouchement en parallèle à la préparation plus traditionnelle proposée dans la maternité. Pour vivre ce confinement en famille, Ashley reconnaît que l’idée du bien-être a toujours été ancrée dans sa notion de vie. En créant quelques années plus tôt Shift, sa compagnie, le but était d’ailleurs de faire prendre conscience de l’importance d’une « healthy lifestyle ». Sans compter les « Online Mindfulness Courses » et séances de méditation organisées au camp Bay Beach, au Cap. La méditation, il la perçoit comme « un éveil de la conscience » permettant à l’être humain de « se canaliser sur des choses importantes », selon lui. « Shift a été mise en place sur une base communautaire avec des événements autour de la méditation. »

Ashley Epstein note également l’importance d’avoir une nourriture saine et équilibrée. « On sait qu’une consommation élevée de viande rouge peut être cancérigène. Or, aujourd’hui, on a du burger végétal, avec une texture moelleuse comparable à celle de la viande, sauf que le burger vegan est plus protéique et est conçu à base de plantes. À travers Infinite Foods Mauritius, je compte proposer dans un proche avenir ce nouveau concept de vegan aux Mauriciens. »

Comme l’indique notre intervenant, la pandémie vient chambouler notre mode de vie et « il faut absolument que les Mauriciens deviennent plus self-conscious ». Et d’ajouter : « Il faut se tourner vers la méditation, apprendre à se reconnecter avec son environnement. C’est normal pour le monde entier de se retrouver dans un mode de stress, mais il faudrait utiliser ce confinement pour améliorer sa vie. Il faudrait revoir aussi ce qu’on met dans notre assiette et meubler son temps à travers des exercices en ligne. Et, surtout, privilégier ce bonheur de se retrouver en famille. »

Il conclut : « Il y a d’autres couples qui, comme nous, seront d’heureux parents, et cela nous fait prendre conscience que malgré le confinement, la vie peut aussi être belle à l’intérieur d’un foyer. Avec la venue de notre fils, ma joie est immense, tout comme celle de ma femme. On souhaite le même bonheur aux autres couples qui sont dans notre cas ou qui attendent leur premier enfant. »