L’Asosiasyo Taxi Vilaz Flic-en-Flac s’est réunie ce jeudi 17 mai face à la presse afin de faire entendre leurs voix. Las de « l’inaction » et du « mutisme » des autorités, ces membres envisagent d’enclencher des « actions musclées », réclamant la révocation du ministre Nando Bodha.

Concurrence déloyale des taxis marrons ainsi que des tours opérateurs « qui exercent dans l’inégalité sans permis adéquat »; l’autorité qui « continue à faire la sourde oreille » vis-à-vis de leurs nombreuses plaintes; les agressions durant les heures de travail; les correspondances, envoyées aux organismes et ministères concernés, qui sont restées lettres mortes… De nombreux problèmes gangrènent ce milieu.

Selon les membres, en raison de « l’ingérence » à la National Transport Authority, des brebis galeuses font la pluie et le beau temps. « Ena taxi ki sorti Calebasses toulezour li dan Flic-en-Flac e dan nou vilaz. Lapolis pa pran nou kont, zot dir al NTA. Kan al NTA, zot dit pena plint lapolis », fait ressortir un des chauffeurs de taxi présent.

Les membres de l’association n’ont pas été tendres envers le ministre du Transport, Nando Bodha: « NTA koumadir enn bouldog san ledan. Enn operater ki ena relasion ar NTA napa ezite pou pratik dan ilegalite. Nou pe demann  revokasion Bodha parski li enn fayit ».

Selon Atma Shanto, syndicaliste, suite à une manifestation devant le bureau du ministre, ce dernier les a promis que cette affaire sera traitée au Conseil des ministres afin de trouver une solution. Or, rien n’a été fait jusqu’à présent.  » Nou pe zis demann ki taximen osi viv, bizin imaniz sa sekter-la ».

L’Asosiasyo Taxi Vilaz Flic-en-Flac organisera une manifestation devant la station de police de Flic-en-Flac le 25 mai.  » Pa kestion krwaz lebra e res tranki. Nou’nn deside pou lev lavwa parski lotorite pa pe fonksione. Enough is enough. Nou pe dir pran kont nu soufrans. Tousala ena enn limit « , a lancé le négociateur.