Jiawed Ruhumatally, poursuivi pour l’assassinat de Gérald Lagesse lors du braquage de la MCB en février 2005, a comparu ce matin devant le juge Prithiviraj Fekna, qui préside ce procès en Cour d’assises. Le procès n’a toutefois pas démarré sur le fond, comme s’y attendaient les témoins assignés et les personnes appelées pour constituer le jury, étant donné que l’accusé a déjà plaidé non coupable. Ce faux départ est dû à la présentation par Me Zaredhin Jaunbaccus, avocat de l’accusé, d’une motion qui nécessitera des débats mercredi matin.
Le défendeur de Ruhumatally a fait valoir le droit de son client à réclamer que la totalité du dossier de l’affaire, dont le procès verbal des audiences de l’enquête préliminaire, soit traduit en créole. L’exercice devrait être effectué par un traducteur indépendant, dont le choix devrait cependant être validé par les deux parties. Ce sera soit à la poursuite, soit à l’État de faire les frais de cette transcription. Me Natarajen Moonesamy, avocat du bureau du DPP – qui dirige le panel d’avocats de la poursuite –, a objecté à la motion. Le juge a alors décidé d’entendre les arguments des deux avocats mercredi matin.
Rappelons que cette affaire remonte à février 2005. Deux complices de Ruhumatally, à savoir Daniel Désiré Steve Monvoisin et Jacques Désiré Laval Sambacaille, ont eux accepté les faits qui leur étaient reprochés dans le cadre de la disparition de Gérald Lagesse, ancien Customer Care Supervisor de la Mauritius Commercial Bank (MCB). Le Directeur des Poursuites publiques avait logé une charge d’assassinat sur les deux prévenus ainsi que sur Jiawed Ruhumatally. Les deux premiers nommés ont décidé de plaider coupable si la charge était réduite à celle de « manslaughter » (meurtre sans préméditation). Ils ont écopé de 16 ans de prison. Steve Monvoisin a passé 1 021 jours en détention préventive et Laval Sambacaille, 608 jours. Leurs jours d’emprisonnement seront déduits de la sentence. Le juge a dit avoir pris en compte le fait que les deux hommes avaient plaidé coupable ainsi que leur situation familiale.
Le ministère public était représenté dans cette affaire par le State Counsel Me Nataraj Muneesamy. Il a appelé le Dr Sudesh Kumar Gungadin, Chief Police Medical Officer (CPMO), à la barre des témoins. Ayant autopsié le corps de la victime en février 2005, le légiste a expliqué que Gérald Lagesse avait reçu des coups sur tout le corps, causant même une fracture de son os nasal. Sa mort est due à une asphyxie du fait de son bâillonnement. Le responsable du département médico-légal a précisé que la victime s’est étouffée avec les morceaux de papiers introduits dans sa bouche pendant le braquage du Main Vault de la MCB, rue Sir William Newton, Port-Louis, le 11 février 2005. Son visage avait également été scotché à l’aide de ruban adhésif.
Lors du procès, les deux hommes ont été appelés à la barre des témoins par leurs avocats respectifs et ont soutenu qu’ils ne voulaient pas la mort de Gérald Lagesse. Ils ont présenté leurs excuses à la famille, à la société ainsi qu’à la cour. A noter que Laval Sambacaille a expliqué qu’il n’avait nullement l’intention de voler. Steve Monvoisin avait retenu les services de Me Yanilla Moonshiram alors que Laval Sambacaille, lui, était défendu par Me Ravi Rutnah.
Rappelons que les voleurs avaient emporté quelque Rs 51,8 millions. Si les recherches de la police ont permis de récupérer une somme de Rs 3 millions, dissimulée sous un pont à Ébène, la majeure partie du butin demeure jusqu’ici introuvable. L’enquête a été menée par la Major Crime Investigation Team.