Le corps sans vie de Kennedy Laviolette, un quadragénaire retrouvé lundi matin dans une bâtisse désaffectée à rue Chapelle, Le Bouchon, a abouti à une première arrestation. Il s’agit de George Kalou, 41 ans, un compagnon de beuverie de la victime, connu des services de police.
Intrigué par des cris de douleur provenant d’une bâtisse désaffectée, un habitant de Le Bouchon avait alerté le SAMU quant à la présence d’un individu portant plusieurs blessures au visage. Le personnel du SAMU n’avait pu que constater le décès de Kennedy Laviolette à son arrivée. Mandés sur place, les policiers du poste de Plaine-Magnien ont confirmé la thèse de “foul play”, un morceau de bois taché de sang ayant été retrouvé à proximité. La CID, le Scene of Crime Office (SOCO) et la Major Crime Investigation Team (MCIT) ont été dépêches sur les lieux. Les enquêteurs devaient dès lors privilégier la thèse d’une partie de beuverie ayant mal tourné, d’autant qu’il était connu de tous qu’au moins trois sans domicile fixes vivaient dans cette bâtisse. Kennedy Laviolette, bien qu’étant domicilié à l’Escalier, y passait la majeure partie de ces soirées à boire et dormir sur place. Il aura fallu un peu plus de deux heures aux forces de l’ordre pour confirmer son identité puisque la victime avait eu le visage complètement amoché.
George Kalou, qui se disputait souvent avec la victime, a ainsi été désigné comme suspect principal, mais ce n’est qu’hier soir que la police a pu l’appréhender chez ses proches à Le Bouchon. Il a été mis en examen et inculpé d’assassinat en Cour de District de Grand-Port. Niant avoir battu à mort son ami, il prétend que ce dernier aurait fait une chute accidentelle du 1er étage. Deux autres compagnons de beuverie sont toujours activement recherchés. Une autopsie pratiquée par le médecin légiste en chef de la police, le Dr Monvoisin, a attribué la mort du quadragénaire à une fracture du crâne. C’est aujourd’hui qu’auront lieu les obsèques de Kennedy Laviolette. Il laisse derrière lui quatre enfants : un garçon et trois filles. L’enquête se poursuit.