L’audition des témoins de la défense se poursuit dans l’affaire de l’assassinat de Marie Greta Menes entendue devant la Cour d’assises. Quatre témoins ont hier été appelés, dont un officier de la cour de Pamplemousses et le fils de l’accusé et de la victime. Ce dernier a soutenu qu’il devait réconforter son père à chaque visite au cimetière. Par ailleurs, entre le 25 avril et 5 mai 2006, aucune plainte n’a été logée contre Huberto Charles pour violence domestique.
Quatre témoins de la défense ont été entendus hier par le juge-président Prithviraj Fekna et les membres du jury dans l’affaire de l’assassinat de Marie Greta Menes. Un officier de la cour de district de Pamplemousses a été appelé par Me Rama Valayden, Leading Counsel de la défense, afin de témoigner sur le caractère du prévenu. L’homme de loi lui a demandé si entre le 25 avril et 5 mai 2006 il y avait des plaintes pour violence domestique contre l’accusé devant le tribunal de Pamplemousses. Le Court Officer a répondu par la négative.
L’Assistant Director of Public Prosecutions, Me Mohana Naidoo, assistée par Mes Vinod Rammaya et Jihad Nazir (State Counsels), représente la poursuite dans cette affaire. Lors du contre-interrogatoire, l’avocate a demandé au témoin de dire si une entry avait été faite avant cette période (25 avril-5 mai 2006) devant la même cour de justice. L’officier de la cour de Pamplemousses a répondu qu’il ne disposait pas de ces informations, ayant reçu des instructions pour donner l’information d’après la date demandée par l’avocat de la défense.
Le fils du prévenu et de la victime a également été entendu. Aux questions de Me Rama Valayden, il a répondu qu’il a accompagné son père dimanche au cimetière. Selon le jeune adolescent, ils y vont souvent pour nettoyer la tombe et y mettre des fleurs. Il a également soutenu se souvenir de sa mère même s’il était tout jeune à l’époque. Le fils d’Huberto Charles a également fait ressortir qu’il doit réconforter son père à chaque fois qu’ils se rendent sur la tombe de sa mère. « Li plore kan nou ale… Mo bizin dir li aret plore. »
Rappelons que Jean Désiré Huberto Charles a plaidé non coupable et a retenu les services de Me Rama Valayden, assisté de Mes Sanjeev Teeluckdharry, Rouben Mooroongapillay, Neelkanth Dulloo et Eassen Soobramanien. Selon la police, le prévenu aurait le 6 mai 2006 immolé sa compagne à l’aide d’une allumette après l’avoir aspergée de pétrole. Celle-ci a toutefois pu donner un statement sur son lit de mort. Selon la loi en vigueur au moment du délit présumé, le législateur avait décidé de fixer la peine maximale à 45 ans de prison. Huberto Charles récuse les accusations contre lui et soutient qu’il s’agit d’un suicide. Les auditions se poursuivent aujourd’hui.