Poursuivie pour l’assassinat de sa belle-soeur Shahinar Akter, la Bangladaise Joshna Fazlull Haque a comparu devant les Assises hier. Elle est accusée d’avoir, en février 2011, tué sa belle-soeur d’origine bangladaise qui l’aurait menacée à plusieurs reprises de révéler à ses proches dans son pays natal qu’elle entretenait une liaison avec un employé de l’usine où elle travaillait.
Alors que la Bangladaise comptait plaider non coupable, son homme de loi, Me Avineshwar Dayal a informé la Cour hier que sa cliente était disposée à plaider coupable sous une charge réduite. Initialement poursuivie pour murder, elle répond désormais d’une charge de manslaughter. Le procès débutera le 16 novembre. La poursuite est représentée par Me Shakeel Bhoyroo, qui a fait savoir hier qu’il n’avait reçu aucune demande officielle en ce sens et a demandé que l’accusée confirme elle-même en Cour son intention de plaider coupable. Joshna Fazlull Haque ne comprenant pas l’anglais, elle s’est adressée au juge Benjamin Marie-Joseph par l’intermédiaire d’une interprète qui devait lui faire comprendre que sous la charge initiale de murder, elle risque une peine de prison de 60 ans alors que sous la charge de manslaughter elle peut être condamnée à une peine maximum de 45 ans de prison. La Bangladaise a confirmé qu’elle plaidera coupable sous une charge réduite.
Rappelons que Shahinar Aktar, 30 ans, avait eu le crâne écrabouillé au pied de la montagne Corps-de-Garde en février 2011. Joshna Fazlull Haque, sa belle-soeur, craignait que celle-ci ne révèle son infidélité à ses proches. Deux garçons faisant une randonnée dans les environs avaient fait la découverte macabre. Après son arrestation quelques jours après le crime, Joshna Fazlull Haque avait déclaré que sa belle-soeur et elle étaient arrivées à Maurice quelques mois auparavant. Depuis son arrivée, elle entretenait une liaison avec un autre employé bangladais qui travaillait dans la même usine qu’elle. La victime aurait eu vent de leur relation et l’aurait menacée de tout raconter à ses proches au Bangladesh. L’accusée aurait alors décidé d’en finir avec sa belle-soeur. Le jour du drame, elle l’avait invitée à pique-niquer au pied de la montagne Corps-de-Garde, où elle serait passée à l’acte. Joshna Fazlull Haque a infligé plusieurs coups au visage de sa belle-soeur avant de lui écrabouiller le crâne à l’aide d’une pierre.