Intervenant hier à l’ouverture de l’assemblée générale annuelle du Casino Employees Union à la salle des fêtes de la municipalité de Curepipe, Jack Bizlall a exhorté le gouvernement à ne pas céder à la facilité de recourir à la privatisation pour sortir le pays des présentes difficultés économiques. Le syndicaliste a aussi annoncé une manifestation des femmes le 8 mars au Plaza à Rose-Hill pour protester contre le harcèlement sexuel au travail.
D’emblée Jack Bizlall a fait comprendre que Maurice commence elle aussi à connaître une situation économique « très critique » dans le sillage de la crise économique que traverse l’Europe de qui elle dépend. « Malgré tou sa zoli koze ki gouvernma koze-la, dan kelke tan sa koze-la pa pou enan valer », prévient-il.
Selon le syndicaliste, certains pays connaissent à cause de cette décroissance mondiale un excédent de liquidité. « E dan sa period kreu ki nou pe traverse-la, nou pou sou zot konvoitiz. Zot ena kass, zot pa kapav pret kass bann pei ki zot abitie prete. Donk sa larzan ki res dan zot lakess-la, zot bann biro international guette ki koté, dan lezot pei, ena kiksoz rantab, disponib ek ki zot kapav gagne a bon marsé », élabore Jack Bizlall.
« C’est dans ce contexte que Maurice doit faire attention. Parski ena boukou rapass au nivo international, ki pe guet Air Mauritius, Casino, Cargo Handling Corporation (CHC) ek tou sa bann dibien ki letat morisien ena e ki zot kapav mett lamin lor-la pou dipin diber ! » poursuit l’intervenant. « Ek kan situation ekonomik pou refer, nou pou trouve ki boukou pei ki pa finn reziste, ki pa finn vann zot dibien dan period difisil, zot pou kapav repran le souffle et repran kontrol zot lekonomi. »
En combattant la politique de privatisation que l’État veut imposer à la population, soutient Jack Bizlall, ce sont les intérêts du pays sur le long terme qu’on est en train de défendre. « Au lieu d’adopter la voie facile de la privatisation des fleurons de notre économie, comme Air Mauritius, la CHC ou les casinos, nos dirigeants devraient chercher les moyens pour soutenir ces compagnies nationales par ces temps difficiles car, une fois l’orage passé, l’État récoltera alors des revenus au centuple ».
Jack Bizlall cite le cas de l’ancien ministre des Finances sir Veerassamy Ringadoo qui, souligne-t-il, par des moments « énormément » difficiles au début des années 70 et malgré une santé défaillante, a mis en place des banques, des assurances et des institutions para-étatiques créant ainsi des centaines d’emplois et a permis au pays de surfer sur les difficultés économiques. « Zordi tou sa pe permette Mauricien gagne salaires superieurs a la moyenn », ajoute-t-il.
Comme l’économie de Maurice repose sur les salaires de ses 750 000 salariés qui les réinjectent dans le pays à travers leurs dépenses, une réduction de cette masse salariale à travers la privatisation provoquera une crise sociale, estime M. Bizlall « De ce fet, selwui ki diboutt pou dir “non” a la privatisation, “non” a la vente de dibien de letat, ki dir “non” a la diminition demploi, “non” a la reduction des salaires, se enn “hero” pou nou pei zordi et pou nou pei demin », a lancé Jack Bizlall.
Le syndicaliste a exhorté tous les travailleurs du pays – notamment ceux des casinos, d’Air Mauritius, du CEB, de la CWA et de la CHC – à se regrouper au début du mois d’avril dans la cour du Plaza à Rose-Hill pour « démontrer par le grand nombre et par leur agitation qu’ils ne sont pas d’accord avec la politique de privatisation ki pe amene dan pei ».
Dans un autre ordre d’idée, Jack Bizlall a lancé un appel aux femmes à venir en grand nombre le jeudi 8 mars, dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la femme, pour dénoncer publiquement le harcèlement sexuel au travail. « Ou pou demontre ou solidarite ek ou bann kamarad fam », a-t-il expliqué.
Par ailleurs, c’est l’équipe dirigeante sortante, menée par Brady Poonusami, qui a été reconduite à la tête du Casino Employees Union à l’issue des élections qui ont lieu durant l’assemblée générale annuelle hier.