« Nous avons effectué un pas vers le modernisme. » C’est en ces termes que Philippe Hao Thyn Voon, président du Comité national olympique mauricien, qui sera désormais connu comme le Comité olympique mauricien (COM), a qualifié les amendements aux statuts qui dataient de pratiquement trente ans. Ces amendements ont été apportés au cours de l’assemblée générale annuelle de cet organisme, hier en début de soirée à son siège à Port-Louis.
Sauf Jean-Michel Giraud, représentant de la Fédération mauricienne de tennis, les autres membres présents se sont déclarés en faveur de ces amendements. M. Giraud avait suggéré que cette motion soit débattue à une date ultérieure, mais aucun des membres présents n’avait secondé cette motion.
Toujours est-il que le COM avait bénéficié du soutien du Comité international olympique (CIO) dans cette démarche, et en particulier de son représentant légal, Jérôme Poivey. « Ces changements ont été guidés par le CIO et nous avons voulu travailler dans la transparence » a d’ailleurs précisé Philippe Hao Thyn Voon.
Un des principaux amendements concerne la tenue de l’assemblée générale élective. Désormais, douze membres au lieu de neuf seront élus au sein du comité directeur. Une nouvelle fonction concerne celle de l’assistant-secrétaire général, alors que les principaux postes tels que ceux de président, vice-présidents, secrétaire général et son assistant, trésorier et son assistant seront désignés par les membres présents lors de l’assemblée générale. Auparavant, les titulaires étaient désignés par les membres du comité directeur. Une demande a également été faite aux représentants des fédérations afin qu’ils fassent preuve d’une plus grande autonomie, et ce, pour respecter la Charte Olympique.
Lors de son rapport, le président du COM s’est dit heureux d’avoir poursuivi une politique de formation à l’intention des sportifs, des entraîneurs et des dirigeants. C’est ainsi que des stages techniques se sont tenus au triathlon, à la lutte et au tennis de table, tandis que Khemaj Naiko, entraîneur d’athlétisme, a pu suivre un stage de haut niveau à Lausanne en Suisse, qu’Isabelle Lindor (tennis de table) était présente à la session annuelle de l’Académie olympique internationale en Grèce, et que Pascal Fleur suit actuellement un Masters Course de l’Académie olympique internationale.
Philippe Hao Thyn Voon a également évoqué l’aide financière apportée pour la préparation des athlètes en vue des échéances telles que les Jeux de l’ACNOA, les Jeux du Commonwealth ou les Jeux Olympiques des Jeunes. C’est ainsi que chaque fédération a bénéficié d’une enveloppe de Rs 40 000 pour un projet spécifique au niveau administratif ou technique.
Il a également mis en avant les activités qui ont permis de véhiculer les valeurs olympiques et les bourses olympiques octroyées à cinq sportifs en vue des prochains Jeux de Londres en 2012. La construction du musée olympique a également été un des points saillants de son allocution.
Au niveau financier, il est à noter que le COM se trouve actuellement avec des réserves de pratiquement Rs 8 millions. Ce qui est donc en ligne avec la politique du CIO, qui a demandé à tout comité olympique d’avoir au moins Rs 2 millions en réserves. Par ailleurs, une idée a germé au cours de cette fonction, à l’effet d’une éventuelle mise sur pied d’un front commun des fédérations. Et ce, surtout après les problèmes survenus au sein de certaines fédérations pour le financement de leur préparation en vue des derniers Jeux des îles.