C’est la rentrée parlementaire, mardi, après trois mois de congé et elle se déroulera dans une nouvelle configuration, le MSM ayant quitté les bancs du gouvernement pour passer à l’opposition. La majorité s’en trouve en conséquence réduite à 37 avec l’apport du Mouvement Rodriguais du tandem Nicolas Von Mally et Christian Léopold et de deux transfuges du MSM devenus ministres, Mireille Martin et Jim Seetaram.
La conséquence de ce chambardement sera aussi physique dans l’hémicycle, les places ayant été redistribuées suite aux discussions engagées entre les partis et le Speaker, Kailash Purryag. Le MMM aura la totalité de ses troupes dans les travées qui sont juste vis-à-vis de celles du Premier ministre. Le front-bench, qui était assez large et sur le même alignement, sera désormais réparti sur la deuxième rangée.
Dans celle de devant, aucun changement, Paul Bérenger, Alan Ganoo, Reza Uteem et Veda Baloomoody et derrière le leader de l’opposition son whip, Rajesh Bhagwan, Arianne Navarre-Marie, Steve Obeegadoo suivis d’autres élus mauves comme c’était jusqu’ici le cas.
Mais comme un problème de pose dans ses travées qui ne pourront accueillir la totalité des députés du MMM, deux des siens, Kavi Ramano et le Dr Sorefan iront s’installer dans la dernière rangée des travées dévolues au MSM. Ils seront en compagnie d’Eric Guimbeau du MMSD et de Francisco François, député de l’Organisation du Peuple Rodriguais.
A la première rangée des travées du MSM, soit à la place qu’occupait jusqu’ici Rajesh Bhagwan et ses collègues, Pravind Jugnauth, qui retrouve donc son siège d’avant les élections de 2010, suivi de Nando Bodha, Shawkatally Soodhun, Leela Devi Dookun-Luchoomun, Ashit Gungah et Maya Hanoomanjee. Le Deputy Speaker, issu des rangs du MSM, Pradeep Roopun, qui ne peut être destitué qu’avec un vote de deux tiers du Parlement, ce dont ne dispose pas l’actuelle majorité, prendra place juste derrière Pravind Jugnauth.
« Nou pou get bien saki Speaker pou fer »
C’est le Speaker qui aura fort à faire avec cette nouvelle donne. Il devra user de tout son savoir-faire pour que les délibérations se déroulent sans anicroche et dans la sérénité. Mais déjà des mises en garde en sa direction ont été formulées. Le leader de l’opposition qui intervenait à un rassemblement de son parti dans son fief à Bar Chacha, vendredi, a déjà donné le ton en prévenant contre les « trik » visant à limiter le champ d’action de l’opposition. « Nou pou get bien saki Speaker pou fer », a-t-il annoncé.
A nouvelle configuration, nouvelle stratégie. Le mot d’ordre semble avoir été donné par le Premier ministre lui-même pour mener un travail de sape contre le MSM tout en ménageant le MMM. S’il évoquait à sa rencontre avec la presse, samedi de la semaine dernière, une « opposition est là pour faire son travail », ses lieutenants multiplient les déclarations visant clairement à opérer une différenciation entre le MSM et le MMM. Rihun Hawoldar, Patrick Assirvaden et même Nita Deerpalsing y ont été de leur petit couplet visant à vanter les mérites des députés mauves en opposition aux manoeuvres du MSM.
Or, c’est dès ce mardi qu’on saura s’ils auront réussi à instiller la division au sein de l’opposition. On ne peut pas dire que les membres de la majorité partent sans handicap dans la mesure où c’est leur propre chef qui les a tirés une balle dans le pied en disant publiquement, jeudi, dans sa circonscription, à Triolet, qu’il ne suffit pas d’être populaire, mais qu’il faut aussi parler lorsqu’on se met debout au Parlement pour « lager kont lopozisyon ! ». Ils sont, eux aussi, prévenus…