Le ton a été souvent virulent sur des points sensibles et les débats houleux lors de l’assemblée générale du Comité olympique mauricien (COM) qui s’est tenue hier soir au Labourdonnais Court, Port-Louis. Mais au bout du compte, les nouveaux statuts et surtout l’admission et la validation des deux nouvelles fédérations d’escrime et du hockey au sein du COM auront acquis le vote à main levée de la majorité des membres de l’assemblée des délégués. Après l’escrime, c’est le hockey qui a fini par obtenir, hier même, la reconnaissance officielle du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS).
A plus de deux semaines des élections générales prévues le 14 avril, il semble donc que les dés sont jetés, sauf revirement spectaculaire, pour que l’actuel président en exercice, Philippe Hao Thyn Voon, soit maintenu à son poste. Sur 19 membres présents – ceux des Fédérations mauriciennes de Taek won do et de Voile n’ayant pas répondu présents -seuls six se sont déclarés en faveur de l’amendement déterminant à 75 ans, l’âge limite et la durée du mandat présidentiel. Et bien que cette nouvelle clause ait soulevé des débats passionnés, voire même, une prise de bec entre Kaysee Teeroovengadum, délégué de l’Association mauricienne de volley-ball et celui de la Fédération mauricienne de triathlon, l’homme de loi, Nuvin Proag, la majorité a trouvé bon de faire enlever carrément cette clause des nouveaux statuts.
Passant par la suite à l’item visant à voter l’admission au COM des deux nouveaux membres issus des deux nouvelles fédérations avec également un droit immédiat de vote aux prochaines élections, seuls deux membres se sont montrés en faveur de cet amendement. Nuvin Proag et Jean-Michel Giraud (tennis) se sont une nouvelle heurtés à la volonté ferme de la majorité qui vota contre. Les arguments jugés par certains de « virulents et d’accusations personnalisées et ciblées » prononcés par l’un comme l’autre, furent réprimées et qualifiés « d’outrages envers les dirigeants des fédérations sportives » par Richard Papie, délégué de l’Association mauricienne de lutte.
Dans sa déclaration, Nuvin Proag s’était élevé, entre autres, contre le MJS qu’il aura qualifié de tricheur au même titre que le président du COM, jugeant qu’« à la veille des élections, il y a eu un forcing au MJS et dans les coulisses du MJS pour admettre un maximum de nouveaux membres, parmi les cinq fédérations (hockey, avrion, canoe-kayak, escrime et pentathlon moderne), démarches entreprises évidemment par vous, le président en exercice. Et le forcing a été tel que le MJS a donné la reconnaissance sans même que les conditions de la Sports Act soient respectées…» Le président du COM a aussitôt réagi en demandant à l’homme de loi s’il était capable d’émettre les mêmes propos en présence du MJS et en public. Le principal concerné lui aura alors répliqué qu’il assumait « tous ses propos.»
Finalement, l’adoption des nouveaux statuts a obtenu l’approbation de la majorité, Poorun Bhollah, président de la Fédération mauricienne d’haltérophilie, appuyant la motion. Il fut secondé par Richard Papie. Tant et si bien que le président du COM ne pouvait que s’exclamer « malgré tous les propos virulents et offensants, ce fut une bonne discussion qui s’est terminée avec le sourire et le consensus général.» Notons également que les sports non-olympiques ont été désormais pourvus d’un unique droit de vote – s’agissant de tout ce qui se référent aux décisions excluant les disciplines olympiques –  contre quatre aux fédérations de sport olympique et deux aux représentants des athlètes élus au sein du comité.