C’est désormais une coutume bien établie qu’en cette période de l’année, le Mauritius Turf Club est en ébullition. En effet, ses membres sont appelés à élire deux nouveaux administrateurs pour compléter le Board de la saison 2015 après la fin de mandat de Michel Halbwachs et Jeenarain Soobagrah. Si le premier a décidé de ne pas demander aux membres du MTC de renouveler son mandat, par contre le président sortant, Jeenarain Soobagrah, est bien sur la lice des candidats de ce vendredi qui  a déjà enregistré un retrait, en la personne d’Annif Baboo. Le comptable a choisi vendredi de ne pas maintenir sa candidature.
Pour l’heure la grande question est donc de savoir pour qui voter ?: D’un côté, il y a Paul France Tennant, ancien président du MTC qui a siégé pendant 9 ans au sein du board et Mukesh Balgobin, lui aussi un ancien commissaire Administratif, qui ont le support, dit-on,d’un clan qu’on appelle l’équipe de Rivière Noire.
De l’autre il y a deux néophytes : Annif Mohamed Baboo Mohamed, qui entre-temps a retiré sa candidature et Damree Hilda Yerriah, qui dit-on a le soutien inconditionnel de l’ancien président Gilbert Merven.
Face à ces deux blocs, il y a le président sortant Jeenarain Soobagrah, qui a décidé de se présenter seul à ces élections sur, dit-il,  l’insistance de ses proches collaborateurs  sur la base que sa présidence en 2015 a donné un nouveau départ au MTC. Faut-il le rappeler qu’à cette même époque l’an dernier le MTC était critiqué non seulement par les autorités gouvernementales, mais également par les turfistes.
Mêmes idées et mêmes intérêts pour Tennant et Balgobin
Week-End a été à la rencontre de chacun des cinq candidats et nous avons aussi sondé les membres du MTC. D’emblée, nous pouvons dire que ceux qui sont toujours pour une guerre de clans accorderont leur soutien soit au tandem Tennant/Balgobin soit désormais  à Hilda Yerriah, sans toutefois savoir pour l’heure à qui ira leur 2e vote (qui est obligatoire) alors que Jeenarain Soobagrah lui, bénéficiera de l’apport de ceux qui pensent que le MTC a changé de direction en 2015, et se trouve aujourd’hui sur la voie du redressement.
Voilà deux anciens Commissaires Administratifs qui ont décidé de répondre à l’appel du pied de «leurs amis». Le premier est sans aucun doute un homme intègre et un vrai turfiste, qui a servi le MTC avec sincérité, mais aussi a participé activement dans l’activité pour avoir été propriétaire, entraîneur et responsable d’écurie. Si à ce niveau, il n’y a pas vraiment de reproche à faire par contre le bât blesse au niveau de ses réalisations. Dans le giron hippique, on dira sans détour que, son bilan comme président  et ses 9 années de commissariat est plutôt maigre et qu’en fait, Paul-France Tennant a été beaucoup plus un colistier, voire un partenaire qu’un chef de file. Toujours proche des chevaux et des courses mauriciennes, Paul-France Tennant n’est pas forcement un candidat idéal dans la conjoncture actuelle et que cette candidature est un peu un pied de nez à la jeunesse mauricienne même si on viendra dire que l’île Maurice a un Premier ministre âgé de 85 ans.
Pour sa part, Mukesh Balgobin est également un homme  contre qui on ne peut  pas pointer du doigt sur son honnêteté. Il a été commissaire à l’époque de la glorieuse année où tout réussissait au MTC et que les caisses étaient remplies comme un oeuf. S”il a débuté sous l’aire de Jean-Michel Giraud, par contre la fin de son mandat sous  Gilbert Merven n’a pas été de tout repos. L’ancien propriétaire de Rhythmically  n’avait pu par exemple, éviter la suspension de ses enfants Trishna et Kareena pour avoir posé des questions dérangeantes sur…Gilbert Merven.
Cependant,  malgré  ses démentis les turfistes voient dans la candidature de Mukesh Balgobin comme celle d’un proche de l’actuel gouvernement.  De ce fait, on dira que son élection  facilitera les relations GM-MTC ! Mais est-ce que ce sera vraiment le cas ? Il faut rappeler que beaucoup pensait de la sorte avec l’arrivée de Gilbert Merven au pouvoir,lui qu’on disait proche du Dr Navin Ramgoolam. Mais ce dernier n’a jamais donné les coudées franches au MTC et encore moins à Gilbert Merven où la mise en place d’une Commission d’Enquête sur les courses a même causé sa perte. Sans doute son expérience du passé peut apporter un plus aujourd’hui à cette industrie, surtout qu’on laisse volontiers comprendre qu’il est le favori de cette joute.
Si Paul France Tennant et Mukesh Balgobin disent avoir les mêmes idées, ce n’est pas pour autant qu’elles sont dans le fond  révolutionnaires. Tout ce qu’ils nous ont dit, c’est qu’ils comptent améliorer certains aspects de l’organisation et du contrôle des courses. Pas de projet d’envergure; mais Paul-France Tennant parle de la nécessisté d’avoir un nouvel hippodrome. Sans doute une allusion — sans le citer — au projet, initié par le « soutien de Rivière Noire» et autres sans consultation aucune avec le Mauritius Turf Club. Au fait, c’est là où se situe, sans doute le problème car c’est un fait connu, certaines personnes  n’ont jamais aimé le fait que le MTC ait signé un Memorandum Of Understanding avec Terra en octobre dernier pour une éventuelle mise en place d’un hippodrome. C’est pourquoi aussi on explique dans certaine sphère que «sa meme pou cause la mort Soobagrah». Comme quoi en affaire, on ne pardonne pas…
Yerriah desservie par le soutien de Gilbert  Merven: N’ayant pu parler à Baboo Mohamed avant son retrait de la course, nous ne savons pas, de ce fait, ce que le comptable propose pour son élection. Appelons un chat, un chat, nous dirons ainsi que Hilda Yerriah, ne maîtrise pas encore la chose hippique. Elle est certainement une amoureuse du sport hippique, mais visiblement, elle ne cerne pas encore les rouages et les difficultés de cette industrie, qui est beaucoup plus complexe qu’on ne le pense. Oui, on aurait pu aimer voir, par exemple, une Nathalie Henry venir défier ce qui reste  encore à Maurice comme le dernier lieu «quam homines». Si vous voulez le dernier lieu où les hommes règnent encore en maître absolu. Son bagage et ses connaissances des courses auraient certainement été un gros avantage, mais la candidature de  Hilda Yerriah est à n’en point douter un atout majeur pour le MTC. Si ce dernier a pu mettre dans son programme pour ses week-ends internationaux une course exclusivement féminin, pourquoi le MTC ne doit-il pas aujourd’hui, après plus de 200 ans de domination masculine, ouvrir ses portes très grand à une femme?
L’occasion est bien trop belle pour laisser passer et nous ne pouvons qu’espérer que les femmes membres du MTC fassent bloc derrière elle. Certes nous sommes le premier à reconnaître qu’elle n’a aucune compétence en matière de course,  combien  encore aujourd’hui qui ne savent ni d’Eve ni d’Adam les courses, ont été ou sont membres du board. D’autant plus que ses connaissances en matière légale et d’arbitrage sera un plus pour le board des Administrateurs qui ne dispose pas pour l’heure d’un Administrateur qui vient de la profession légale. Quoi qu’il advienne, ce vendredi ,Hilda Yerriah  va certainement entrer dans l’histoire comme étant la première femme à se présenter aux élections du MTC. Si elle est élue c’est à elle de venir démontrer son indépendance face à ce qu’on appelle «l’intervention des mains invisibles» qu’elles viennent de la rue Madame ou d’ailleurs.
Et la candidature de Jeenarain Soobagrah ?: Il existe bien une frange du MTC   qui pense que Jeenarain Soobagrah a su relever le défi en 2015. Dans un entretien ponctué par des interminables appels téléphonique, il explique ses réalisations et le pourquoi de sa décision de se représenter aux élections du MTC. Pour la première fois, sans doute, dans l’histoire du MTC un président sortant se présente  seul pour ne pas «s’attacher à tel ou tel groupe avec les risques que cela comporte».
Difficle pour l’heure d’évaluer  les chances de  Jeenarain Soobagrah dans ces élections. Parce qu’il est un peu comme ces candidats indépendants lors des joutes électorales de Maurice qui cherchent à évoluer sans étiquette. Toutefois, il ne fait pas l’ombre d’un doute qu’il bénéficiera de nombreux votes de sympathies et aussi le soutien de ceux qui ont déserté le camp Merven.  Certes,  il n’a pas tout fait, mais on peut néanmoins lui accorder le crédit qu’il a pris certaines décisions qui ont redonné confiance pas seulement aux turfistes.
Qui sera le prochain président ? Au cas où le tandem Mukesh Balgobin et Paul France Tennant est élu, c’est inévitablement Alain Noël, qui succédera à Jeenarain Soobagrah même si les deux premiers nommés proposeraient Pierre du Mée pour la présidence. En effet, avec trois votes de chaque côté, Alain Noël aura droit à un ‘casting vote’, étant le plus ancien du groupe, ce qui lui permettra de s’installer dans le fauteuil de la présidence.
Au cas où Mukesh Balgobin et Jeenarain Soobagrah sont élus, le suspense battra son plein. D’une part, il se pourrait que Alain Noel soit choisi pour diriger le MTC et d’autre part, il se peut aussi que Jeenarain Soobagrah conserve son manteau de président, dépendant des propositions des uns et des autres. Mais si Hilda Yerriah entre dans la mêlée c’est une évidence que la présidence d’Alain Noël est quasiment assurée.
Selon nos calculs, dans aucun cas de figure, s’il est élu, Paul-France Tennant sera président. Nombreux sont ceux, qui pensaient que cette éventualité était possible, mais tel n’est hélas pas le cas. Ce qui nous amène à cette question, est-ce que l’équipe de Rivière Noire est  prête à travailler avec Alain Noël comme président ou préfère-t-elle Jeenarain Soobagrah à la présidence ? Autre question à poser  après la défection de Aniff Mohamed Baboo: à qui va profiter ce boulevard, notamment  le rapport des votes qui seront amenés par l’équipe de Hilda Yerriah. Dans ces circonstances, des alliances de dernière heure sont toujours possibles, un peu comme pour les élections générales.
Tout ce qui confirme la culture mauricienne en matière d’élections.