Si l’on se fie à l’ordre du jour des travaux parlementaires de mardi prochain après un mois de vacances qui devait apparemment servir à essayer de conclure un accord sur la réforme électorale entre les deux principaux partis qui occupent les travées, rien de très probant à prévoir ni de croustillant à se mettre sous la dent. Sauf que la donne a changé, que le ton utilisé par Paul Bérenger, hier, est redevenu celui de principal opposant et challenger de Navin Ramgoolam et que cela devrait se traduire par une Private Notice Question qui fâche et qui risque d’enflammer un hémicycle trop endormi depuis la rentrée du 25 mars.
Le Government Business est indigent, un petit texte par-ci, un petit texte par-là. Il y a eu, en fait, très peu de lois significatives depuis la rentrée de 2014 si l’on excepte le Consumer Protection Bill qui attend toujours d’être débattu et adopté et le texte piloté par Mukeshwar Choonee pour remplacer la MASA. Jusqu’ici, que des amendements au Mauritius Research Council Bill qu’a présenté Rajesh Jeetah en l’absence d’une opposition, toutes tendances confondues, qui ne peut plus le voir à la tête de l’enseignement supérieur dans le pays et, ce mardi, en sus d’un amendement au Mauritius Cane Industry Authority qui sera soumis aux discussions, un seul autre projet présenté en première lecture, The Professional Land Surveyors’ Council Bill.
Reste l’item question qui constitue généralement la séquence pimentée d’une séance parlementaire. Quelques thèmes d’actualité certes, mais rien de vraiment nouveau sous le soleil. Pour le Premier ministre, très attendu après sa décision de fermer le Parlement pour un mois, une ou deux interpellations de brûlante actualité qui risquent de susciter son courroux comme celles de Reza Uteem qui demande à Navin Ramgoolam de dire s’il compte introduire un nouveau Declaration of Assets Bill, suite aux propositions formulées dans ce sens par le comité parlementaire sur l’Indépendant Commission against Corruption.
Les questions qui fâchent
Autre question que le chef du gouvernement ne devrait pas beaucoup apprécier : celle de Steven Obeegadoo sur la Commission nationale des Droits de l’Homme, institution qui est en panne depuis plus de trois ans faute d’être adéquatement constituée. Le député du MMM veut savoir si cette commission est maintenant « fully constituted », le nombre de spécialistes recrutés pour gérer les trois départements qui la composent et le nombre de demandes d’enquête sur des condamnations au pénal reçu et celui des investigations entreprises dans le cas des allégations contre la police.
Au hit-parade des questions qui fâchent : l’Indépendant Broadcasting Authority au sujet de laquelle Rajesh Bhagwan veut savoir si cet organisme a recruté un responsable chargé du contenu des émissions radios et un homme de loi. D’un organisme à l’autre. Mahen Seeruttun cable, lui, sur l’Equal Opportunites Commission et tentera d’obtenir du Premier ministre le nombre de cas entendus par cette commission et ceux qui ont été réglés.
Autre organisme qui ne sera pas en reste lors de cette Question de rentrée, la compagnie nationale d’aviation. Pravind Jugnauth veut connaître les noms des compagnies qui ont manifesté un intérêt pour un partenariat stratégique avec Air Mauritius et le progrès enregistrés dans les discussions tenues à cet effet, s’il y a eu une décision arrêtée concernant l’acquisition de nouveaux avions et l’évolution du dossier de vente de certains des actifs de la compagnie, dont l’immeuble du Paille-en-Queue Court.
Le volet police et law and order
Pas mal de questions aussi sur le volet police et law and order avec Josique Radegonde-Haines qui interrogera le chef du gouvernement sur un accident fatal survenu à la hauteur de Ruisseau-Créole le 15 janvier dernier ; Lysie Ribot qui revient sur cette affaire d’une mineure abusée à qui on a imposé une confrontation avec l’abuseur allégué ; Mahen Jhugroo qui relance l’affaire de Heman Kumar Madhow, syndicaliste au MITD qui avait été victime après ses dénonciations ; Nando Bodha qui s’intéresse aux cas de drogue depuis 2013 dans lesquels des étudiants et des femmes sont impliqués et Francisco François, député de l’OPR, qui veut obtenir le nombre de suicides enregistrés au sein de la force policière.
Quant à Cehl Meeah, il veut voir réduire son salaire de député puisqu’il demandera à Navin Ramgoolam de dire s’il envisage un abaissement des rémunérations des députés, Parliamentary Private Secretaries et autres ministres. 
Quant aux autres ministres, ce sont toujours les mêmes qui risquent de se retrouver sur le gril, à commencer par celui de l’Enseignement supérieur, Rajesh Jeetah, qui aura à répondre à une question de Leela Devi Dookun-Luchoomun sur le fait que 20 « gradués » de l’EIILM se sont vu refuser l’accès à l’UTM pour des études post-universitaires ; de Steven Obeegadoo qui lui demandera si le Fact Finding Committee sur le DYPatil College, décidé par la Tertiary Commission, a soumis son rapport et si ce document sera déposé sur la table de l’Assemblée nationale l’invitant aussi à indiquer les mesures correctives qui ont ou qui vont être initiées en conséquence des préconisations du rapport.
Shawkatallyt Soodhun y apportera son grain de sel en demandant à Rajesh Jeetah tous les détails des bourses allouées à des étudiants africains, leur nationalité, ainsi que les pays dont ils sont originaires et les institutions devant les accueillir. Pas pour Rajesh Jeetah, mais pour Anil Baichoo cette question du même registre, mais concernant, cette fois, la JSS Academy dont Joe Lesjongard veut savoir si ce problème a été réglé.
Pour Anil Baichoo, une demi douzaine d’interpellations, pour ne pas changer, dont deux sur le métro-léger, la première de Raffick Sorefan sur le nombre d’acquisitions obligatoires qu’il faudra faire sur le tracé de ce projet et des détails sur les experts singapouriens qui y sont associés et le nombre de tels projets qu’ils ont été amenés à piloter ; et la seconde de Pravind Jugnauth qui réclame la liste des soumissionnaires pour la réalisation de ce chantier et s’il y a eu déjà une décision prise sur ce dossier.
Pas de répit pour Lormesh Mundhoo
Autres questions pour le ministre des Infrastructures publiques, celles de Mahen Seeruttun sur le problème de glissement de terrain à Deux-Frères et Quatre-Soeurs ; celle d’Adil Ameer Meea qui réclame le décompte des dépenses de Rs 197 millions déjà englouties dans le projet abandonné du Harbour Bridge et de Deven Nagalingum sur l’introduction de lampes Belisha aux passages pour piétons.
Pas de répit non plus pour Lormesh Mundhoo qui aura à répondre à plusieurs questions de l’opposition. A Maya Hanoomanjee d’abord, il devra indiquer le nombre de malades affectés par la dengue depuis janvier 2014, tant dans le public que dans le privé, tandis que Satish Boolell, lui, l’interrogera sur le poste de Regional Health Director qui est resté vacant et sur la possibilité d’installer des défibrillateurs dans certaines institutions et que Rez Uteem s’empare du dossier de l’achat de « stents » pour l’hôpital Jeetoo. Deux autres députés adresseront des questions au ministre de la Santé : Kavi Ramano qui veut obtenir le nombre de cas de grippe HINI et Arianne Navarre-Marie qui s’intéresse au décès d’un mineur à l’hôpital SSRN au début du mois.
Que serait une séance parlementaire sans une ou deux questions pour la ministre Mireilee Martin? Elle sera, cette semaine encore, servie puisqu’elle devra donner à Maya Hanoomanjee le nombre de cas de prostitution infantile recensé par son ministère depuis janvier 2013 et indiquer également les mesures prises en vue de venir à bout de ce problème et dire à Lysie Ribot si un exercice d’évaluation a été entrepris après la publication en 2007 du plan d’action contre la violence domestique.