Deux séances, l’une normale du mardi marquée par la Private Notice Question du leader de l’opposition sur le métro léger, avec un seul moment de montée d’adrénaline entre le Premier ministre adjoint Xavier Duval et le député du Mouvement Patriotique Joe Lesjongard, et l’autre, spéciale, du jeudi, témoin d’une vive altercation entre Roshi Bhadain et Rajesh Bhagwan après que ce dernier a fait une allusion au geste public obséquieux du ministre de la Bonne Gouvernance vis-à-vis du leader du MSM au Sun Trust le jour de l’acquittement de ce dernier en Cour suprême. Le fameux baisemain qui a fait le tour de la toile.
C’est une banale remarque du Premier ministre alors qu’il intervenait sur le National Wage Council Bill et qu’il rejetait les critiques selon lesquelles il ne serait qu’un « part time Prime minister » qui a été le détonateur d’une vive altercation entre Roshi Bhadain et des députés de l’opposition. Le ministre a renchéri sur les propos de SAJ en lançant « full time results ».
Le premier député de Beau Bassin/Petite Rivière a alors, rétorqué à l’adresse du ministre des Services financiers : « Éta, al embrasse la main Pravind do ta ! Sucker ! » Une remarque qui a provoqué des ricanements sur les bancs de l’opposition et même quelques rires contenus des propres collègues de Roshi Bhadain que le Leader of the House invitait à la retenue. Comme ce dernier tentait de réagir et qu’il lançait des remarques en direction de l’opposition, Paul Bérenger a alors invité la Speaker à « call KGB to order ».
Les invectives continuaient de plus belle, au point où Rajesh Bhagwan est allé jusqu’à lâcher « mo pa Lutchmeenaraidoo mwa ! » « mo pou touy twa ! » et que Maya Hanoomanjee insistait pour un retour au calme dans un concert d’invectives. Le mot « hearing aid » fut lancé sans que l’on sache si c’était le leader de l’opposition ou Shakeel Mohamed qui avait invité la Speaker à se faire poser des prothèses auditives. En tout cas, ce fut une remarque qui eut le chic d’agacer la présidente de séance qui tenta le tout pour tout en vue d’indentifier l’auteur de la remarque incriminée mais sans succès.
Toujours est-il que Roshi Bhadain alla plus tard demander à la Speaker de statuer sur le terme « mo pou touy twa ! » qu’il considérait comme une sérieuse menace à son égard. Invité à s’expliquer, Rajesh Bhagwan a dit qu’il a voulu dire qu’il allait « touy le ministre politiquement » et que, pour le reste, « I call a spade a spade ! »
La séance de jeudi a revêtu un caractère particulier avec le retour de Pravind Jugnauth sur le front bench du gouvernement en tant que ministre des Finances. Une arrivée très chaudement saluée par ses collègues et aussi par le chef de file du MP, Alan Ganoo, qui revendique toujours être bien installé dans l’opposition. S’agissant de l’opposition, ce retour du leader du MSM au gouvernement a été accueilli dans l’indifférence voire un certain détachement.
Le reste des travaux, exclusivement consacrés au National Wage Council, a vu d’excellentes interventions, comme celles d’Alan Ganoo et de Paul Bérenger, ce dernier se référant plus d’une fois d’ailleurs aux propos tenus par son ancien bras droit du MMM. L’on retiendra aussi que le Premier ministre, tout en mettant en exergue le caractère historique de ce National Wage Council, a néanmoins insisté sur le fait que le salaire minimal ne doit pas devenir une source de problèmes pour les entreprises, surtout celles qui sont de taille modeste et que l’auteur du texte, Soodesh Callychurn, a, lui, annoncé que tout sera mis en oeuvre pour que ce conseil puisse commencer son travail dans le meilleur délai.
Love Bridge prend l’eau
S’agissant de la séance de mardi qui a démarré avec la PNQ de Paul Bérenger sur le métro léger qui a permis au ministre Nando Bodha de faire le point sur le sujet et d’annoncer que ce projet qui a déjà englouti plus d’une demi-milliard de roupies sera complémentaire à celui du Road Decongestion Programme.
Le leader de l’opposition a pour sa part insisté sur la nécessité de dégager un plan d’ensemble pour le pays, d’autant que les compagnies ont été encouragées à investir dans de nouveaux autobus et que les particuliers se sont tournés vers les facilités de crédit-bail pour se doter de voitures, préoccupation qui, a dit le ministre, sera prise en compte dans le programme de décongestion.
Le Prime Minister’s Question a témoigné de l’annonce du Premier ministre que tout le programme de Corporate Social Responsilibilty sera revu, y compris le Love Bridge Project qui semble prendre l’eau. SAJ répondait à une question du député Aadil Ameer Meea et des interpellations supplémentaires de Paul Bérenger sur les Rs 100 millions de fonds publics mis à disposition de Love Bridge par l’ancien ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo.
Le chef du gouvernement a indiqué que sur les Rs 100 millions prévues, seulement Rs 3 millions ont été dépensées, d’où la révision de la copie de l’ancien ministre des Finances. Aadil Ameer Meea, perfide à souhait, n’a pas manqué de rappeler le degré de « excitement » qui était celui de Vishnu Lutchmeenaraidoo lorsque ce dernier avait annoncé le projet Love Bridge.
Le reste du Question Time, qui a zappé les questions sur la Santé en l’absence d’Anil Gayan, a été le théâtre d’une belle empoignade entre le Premier ministre adjoint, Xavier Duval, et le député du MP Joe Lesjongard non pas sur les factures de restaurant du ministre du Tourisme payées par la MTPA, mais sur la Land Research and Mediation Unit.
Si Xavier Duval a, comme à l’accoutumée, été plutôt calme en lisant sa réponse et qu’il a indiqué que la tâche n’est pas aisée, Joe Lesjongard a tout de suite été d’attaque pour déplorer que ce qui avait été précédemment annoncé comme devant aller très rapidement s’est révélé plus ardu pour les familles spoliées qui cherchent réparation.
Malgré la réponse du ministre indiquant que les familles lésées ont pu contacter directement les cadres de ce comité, le député du MP ne l’a pas entendu de cette oreille et a repris de plus belle ses critiques contre les autorités, tant et si bien que XLD lui a dit que « there is no need to get excited ». Réponse de Joe Lesjongard : « I have to get excited. » Tout en formulant des allégations selon lesquelles le ministre serait en train de « tromper » les gens.
« I am not fooling anybody… Believe me, you are not fooling me either ! I know very well what you are up to. Now, I don’t want to get into a fight with you », a lancé Xavier Duval sous les quolibets du député, mais il en a rajouté une couche à son intention. « This Member is misleading this House in trying to pretend to be in the opposition ! I know very well what this Member is being up to and I can say it in this House without misleading the House, but I will abstain from that. I know very well what you are… Do you want me to tell you ? Just challenge me and I will tell you ! Just challenge me and I will tell you what you are doing ! »
Cette sortie de XLD a calmé les ardeurs du député Lesjongard, d’autant que le ministre, finalement beau joueur, s’est excusé pour avoir déposé un peu tardivement la liste des familles qui ont soumis des demandes pour récupérer ce qu’elles considèrent comme étant leurs terres.
Autre temps fort : une nouvelle longue déclaration du ministre des Services financiers sur le traité fiscal avec l’Inde. Personne n’y prêtait vraiment attention. Vishnu Lutchmeenaraidoo a, lui, fait mieux. Il a préféré quitter l’hémicycle pour ne pas entendre les nouvelles bravades du collègue dont il a déploré les méthodes du “KGB” dans un affidavit juré en cour.