Intervenant hier lors des débats budgétaires, le ministre de l’Intégration sociale a affirmé que le budget 2013 comporte des mesures qui permettront d’alléger la pauvreté. Suren Dayal a soutenu que c’est la première fois qu’un gouvernement accorde autant de facilités aux enfants des familles vulnérables pour leur permettre de réussir dans leurs études.
« Le budget 2013 s’inscrit dans la démarche de consolidation d’une société inclusive. » C’est ainsi que le ministre de l’Intégration sociale, Suren Dayal, exprime son appréciation des mesures budgétaires. À un moment où toutes les conditions économiques sont défavorables, a-t-il ajouté, le budget 2013 est une « réussite remarquable. »
Suren Dayal a ainsi réfuté les critiques de Françoise Labelle sur l’absence de mesures concrètes pour venir à bout de la pauvreté. « La pauvreté est aussi vieille que l’humanité. Mais il faut la combattre et c’est ce que fait le ministre des Finances avec l’actuel budget. »
Accusant l’opposition de n’avoir pas travaillé à l’éradication de la pauvreté au cours de ses années au pouvoir, il a aussi rappelé : « C’est SSR qui a créé le welfare State. » De même a-t-il ajouté : « C’est ce gouvernement qui a mis en place un ministère de l’Intégration sociale pour combattre la pauvreté. »
Dans la foulée, Suren Dayal a réfuté les critiques à l’encontre de son ministère. « Il est faux de dire que nous ne faisons rien. Je vais bientôt sortir un livret avec toutes nos réalisations. Il serait trop long de les énumérer toutes, ici. »
Revenant sur les mesures du budget 2013, Suren Dayal a salué l’initiative du ministre des Finances Xavier-Luc Duval de rendre l’éducation plus accessible aux groupes vulnérables. Il a cité les facilités d’emprunt, les bourses d’études ou encore les repas chauds dans les écoles ZEP, entre autres.
Le ministre de l’Intégration sociale a terminé son discours en demandant : « Où dans le monde les enfants ont-ils l’éducation et le transport gratuits, un repas chaud et un cash grant ? »