La fax machine attribuée au secrétariat du leader de l’opposition Paul Bérenger, à l’hôtel du gouvernement, plus précisément dans l’ancien Cabinet Room, est au centre des conversations. En effet, hier, la Confidential Secretary n’a pas été en mesure de transmettre par fax des documents à Paul Bérenger en raison d’un bug particulier et des techniciens ont été appelés à la rescousse. Par ailleurs, les premières interpellations parlementaires déposées au secrétariat de l’Assemblée nationale en prévision du Question Time de mardi prochain révèlent que la MBC, le scandale de la BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities et les contributions au titre de la Corporate Social Responsibility seront en vedette.
La machine à transmission de messages fax attribuée au secrétariat du leader de l’opposition à l’hôtel du gouvernement a-t-elle été affectée par un bug troublant ? La question se pose depuis le début de la semaine, et plus particulièrement hier. Le fait incontestable reste que dans la journée d’hier, des techniciens ont été sollicités en vue de régler un grave problème concernant la machine, qui n’arrivait plus à transmettre des documents.
Interrogé par Le Mauricien, Paul Bérenger a confirmé cette interruption dans la transmission des messages fax de son bureau à l’hôtel du gouvernement. « Hier, le secrétariat affecté au bureau de leader de l’opposition ne parvenait pas à m’envoyer des documents. J’ai téléphoné à la secrétaire, qui m’a fait comprendre qu’il y avait un problème technique avec la machine. Des techniciens s’attachaient aux travaux de réparations. C’est tout ce que je sais », a-t-il déclaré.
Des sources officieuses indiquaient que « pour certaines raisons, la machine transmettait des copies additionnelles des messages reçus ou transmis à une tierce partie ». « Je ne suis pas au courant de cela. On ne m’a pas averti » a soutenu Paul Bérenger. Le rapport des techniciens ayant effectué les réparations sur l’origine et les conséquences de ce bug devrait permettre d’élucider toute éventuelle zone d’ombre.
Entre-temps, le secrétariat de l’Assemblée nationale a déjà accusé réception des interpellations qui feront partie de l’ordre du jour pour le Question Time de mardi prochain. Le Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, proposera deux Parliamentary Questions sur la MBC, institution au centre de controverses.
Rajesh Bhagwan demandera au ministre de la Bonne gouvernance, Roshi Bhadain, de confirmer le nom du responsable du News Department de la MBC, le nombre de News Editors et de journalistes affectés à ce département de même que leurs conditions de service et le nombre de chefs d’édition en poste avec leurs dates de nominations.
Le Whip demandera au même ministre de soumettre une liste de toutes les productions locales à la télévision et à la radio ayant été annulées depuis janvier dernier et le nombre d’animateurs et de producteurs qui ont été renvoyés depuis et les raisons.
Le député Veda Baloomoody évoquera les graves problèmes financiers affectant l’Université de Maurice. Il demandera à la ministre de l’Éducation Leela Devi Dookun de préciser les mesures envisagées pour redresser la barre et que le campus du Réduit ne soit pas étranglé financièrement.
Le député Reza Uteem se signale avec deux interpellations sur le scandale du détournement de fonds de Rs 23 milliards de la BAI. Il demandera au ministre des Services financiers de préciser si une enquête a été menée en vue de déterminer si les auditeurs de la BAI Co (Mtius) Ltd et ses filiales ont assumé leurs responsabilités en vérifiant les comptes comme il faut de 2010 à 2014 de même que les mesures envisagées sanctionnant tout manquement.
Reza Uteem s’intéresse également à l’exposure du groupe BAI dans le secteur bancaire et le montant des Non Performing Loans “written off” jusqu’ici.
Les autres interpellations sont le projet de Love Bridge sous le CSR (Reza Uteem), les doléances enregistrées à la Commission des Droits de l’Homme depuis 2014 (Veda Baloomoody), les relations diplomatiques entre Maurice et l’Arabie saoudite (Aadil Ameer Meea) et le montant des contributions au CSR au cours de ces deux dernières années.