Depuis ce matin, une nouvelle étape cruciale a été franchie au chapitre des changements dans le paysage parlementaire. Ainsi, Paul Bérenger, leader du MMM, a soumis sa démission en tant que leader de l’opposition à l’Assemblée nationale. Au terme des dispositions de la Constitution, le Président de la République, après avoir accepté la démission du leader du MMM, devra initier les procédures pour la nomination d’un successeur à ce poste constitutionnel. Tout semble indiquer que le leader du MSM, Pravind Jugnauth, est le mieux placé sur le plan de l’arithmétique parlementaire pour se voir conférer de telles responsabilités. Entre-temps, les consultations au sein de la nouvelle alliance entre le Ptr et le MMM, qui se limitaient officiellement aux deux leaders respectifs – Navin Ramgoolam et Paul Bérenger – devront s’élargir aux autres membres des deux partis. D’abord, une Political Housewarming Party est prévue pour mercredi alors que le comité conjoint Ptr/MMM sur l’amendement constitutionnel pour la IIe République devra se mettre au travail dans les meilleurs délais, car le calendrier menant aux élections anticipées avant la présentation du prochain discours du Budget 2015 en dépend.
Les arrangements étant réglés comme du papier à musique, après la décision de l’assemblée des délégués du MMM d’hier au sujet du nouvel accord électoral, Paul Bérenger s’est officiellement rendu à la State House ce matin pour soumettre sa lettre de démission au Président Kailash Purryag. De son côté, Rajesh Bhagwan, lui, se préparait à demander au Speaker de l’Assemblée nationale, Razack Peeroo, de le relever de ses fonctions de Whip de l’opposition. Idem pour Alan Ganoo, qui assumait jusqu’à ce matin la présidence du Public Accounts Committee.
À partir de là, les procédures en vue de la nomination d’un nouveau leader de l’opposition devront être enclenchées. Hormis les ministres, qui font partie d’un Caretaker Government à la dissolution de l’Assemblée nationale, le leader de l’opposition demeure toujours en poste avec tous ses privilèges jusqu’à la proclamation des résultats des prochaines élections. Tel est également le cas pour le Speaker en poste.
Tout semble indiquer que ce poste devrait revenir au leader du MSM, Pravind Jugnauth, qui devra être officiellement informé par le Président de la République dans les prochains jours, dissolution du Parlement ou non en vue des Snap General Elections pour compléter cet exercice de Changing of Guards. Néanmoins, cette 5e session de l’Assemblée nationale risque d’établir un autre record dans les annales parlementaires. La présente troisième session de 2014 sera en effet connue comme étant celle où les parlementaires ont le plus chômé, la dernière et 4e séance remontant ainsi au 22 juin dernier.
Mais l’autre fait notoire pourrait être que le troisième leader de l’opposition depuis les élections générales du 5 mai 2010, Pravind Jugnauth, après Paul Bérenger et Alan Ganoo, pourrait ne jamais siéger en cette capacité au sein de l’hémicycle ou encore figurer en tant que tel dans le Hansard officiel. L’un des scénarios les plus probables est que la dissolution de l’Assemblée nationale interviendrait avant le mardi 7 octobre, date de la prochaine reprise des travaux parlementaires. Entre demain et le 6 octobre, les observateurs politiques s’attendent donc à voir le Premier ministre procéder à la dissolution de cette instance suprême, quitte à faire publier le Writ of Elections, avec les dates du Nomination Day et du Polling Day, subséquemment.
L’un des indicateurs pour les élections demeure les conclusions des travaux du comité conjoint Ptr/MMM sur les amendements devant être proposés à la Constitution en vue d’instituer la IIe République, avec un partage des pouvoirs entre le Président de la République, élu au suffrage universel, et le Premier ministre. La composition de ce comité conjoint pourrait être annoncée lors de la cérémonie de signature de l’accord politique entre le Ptr et le MMM à l’hôtel Hennessy Park, à Ébène, samedi prochain.
Toutefois, la question pourra être finalisée lors de la nouvelle rencontre en tête-à-tête entre Navin Ramgoolam et Paul Bérenger à la Clarisse House demain. Deux noms sont cités comme des “bankers”, à savoir l’Attorney General Satish Faugoo, pour le Ptr, et Alan Ganoo pour le MMM. Le Solicitor General, Dhiren Daby, Senior Counsel, fera également partie de ce comité car le State Law Office a déjà rédigé une première ébauche de ces amendements constitutionnels, qui pourrait également bénéficier d’un ultime “vetting” d’un panel d’experts, légistes et constitutionnels, de calibre.
« Toutefois, l’une des conditions est que ces amendements à la Constitution devront être prêts avant les prochaines élections. Avec ce premier draft du State Law Office et les prochaines policy guidelines venant du Labour et du MMM au sujet des contours de la IIe République, le travail devra être complété selon le calendrier établi », fait-on comprendre en attendant le démarrage des délibérations de cette nouvelle version du comité Faugoo.
Mais avant d’arriver à cette étape, les dirigeants de la nouvelle alliance politique PtTr/MMM se rencontreront à l’hôtel Hennessy pour un “Get Together”, soit le temps pour les principaux lieutenants des deux leaders « de fraterniser en prélude à la campagne électorale ». Navin Ramgoolam et Paul Bérenger prévoient de s’adresser à la presse à cette occasion.
En parallèle, les premiers échanges entre les “contact persons”, soit Patrick Assirvaden pour le Labour et Rajesh Bhagwan pour le MMM, ont déjà été entamés en vue d’assurer une coordination des manifestations et sorties politiques sur le terrain, qui devront être organisées à partir de la semaine prochaine.