La tranche du Question Time d’hier après-midi à l’Assemblée nationale a été marquée par des moments de tension comme cela avait été le cas plus tôt avec l’interpellation du député Aadil Ameer Meea sur les Assets and Liabilities de la National Insurance Company Ltd. Un clash des plus virulents a opposé le vice-Premier ministre et ministre des Terres, Showkutally Soodhun, et le député de l’opposition, Reza Uteem, au sujet bail de Pas Géométriques, avec la situation échappant au contrôle de Madam the Speaker, Maya Hanoomanjee. Alors que les deux protagonistes étaient engagés dans un mano a mano avec des échanges d’allégations et d’accusations, Maya Hanoomanjee a tenté de croiser le fer verbalement avec le leader de l’opposition, Paul Bérenger, au sujet d’un Side Issue. La présidence de l’Assemblée nationale a eu toutes les peines du monde pour préserver « the decorum of the House » à ce moment précis.
De son côté, au sujet de la transformation du bail résidentiel d’une société ayant comme actionnaire son fils, Ibne Soodhun, à Grand-Baie, le No 3 du gouvernement a soutenu avec force qu’il n’a rien à faire avec cette décision du ministère des Terres : « Si quelqu’un a une preuve quelconque dans cette affaire de Pas Géométriques, je soumets ma démission. C’est l’engagement que je prends », devait-il soutenir avec force dans le sillage du chapelet d’interpellations supplémentaires de Reza Uteem à sujet.
Auparavant, Showkutally Soodhun avait formulé des allégations contre le député Uteem au sujet de l’existence d’un Trust avec pour propriété le bail de 634 mètres carrés de State Land à Quatre-Cocos au coût de Rs 40 millions avec ses enfants et « children to be » comme étant actionnaires du Trust et le député comme Protector of the Trust. Répondant à une question supplémentaire du Chief Whip, Mahen Jhugroo, il devait soutenir « minors are not eligible to hold a lease », en accusant le député d’avoir enfreint la loi avec ce deal foncier conclu en février 2013. Il a informé la Chambre qu’il compte soumettre ce dossier au ministère de la Bonne Gouvernance pour des besoins d’enquête en vue d’établir toute irrégularité. Le député Uteem rejette les allégations du vice-Premier ministre et ministre des Terres (voir plus loin).La séance du Question Time de l’après-midi a constitué une interminable épreuve pour deux ministres du gouvernement. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Yogida Sawmynaden, n’a pas eu la partie facile avec le scandale de contrat alloué par la Mauritius Sports Federation et qui fait actuellement l’objet d’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC). Le ministre avait cru pouvoir se racheter en soulignant que toute cette affaire relève de l’exercice initié sous le Prevention of Corruption Act mettant en cause son Press Adviser. Mais c’était mal connaître la ruse des vétérans de l’hémicycle.
Se basant sur une précédente réponse fournie au ministre des Sports au sujet du même Press Adviser, le Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, devait lâcher une bombe en signifiant son intention de déposer sur la table de l’Assemblée nationale une motion accusant Yogida Sawmynaden d’avoir « misled the House ». À la fin de l’année dernière, il avait déclaré à la Chambre que ce Presse Adviser n’était pas sous caution alors qu’une inculpation provisoire pèse contre lui depuis cette période.
D’autre part, le ministre Prem Koonjoo a littéralement eu des sueurs froides avec un feu roulant d’interpellations supplémentaires sur le projet de climatisation d’immeubles publics dans la capitale avec le projet de Deep Ocean Water Application (DOWA), dont le contrat avait été alloué à Sotravic depuis la fin de l’année dernière. Les questions de base sont restées sans réponse avec le ministre se permettant de lire tout ce qui était inscrit dans son dossier, dont « MPI can be contacted for more details ! » au grand dam des députés de l’opposition.
L’interpellation inscrite au nom du député Reza Uteem au sujet des Pas Géométriques alloués par le gouvernement depuis janvier 2015 ne comportait à première vue aucune charge politique. Le député de l’opposition voulait savoir du vice-Premier ministre et ministre des Terres le nombre de nouveaux baux accordés et le nombre de baux existants qui ont été renouvelés de même que dans chaque cas les noms des bénéficiaires du bail, les lieux, la superficie et la valeur. Showkutally Soodhun devait révéler que le nombre de nouveaux baux est de 81 alors que les baux qui ont été renouvelés sont de 68. Il a indiqué qu’il allait déposer sur la table de l’Assemblée nationale un relevé complet.
Les choses semblaient se tasser à ce point précis avec le député Uteem intéressé à prendre connaissance des procédures et du délai pour le renouvellement des baux au ministère des Terres. Sur ce, le vice-Premier ministre devait renvoyer le député au Web Site du ministère où tout est indiqué. C’est à ce moment précis que le Chief Whip, Mahen Jhugroo, s’est présenté aux devants de la scène avec une interpellation supplémentaire, qui allait faire monter la tension d’un cran.
Jhugroo : We have had cases of NHDC apartments where minors…
Bérenger : What has this got to do with the substance of the Parliamentary Question ?
Speaker (s’adressant au Chief Whip) : I just remind you that the question is on Pas Géométriques.
Jhugroo : Minors acquired NHDC apartments built on State Lands. Are minors eligible to hold leases of State Lands ?
Le Chief Whip du gouvernement n’a pas eu le temps de finir avec l’énonciation de son interpellation supplémentaire que le vice-Premier ministre se met debout pour donner la réponse.
Soodhun : Minors are not eligible to hold a lease. I’ve been informed of a company…
Bancs du gouvernement : Dir ki sene là sa ?
Soodhun : …où il y a eu un transfert avec tous les bénéficiaires des mineurs. The trust has a sole shareholder and Protector of the Trust. La superficie des Pas Géométriques concernés couvre 634 mètres carrés à Quatre-Cocos. Le montant de ce deal intervenu en février 2013 est de Rs 14 millions.
« Rode l’amerdman mem twa »
Les parlementaires de la majorité font monter la mayonnaise en réclamant d’autres précisions, dont l’identité de ceux concernés, du vice-Premier ministre et ministre des Terres.
Soodhun : I’ve been informed that the Sole Protector is Muhammud Reza Uteem. Le Trust comprend ses enfants et également his Children-to-be…
Bérenger : Rode l’amerdman mem twa avek bann zafer arrange…
La Speaker tente d’intervenir dans ce brouhaha mais en vain. Le vice-Premier ministre poursuit sur sa lancée.
Soodhun (en tenant entre ses mains un lot de feuilles de papier) : Je me propose de soumettre le dossier au ministère de la Bonne Gouvernance pour les besoins d’enquête. (Il se tourne en direction du ministre Roshi Bhadain.)
Bérenger (en direction de la présidence de l’Assemblée nationale) : Ranze antr zotte. You’ve allowed them…
Uteem (pointant du doigt un dossier devant lui et lançant en direction de Showkutally Soodhun) : Saki enan prizon ladan.
Maya Hanoomanjee tente de faire le point avec le leader de l’opposition avec le ton montant crescendo et aucune des deux parties ne laissant le champ libre à l’autre.
« Zotte pe passe ?pou vierge »
Speaker (à l’adresse de Paul Bérenger) : Vous avez dit ine aranze antr zot. I don’t want to be party in that. Vous avez dit que j’étais partie prenante dans cette affaire. Avez-vous dit cela…
Bérenger : If I wished, I would have said that. I did no say that. (La Speaker tente d’intervenir mais le leader de l’opposition ne cède en rien du terrain) Your ears never listen when you say things… You never hear the other side…
Speaker : You should mind your language when you talk to me. Don’t get excited. Je voulais seulement savoir…
Alors que le député Uteem tente de calmer son voisin de travée, Paul Bérenger, un vif échange de propos engage le chef de file du Labour, Shakeel Mohamed, et Showkutally Soodhun.
Mohamed : Guette toi bien dan ene laglas avan to koz ar mwa…
Speaker : Honourable Mohamed, I’m on my feet. When I’m on my feet, the House has to be silent…
Bérenger : Arete fer tapaz…
Les échanges reprennent tranquillement.
Meea : Quel est le délai pour la conversion d’un bail résidentiel en un bail industriel ?
Soodhun (à haute voix) : You have to apply…
Bancs de l’opposition : You don’t need to shout…
Speaker : Honourable Meea, you’ve asked a question…
Uteem : Il y a un cas qui a été logé le 6 février 2015 avec un dénommé Ibne Soodhun…
Soodhun : C’est mon fils…
Uteem : Ce 6 février, il avait soumis une demande pour la conversion d’un bail résidentiel en un bail industriel pour une période de 60 ans. Et en mai 2015, la demande avait été approuvée. I want to know…
Sur ce, le vice-Premier ministre et ministre des Terres se lance dans la chronologie de cette affaire, qui remonte au 18 novembre 2008 avec une excision du terrain pour le compte de la Compagnie Culture de Tabac Ltée pour un bail de 60 ans. Le loyer est de Rs 193 968 et la prime de Rs 5,8 millions. La demande d’excision est logée le 16 décembre 2010 au nom de la Société Mohamed Umeeir Ibne Showkut. La demande est approuvée le 10 février 2011 et la Letter of Intent émise le 15 février 2011.
« It is normal practice for the Ministry to convert campement site leases into industrial site leases subject to the application of new rental as per legislation. As at date some 15 campement site leases have been converted into industrial leases », dira le vice-Premier ministre et ministre des Terres.
« I give ?the guarantee »
« I was not a minister », devait-il déclarer avant d’ajouter avec force que « je donne la garantie. Je n’ai pas été partie prenante dans cette affaire. I can go to ICAC. If Somebody has any proof against me, I’m going to resign. I give the guarantee ».
La conclusion de la réponse du vice-Premier ministre est ponctuée par des invectives des parlementaires de la majorité, dont le Leader of the House, sir Anerood Jugnauth, se joignant avec « bann faussaires » ou encore Ravi Rutnah avançant que « zotte pe zette labu ».
Alors que le député Uteem est en conversation avec le leader de l’opposition au sujet de cette affaire de Trust de Quatre-Cocos, le vice-Premier et ministre des Services publics, Ivan Collendavelloo, en conversation avec Showkutally Soodhun, laisse échapper : « Zotte pe passe pou vierge ». Et à Soodhun d’ajouter que « Oozeer ki ine fer tout ladan en 2013 ». Le ministre Gayan ajoutera son grain de sel avec une répartie en direction du leader du Muvman Liberater : « Ivan, to ti dan MMM sa lepok là. Personne pa ine dire twa sa ! »
« The minister has misled the House  »
Quelques minutes auparavant, le ministre des Sports avait passé un mauvais quart d’heure avec l’interpellation au nom du député Franco Quirin. Celui-ci voulait obtenir confirmation du Mauritius Sports Council qu’un contrat avait été alloué à un dénommé N.K. pour la réalisation de clips et animation de logos pour la cérémonie du National Sports Award de janvier 2016.
De manière gaillarde, Yogida Sawmynaden devait confirmer le contrat tout en ajoutant que « je crains de ne pouvoir en dire plus car ce dossier fait l’objet d’une enquête de l’ICAC ». Cette dernière phrase devait revenir comme un leitmotiv dans la bouche du ministre des Sports lors des interpellations supplémentaires. Il dira également que le Press Adviser est toujours membre du Board du Mauritius Sports Council et son contrat d’Adviser arrive à échéance dans quelques jours.
Quirin : Peut-il révéler s’il y a eu un exercice d’appel d’offres pour ce contrat ?
Sawmynaden : Je ne peux rien dire. Il y a une enquête de l’ICAC.
Uteem : Y a-t-il eu maldonne dans cette affaire ?
Sawmynaden : ICAC is enquiring.
Quirin : A-t-il demandé au dénommé N. K. d’étouffer cette affaire…
Sawmynaden : I’ve said, I will not answer. There is an enquiry…
Bhagwan : Je me rappelle avoir soumis une interpellation au sujet de son Press Adviser vers la fin de l’année dernière. (Il donne la date exacte de la PQ) Je voulais savoir si cet individu était en liberté sous caution dans une affaire pénale. The minister replied that the information is wrong. I can say to the House that the minister has misled the House on that issue. Aux termes des règlements, je déposerai une motion en ce sens sur la table de l’Assemblée nationale…
Hanoomanjee : Si j’ai bien compris vous allez de l’avant avec cette motion de Misleading the House…
Bhagwan : The minister’s adviser is an habitual criminal…
Uteem : Le ministre dit qu’il y a une enquête de l’ICAC. Une bande sonore de cette affaire est accessible sur YouTube. Compte-t-il collaborer avec l’ICAC pour faire la lumière sur cette affaire ?
Sawmynaden : Il y a une enquête. S’il faut aller à l’ICAC, j’irai…
Mohamed : Pour revenir au point soulevé par l’honorable Bhagwan, le ministre veut-il apporter les corrections nécessaires ?
Sawmynaden : This is the information I’ve been given at that time.
Bérenger : Li konne bien…
« Ene barbara »
Au début de la séance de l’après-midi, le ministre Koonjoo a eu chaud avec la Parliamentary Question du député Aadil Ameer Meea sur le projet de DOWA à Port-Louis. Il confirme qu’un accord est intervenu entre le gouvernement et les promoteurs pour la climatisation des immeubles publics de la capitale avec le pompage de Deep Cold Seawater. Ce projet devra baliser la région de Port-Louis allant de Baie-du-Tombeau à Pointe-aux-Sables. Des démarches sont en cours pour l’obtention d’une EIA Licence sous le Maritime Zone Act. Le projet de DOWA devra être opérationnel à partir de mars 2018.
Meea : Mais je n’ai pas entendu le ministre répondre sur le coût de ce projet ?
Bérenger : Ene barbara ine tasse ladan… Largué kuma baraswa…
Koonjoo (lisant ce qui est dans son dossier) : MPI can be contacted for more details…
Cette réponse provoque l’hilarité au sein de l’hémicycle alors que les députés de l’opposition, dont Osman Mohamed, veulent savoir si le projet tient la route encore compte tenu du déménagement des ministères à Heritage City. Les réponses se font de plus en plus rares.
Bérenger : The question is about the cost. It’s a lot of money. Roughly the cost…
Koonjoo : I’m sorry, Madam, I don’t have the exact cost.
Bérenger : Where is the funding coming from ?
Koonjoo : It’s a private company. I don’t have the details.
Meea : The minister had been given advance notice of the question. He should have done his homework. He said MPI can be contacted for details. May we have the phone number of MPI ?
Bérenger : That’s a good question.
Ganoo : Le ministre a dit que c’est un investissement privé. What is the total project value ?
Koonjoo : I just answered. I don’t have the exact sum. Ce projet est resté dans un tiroir pendant dix ans. En une année, nous avons pris les décisions pour le mettre en chantier…