Le Government Business à l’ordre du jour des travaux de la rentrée parlementaire de mardi prochain est des plus maigrichons, surtout après des vacances de trois mois. Le seul projet de loi, qui doit faire l’objet de débats au sein de l’hémicycle, concerne « The Affidavits of Prescription Act (Suspension of certain provisions) Bill », inscrit au nom de l’Attorney General, Yatin Varma. Il ne faudra pas s’attendre à des débats passionnés entre l’opposition et le gouvernement sur ce texte de loi d’une page.
Probablement, il faudra compter sur le Question Time pour assister à une animation à l’Assemblée nationale. Une cinquantaine d’interpellations sont annexées à l’agenda de mardi, avec la part du lion, soit 20 PQs adressées au Premier ministre et Leader of the House, Navin Ramgoolam. La grosse majorité des dossiers évoqués lors du Prime Minister’s Question Time relève du département de la police, dont la double noyade des membres de la Special Mobile Force à Sept-Cascades le samedi 29 septembre dernier lors d’une séance d’entraînement.
Toutefois, la PNQ du leader de l’opposition, Paul Bérenger, pourrait se transformer en véritable locomotive parlementaire. Mais à la fin de la semaine, très peu de détails ont transpiré quant à la teneur de la PNQ. L’un des sujets favoris paraît être la réforme électorale après le Pronouncement du Comité des Droits de l’Homme des Nations unies sur la formule de désignation de Best Loser System. Mais il n’est pas à écarter que le leader du MMM puisse créer la surprise en proposant un autre thème pour la PNQ, dont le profond différend entre le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, et le gouverneur de la Banque de Maurice, Rundheersing Bheenick, au sujet du « Misalignment » de la roupie. Une telle démarche aura pour effet de replacer le dossier de l’économie au coeur du débat national à trois semaines de la présentation du Budget 2013.
Néanmoins, tout semble indiquer qu’avec un Government Business des plus Light, la séance risque d’être de courte durée avant les marathons budgétaires de l’après 9 novembre.