L’Assemblée nationale a, lors d’une séance spéciale hier, rendu un hommage émouvant à Nelson Mandela, décédé le 5 décembre et dont les funérailles sont prévues demain. Le Premier ministre Navin Ramgoolam a à cette occasion annoncé qu’un deuil national sera observé durant la journée de demain et a invité les Mauriciens à garder une minute de silence au moment des funérailles du leader sud-africain.
La cérémonie d’hier s’est déroulée en présence des membres du corps diplomatiques et de nombreux invités parmi lesquels se trouvaient Sylvio Michel, le père Grégoire, le président du Centre Nelson Mandela, Filip Fanchette et des membres du secteur privé. Elle a aussi été marquée par l’observation d’une minute de silence.
Le Premier ministre a dans son intervention observé que malgré le fait qu’on savait qu’il allait partir à un moment où un autre, l’annonce de son décès nous a laissés muets. Navin Ramgoolam a déclaré que dès qu’il a appris le décès du leader sud-africain, il a donné des instructions pour que le drapeau mauricien soit en berne sur tous les bâtiments abritant les missions mauriciennes à l’étranger
Le Premier ministre s’est dit très touché d’avoir connu un personnage aussi exceptionnel qu’il a comparé à Gandhi. Il s’est dit honoré d’avoir été invité à la cérémonie de prestation de service à son arrivée au pouvoir en 1994. « Je ne m’appesantirai pas sur le fait que des pressions avaient été exercées sur moi afin que je ne me rende pas en Afrique du Sud à cette occasion. »
Navin Ramgoolam s’est souvenu de sa rencontre avec Nelson Mandela à domicile en février 1998. Le Premier ministre a retracé l’histoire du grand homme depuis 1968. « Alors que les prophètes de malheur prévoient le pire pour l’Afrique du Sud si l’ANC remportait les élections, les choses se sont bien passées grâce à la personnalité de Nelson Mandela. South Africa has been lucky to have had such a man as Nelson Mandela. Just imagine for a moment, what might have happened, if Nelson Mandela had not been there. South Africa would have become a racial inferno and a blood bath would have ensured beget. He saw the need for reconciliation and the triumph of principle over mere power. »
Navin Ramgoolam a aussi insisté sur le fait que Nelson Mandela était un homme d’un courage incroyable qui a instinctivement mis en valeur la réconciliation et non pas la vengeance. Le Premier ministre a annoncé avoir demandé à la Banque centrale de demander aux principales banques d’allouer trois bourses aux étudiants de Mithatha, lieu de naissance de Nelson Mandela. De plus, une statue de Mandela sera érigée au Caudan Waterfront. Par ailleurs, le Premier ministre a aussi rappelé qu’une journée de deuil sera observée demain dans le pays.
Pour sa part, le leader de l’opposition Paul Bérenger a observé que depuis une semaine, le monde est en deuil « parce qu’il a perdu un héros politique et moral exceptionnel ». « Un géant qui a été salué par une unanimité et une ferveur sans précédent dans le monde. »
Paul Bérenger a lui aussi retracé la vie et le combat de Nelson Mandela. « Il a connu la prison pour la première fois 1952. Douze ans plus tard, il a été condamné à 27 ans de prison. »
Paul Bérenger a finalement insisté sur le fait qu’il ne faut pas se lamenter sur Nelson Mandela. Il faut plutôt se réjouir de l’héritage qu’il a laissé, a soutenu le leader de l’opposition.