Certains d’entre eux pourraient ne pas être de la prochaine législature, mais s’ils voulaient laisser une trace, ils auraient pu commencer par respecter la démocratie parlementaire et honorer leurs obligations. Non, ils semblent s’en moquer royalement. Parmi eux, ceux qui croient n’avoir aucun compte à rendre à leurs collègues parlementaires, Stéphane Toussaint avec 16 questions restées dans le néant, Ivan Collendavelloo (15), Nando Bodha (15), Anwar Husnoo (15) et Pravind Jugnauth (10).

Commençons par le Premier ministre et ministre des Finances qui est censé donner le bon exemple. Il n’a pas, jusqu’ici, répondu à des questions sur les fonds investis sur le bide monumental qu’est le film Serenity, lancé à l’hôtel de son beau-frère, Sanjiv Ramdanee ; les drains de Bel-Ombre, la commission d’enquête sur la BAI, les projets dans le No 1, l’introduction du Freedom of Information Bill, le rapport de l’audit sur un certain D.D, secrétaire permanent adjoint, les services légaux de Landscope, SMS Pariaz, le problème d’inondations à Plaine Magnien, la retraite du commissaire de police.

Quant aux champions, avec en tête Stéphane Toussaint, point de réponse sur pas mal de sujets, le coût du magazine des Jeux des îles, le problème des billets lors de cet événement et d’autres sujets associés. Un vrai sprint en avant pour le ministre des Sports avec 16 questions au chrono.

Les 15 questions non répondues du Premier ministre adjoint Ivan Collendavelloo portent sur l’eau 24/7, qui a depuis été rebaptisé “24/Sec”, la chute des produits pétroliers, le contrat du consultant Scene-Ries, celui d’affermage de la CWA, le rapport Poten and Partners, les employés de la CWA et d’autres sujets à polémiques impliquant la gestion des services publics.

Nando Bodha, lui aussi, a évite de répondre à nombre de questions, notamment sur le Metro Express, les motos électriques et les feux de signalisation, les marchands ambulants de Port-Louis, les contrats de publicité du Metro Express et les coûts de la réparation de la route Terre-Rouge/Verdun.

Autre mauvais élève, Anwar Husnoo, avec des questions restées sans réponse jusqu’ici sur le cannabis, le nouveau centre pour le traitement de cancer de Solférino, la réhabilitation des toxicomanes et des alcooliques, le SAMU et les appareils de radiologie.

Le hit-parade des ministres mauvais élèves est comme suit : Yogida Sawmynaden (10), Pradeep Roopun et Alain Wong (8), Soodesh Callychurn (6), Leela Devi Dookun-Luchoomun (5), Fazila Jeewah-Daureeawoo (3) et (5) pour ses attributions aux Droits de la Femme et des Administrations régionales), Anil Gayan (4), Mahen Seeruttun, Etienne Sinatambou (3), Sudhir Sesungkur, Mahen Jhugroo, Ashit Gungah, Prem Koonjoo (2) et Maneesh Gobin (1).