La semaine prochaine, faute de budget, l’Assemblée nationale sera appelée à avaliser le nouveau barème des allocations mensuelles pour les membres du gouvernement et de l’Assemblée nationale aussi bien que pour la présidente de la république et le vice-président. En effet, deux projets de loi, à savoir The President’s Emoluments and Pension (Amendment) Bill et The National Assembly Allowances (Amendment) Bill, sont inscrits à l’ordre du jour de mardi prochain au nom du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, en première lecture. Le nouveau barème des allocations mensuelles varie de Rs 367 085 pour la présidente de la république à Rs 74 350 pour les Backbenchers en passant par Rs 290 000 pour le chef du gouvernement et Rs 200 000 pour les ministres. Il faut savoir que dans cette dernière catégorie, il faudra ajouter d’autres allocations, comme pour l’embauche du Constituency Clerk ou encore pour la facture de carburant ou autres allowances qui ne sont pas mentionnées dans le texte de loi.
Toujours à l’agenda de mardi, le nouveau ministre des Finances, Pravind Jugnauth, complétera la série avec la présentation d’un nouveau budget supplémentaire de Rs 1,7 milliard, le second en moins de huit jours. Certains diront une séance préparatoire du Budget Day, dont la date reste encore entourée de suspense. Par ailleurs, le Question Time de mardi avec 57 interpellations annexées s’annonce, à première vue, moins croustillante, même s’il y a des risques de voir la température monter avec des PQs sur la « situation malsaine » à la Banque de Maurice au nom de Rajesh Bhagwan, le temporaire devenu permanent pour le poste de directeur général de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) ou encore la nécessité de placer sous le contrôle du Public Accounts Committee la gestion des corps para-étatiques.
L’Assemblée nationale sera appelée, mardi, à entériner la révision des allocations recommandées par le Pay Research Bureau dans le sillage de l’augmentation des salaires aux fonctionnaires et employés des corps para-étatiques avec effet rétroactif au 1er janvier dernier. Ainsi, dorénavant, les Allowances seront versées comme suit :
– Président de la république : Rs 367 085 par mois, soit un budget de salaires annuels de Rs 3 552 000 et une Duty Allowance de Rs 853 020
– Vice-President de la république, Rs 254 300, soit des salaires annuels de Rs 2 472 000 et une Duty Allowance de Rs 579 600
– Premier ministre : Rs 290 000 par mois, soit une Annual Allowance de Rs 3 480 000 excluant d’autres allocations
– Premier ministre adjoint : Rs 206 000 par mois, soit des salaires annuels de Rs 2 472 000 sans les allocations
– Vice-Premier ministre : Rs 203 000 (Rs 2 435 000 par an)
– Ministres : Rs 200 000 par mois (Rs 2,4 millions par an)
– Speaker : Rs 200 000 par mois (Rs 2,4 millions par an)
– Leader de l’opposition : Rs 158 000 par mois (Rs 1 896 000 par an)
– Chief Whip : Rs 146 000 par mois (Rs 1 752 000 par an)
– Parliamentary Private Secretary : Rs 140 000 par mois (Rs 1 680 00 par an)
– Deputy Speaker : Rs 140 000 par mois (Rs 1 680 000 par an)
– Whip : Rs 102 500 par mois (Rs 1 230 000 par an)
– Chairman PAC, Deputy Chairman of Committees et Deputy Chief Whip : Rs 92 000 par mois (Rs 1 104 000 oar an)
– Backbencher : Rs 74 350 par mois (Rs 892 200 par an).
Il va de soi qu’avec les ajustements dans les allocations ministérielles et parlementaires, des révisions devront suivre pour les salaires des nominés politiques et autres Senior Advisers, dont les allocations, dans certains cas, crèvent déjà la barre des Rs 100 000 par mois.
D’autre part, le Grand Argentier présentera en première lecture un nouveau Supplementary Appropriation Bill pour une somme de Rs 1,7 milliard, représentant des dépenses additionnelles pour la période de janvier à juin 2005. Ces fonds additionnels se répartissent comme suit :
– Centrally Managed Initiatives of Government : Rs 1,5 milliard pour le budget de développement
– Office of the President : Rs 4,8 millions
– Assemblée nationale : Rs 5,4 millions
– Electoral Supervisory Commission : Rs 500 000
– PSC : Rs 8,8 millions
– Communications extérieures : Rs 30,9 millions
– Ministère de la Santé : Rs 47,8 millions
– Office of the Solicitor General : Rs 2,3 millions
– Centrally Managed Expenses of Government : Rs 58,6 millions.
Pravind Jugnauth devra également piloter mardi en troisième lecture le précédent budget supplémentaire, qui a été débattu mardi dernier à l’Assemblée nationale.
En première partie de la séance, le Prime Minister’s Question Time ne comprendra que huit interpellations avec notamment le backbencher Sangeet Fowdar interpellant le gouvernement sur la nécessité de placer les corps para-étatiques sous le Parliamentary Oversight avec le contrôle de la gestion financière exercé par le Public Accounts Committee. Le député du MMM Aadil Ameer Meea s’intéresse au poste de directeur général de l’ICAC. Il demandera au Premier ministre de préciser la date à laquelle ce poste est assumé de manière temporaire, de révéler quand un directeur général à plein-temps sera nommé et également quand la Financial Crime Commission sera mise sur pied dans le cadre de la lutte contre la fraude et la corruption avec des amendements au Prevention of Corruption Act.
Lors de la tranche du Question Time, le Whip de l’opposition renouera avec la tradition de la Peg Question. Rajesh Bhagwan demandera au ministre des Finances de révéler quand il compte rencontrer le gouverneur de la Banque de Maurice, Ramesh Basant Roi, pour évoquer la situation prévalant au sein de cette institution. Il pourra s’appuyer sur la teneur du dernier Public Notice en date émis par la Banque Centrale pou réclamer des éclaircissements sur des zones d’ombre comme « that lady carrying bulky bags » arrivant au siège de la Banque Centrale les samedis ou autres séances de travail copieusement arrosées.
Toujours au chapitre des institutions financières, le député Fowdar demandera au ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, de révéler des détails sur le Staffing et le fonctionnement de la Surveillance Section de la Financial Services Commission. Le député Reza Uteem voudrait également savoir du même ministre si le candidat Menon Murday, nommé en tant que président du board d’une filiale de la State Bank of Mauritius, a fait l’objet d’un exercice de contrôle de Fit and Proper Person aux termes des dispositions de la loi en vigueur.
Les interpellations du Backbencher de la majorité Bashir Jahangeer retiendront l’attention surtout après les récentes mises en garde de la direction du MSM, exigeant de la discipline dans ses rangs. Il compte évoquer son sujet de prédilection, soit le Central Electricity Board. Il demandera au vice-Premier ministre et ministre des Services publics, Ivan Collendavelloo, de révéler la liste des firmes préqualifiées pour le projet de Waste-To-Energy. Il s’intéressera à la Procurement Method adoptée par le ministère des Infrastructures publiques pour l’allocation de contrats sous le Road Decongestion Programme ou encore le choix des contracteurs pour le projet de Heritage City.
Les autres dossiers abordés lors du Question Time sont le budget de Rs 1,3 milliard pour les travaux de drains annoncés dans le dernier budget (Aadil Ameer Meea) ; le problème de visa d’étudiants avec les concernés engagés dans du travail rémunéré (Danielle Selvon) ; le recrutement de Tourism Enforcement Officers de janvier 2015 à avril de cette année (Rajesh Bhagwan) et trois recrutements à la Tourism Authority (Rajesh Bhagwan) ; des enquêtes de l’ICAC initiées contre la direction générale de l’Université de Technologie (Shakeel Mohamed) ; et la mise sur pied du Legacy Sovereign Fund annoncé dans le dernier budget (Kavi Ramano).