La décision du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, de ne pas donner suite à la motion visant à revoir à la hausse la composition du Broadcasting Committee de la Chambre dans le cadre du projet de retransmission en direct des débats à l’Assemblée nationale, a soulevé un tollé dans les rangs du MMM. À l’ajournement des travaux pour le thé, hier après-midi, le leader de l’opposition, Paul Bérenger, n’a pas mâché ses mots à l’encontre du chef du gouvernement pour sa volte-face en refusant de piloter la motion inscrite au nom de celui-ci à l’ordre du jour des travaux. Depuis lundi soir, soit après la réunion du groupe parlementaire de la majorité et sous pression du leader du Muvman Liberater et vice-Premier ministre et ministre des Services publics, Ivan Collendavelloo, cette décision avait été prise. D’ailleurs, dès le début des travaux de l’Assemblée nationale hier, sir Anerood avait donné une Advanced Notice de sa démarche au Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan. De son côté, commentant ce retournement de veste du chef du gouvernement, Paul Bérenger est arrivé à conclusion que sir Anerood n’exerce plus aucun contrôle sur les ministres et députés de la majorité.
De son côté, le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, a confirmé le recadrage des ministres pigeons voyageurs. Répondant à une interpellation au nom du député Bhagwan, il a révélé que de janvier de l’année dernière à ce jour, le gouvernement a encouru des dépenses pour 184 missions officielles. Depuis le 1er juillet dernier, de nouvelles dispositions ont été prises avec l’annulation du vote pour les missions dans les budgets de chaque ministère en le remplaçant par un Centralised Item au ministère des Finances. Dorénavant, tout déplacement officiel à l’étranger devra être doublement sanctionné, soit par le Prime Minister’s Office et le ministère des Finances.
Le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, a fait état d’une étude confiée à la firme PwC sur le transport gratuit en vue d’une refonte vu l’absence de tout contrôle. Le budget pour le transport gratuit des écoliers et des personnes âgées est de Rs 1,2 milliard cette année et depuis l’introduction de cette mesure en 2005, les dépenses encourues ont été de Rs 10 milliards. Il a également ajouté qu’à ce jour, la Corporation Nationale de Transport enregistre un manque à gagner de Rs 2 500 par bus opéré par jour. Dans la conjoncture, l’objectif est d’assure un Re-Engineering des 92 routes attribuées à la CNT alors que 53 d’entre elles ne sont nullement profitables.
Avec la confirmation que le Premier ministre n’allait pas donner suite à l’accord agréé avec le MMM pour une révision du nombre de parlementaires siégeant sur le Broadcasting Committee en vue d’assurer la retransmission en direct des travaux de l’Assemblée nationale, le leader de l’opposition est monté en première ligne. À la fin de la tranche du Question Time et des déclarations des ministres, le Leader of the House est intervenu. « I do not propose to move the motion in my name », devait-il déclarer alors que la motion visait à porter le nombre de membres sur le Broadcasting Committee de 8 à 10 et le Chairman. Des dix, six devaient provenir de la majorité et quatre de l’opposition, dont deux des rangs du MMM.
Bérenger : Puis-je intervenir sur un Point of Order. Les Standing Orders, notamment la clause 33, traitent des conditions de Withdrawal of Motion. I have listened to the Prime Minister, is he going to withdraw his motion ?
SAJ : I am not proposing to move the motion.
« Nou pa gourman me nou lopozision ofisiel »
Avec ce projet avorté, Paul Bérenger s’est montré très critique à l’encontre du Premier ministre. « Avec tout ce qui s’est passé cet après-midi, en ne proposant pas cette motion, le Premier ministre vient donner la preuve flagrante que le gouvernement est un véritable bazar et qu’il n’a plus aucune autorité sur les ministres et députés. Il ne contrôle plus rien au sein du gouvernement », a-t-il soutenu. Avant d’aborder l’incident de l’Assemblée parlementaire d’hier après-midi, il a cité en exemple le cas du Parliamentary Private Secretary du No 14, Thierry Henry, qui a participé durant le week-end à une manifestation contre la National Development Unit (NDU) en compagnie des habitants de Rivière-Noire.
« Avec la proposition initiale pour le Broadcasting Committee du Chairperson, de cinq membres du gouvernement et de trois de l’opposition, nous avons protesté car c’est inacceptable que l’opposition du MMM soit représentée par un seul membre. Nou pa gourman me nou lopozision ofisiel. Et je suis le seul leader de l’opposition officielle. Je dois faire ressortir que j’ai toujours fait preuve de fair-play en traitant avec les autres composantes de l’opposition. Nous avions proposé un deal pour faire passer le nombre à 6 plus 4 d’où la motion de sir Anerood. Ne voit-il pas qu’il décide de se rétracter suite à des pressions d’un Junior Partner de son gouvernement lors de la réunion du groupe parlementaire. Le gouvernement est un vrai bazar et le Premier ministre n’a aucune autorité », trouvera Paul Bérenger, qui ajouté que le MMM proposera toujours deux noms et avisera de la marche à suivre subséquemment.
Le leader de l’opposition n’a pas manqué de souligner que le Premier ministre a pris le soin de ne pas « Withdraw » sa motion. Dans ce cas de figure, il ne devrait pas y avoir d’objection. « C’était sûr que nous allions objecter à ce Withdrawal. Il a préféré ne pas Move the Motion », devait-il conclure.
Sinon la tranche du Question Time a été relativement cool. Le Grand Argentier a révélé que de janvier de l’année dernière à ce jour, le gouvernement a effectué des dépenses pour 184 missions officielles. Il a fait comprendre au député Bhagwan que la compilation du montant de dépenses pour ces déplacements est en cours et que les détails seront placés à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale. Il a ajouté à la Chambre que le barème des allocations de Per Diem a été révisé ces derniers temps et que dans certains cas le montant a été réduit. Il en a été ainsi pour les Entertainment Allowances accordées.
« With a view to making judicious use of the funds allocated for Missions Abroad, financial clearance as from 01 July 2016 has been centralized at the level of my Ministry and strict control is being exercised with regard to disbursement of funds. In this respect, Supervising Officers have been requested to : Prepare an Annual Mission Plan with the objective to prioritise and plan missions abroad ; keep the number of delegates to strict minimum, except for Missions where specific technical skills may be required ; have recourse to our Representatives in Overseas Embassies and High Commissions for attending International Events, Conferences and Meetings, where possible ; and make maximum use of teleconferencing and other modern telecommunication facilities », s’est-il appesanti.
Bhagwan : En ce qui concerne les dépenses, le ministre des Finances a fait comprendre que l’exercice de compilation est en cours. Peut-on avoir une idée dans quel délai ces informations seront disponibles ?
Jugnauth : Aussitôt la compilation bouclée et que je suis en présence des informations, je les déposerai sur la table de l’Assemblée nationale.
Bhagwan : Le message aux ministres pigeons voyageurs est clair et net. Mais nous connaissons un truc du métier pour essayer d’échapper au contrôle imposé. Les frais de mission des ministres sont pris en charge par des corps parapublics ou des sociétés publiques sous la tutelle du ministère ?
Jugnauth : As a matter of principle, the minister cannot do that. Avec les nouvelles directives, nous revenons à l’ancien système centralisé avec le double feu vert du Prime Minister’s Office et du ministère des Finances. Ils ne pourront pas contourner ces contrôles. In the event they do that, they will account for.
Rs 10 milliards englouties
Le secteur du transport en commun était également en vedette lors du Question Time d’hier après-midi. Pour cette année, le gouvernement prévoit un budget de Rs 1,2 milliard pour le Free Bus aux écoliers et étudiants et pour le troisième âge. Le ministre Bodha a révélé que depuis l’introduction de cette mesure, Rs 10 milliards ont été englouties. « In my reply to PQ B/468 at the Sitting of the National Assembly of 8 September 2015, I drew the attention of the House that the present system is fraught with a number of flaws and a study would be carried out to re-engineer the whole public transport system », ajoute-t-il en réponse à une interpellation du Government Chief Whip, Mahen Jhugroo…
Dans la conjoncture, l’objectif du gouvernement est de procéder à une évaluation du Free Bus Travel Scheme en vue de mettre en place « a more transparent, efficient and cost effective management of the free transport payment mechanism effected by government to bus operators since a number of years ». Dans cette perspective, la société PwC a été choisie suite à un exercice d’appel d’offres le 29 juin dernier pour mener cette étude et soumettre des recommandations. Cette étude devra être complétée dans un délai de six mois. Cette étude est financée par l’Agence Française de Développement au coût de Rs 15 millions.
Jhugroo : Le ministre peut-il révéler le nombre de cas rapportés où des chauffeurs de bus ont laissé des étudiants et des personnes du troisième âge sur des arrêts d’autobus ?
Bodha : I don’t have the exact figures. But there have been numerous complaints at the NTA.
Jhugroo : Le ministre peut-il informer la Chambre du nombre de cas où des opérateurs ont été payés alors que leurs autobus dormaient au garage ?
Bodha : Je ne suis pas en présence de ces détails. Mais il y a de nombreux cas. Depuis l’introduction du transport par bus gratuit pour les étudiants et les personnes âgées, soit en 2005, le gouvernement a dépensé quelque Rs 10 milliards. Pour cette année, le budget est de Rs 1,2 milliard. It is a system where the National Transport Authority acts as a paying agent. There is no accountability. Il n’y a aucun contrôle. Ce projet a été élaboré sur la présomption que 40 % des personnes du troisième âge voyagent par autobus. We have all the abuses. L’étude commanditée fera le tour du problème et formulera des recommandations. Le mieux est de mettre en place un système électronique enregistrant le nombre de bénéficiaires effectuant des déplacements.
En conclusion, le ministre des Infrastructures publiques dira que « all studies have proven that with the free bus transport scheme, we have the least worst solution. We should look for the best effective solution ».
Huit mesures
Le cas de la CNT a également été décortiqué suite à une interpellation du même député Mahen Jhugroo. Valeur du jour, la CNT gère une flotte de 589 autobus et sur les 284 Bus Routes, 92 sont attribuées à la CNT avec deux autres exploitées lors des fêtes Maha Shivaratree et Ganga Asnan. « Out of these 92 routes, 53 routes are non-profitable ones, while 39 are profitable », déclare Nando Bodha. Chaque jour, la CNT transporte 150 000 passagers sur les 350 000 avec des revenus moyens de Rs 5 000 par bus alors que pour être profitable, les recettes par autobus auraient dû être de Rs 7 500, soit un manque à gagner de Rs 2 500 par bus mis sur les routes.
Le ministre Bodha est d’avis que la structure des tarifs de bus est au détriment de la CNT avec des répercussions négatives. « There is a pressing need to re-engineer some of the routes », dit-il en rappelant que le ticket de bus entre Rivière-des-Galets et Port-Louis est de Rs 37. Le ticket entre Rivière-des-Galets et Curepipe est de Rs 34, soit la différence de Rs 3 pour le trajet Curepipe/Port-Louis. « However, the fare from Curepipe to Port-Louis is Rs 34 when it is applied on route No 2 », fait-il comprendre.
La CNT mise sur une série de huit mesures pour se remettre sur les rails, soit :
la conversion des Social Routes en des opérations « where at least operating costs are recuperated »,
la rationalisation des Off-Peak Services sur des routes non profitables pour les faire devenir rentables,
la réduction des Bus Routes pour éliminer les kilomètres non rentables et récupérer les passagers voyageant sur des distances courtes,
la mise en service de Smart Lines avec GPS, notamment sur le trajet Curepipe/Quatre-Bornes en passant soit par St-Paul soit par Floréal,
la lutte contre les opérateurs illégaux sur le réseau desservi par la CNT,
l’élimination des retards sur le Schedule et la lutte contre le Pilferage,
le renforcement des opérations sur des lignes profitables avec une augmentation de la fréquence des départs aux heures de pointe,
et la mise à la disposition du public voyageur de la Real-time information par le truchement d’application mobile.
« The objective of the Corporation is to have one-third of its routes profitable, one-third to be social and the remaining one-third to break even », déclare Nando Bodha, soutenant que la CNT demeurera la charnière du transport en commun avec un service de qualité.
Répondant au député Bhagwan sur le coût élevé des opérations des Semi-Low Floor Buses, le ministre concédera que « jusqu’ici, nous avons des autobus de 64 places construits sur des châssis de camion avec le moteur sous le siège du chauffeur. Tel a été le cas pendant dix à quinze ans. Maintenant avec les Semi-Low Floor buses, cela a changé de manière dramatique avec le moteur placé à l’arrière. The Semi-Low Floor Busses are more adequately accessible for the elderly ; Yes, there is an increase in the consumption. But it is a better service ».
Pour Nando Bodha, l’avenir du transport en commun se conjugue avec des bus électriques avec le nombre de bus en circulation, soit presque 2 000. « The solution for Mauritius is electric buses. We have to control the emission », a-t-il conclu.