En l’absence de la traditionnelle Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition Paul Bérenger, les parlementaires des deux côtés de la Chambre se sont servis « un plat municipal de macaroni » avec au centre de la polémique le véhicule transportant dans la soirée de samedi à dimanche des vivres à être distribués. Le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell, un des Campaign Managers de l’Alliance Ptr/PMSD à Curepipe, est pris pour cible par les députés de l’opposition, principalement ceux du MMM. Avec le « From Briani to Macaroni » lancé par Rajesh Bhagwan, le leader du MMM Paul Bérenger, a ajouté son grain de sel avec un sonore « briani par ici, macaroni par laba ! To papa (Satcam Boolell) ti pou onte ! » Pendant le quart d’heure initial, le Speaker Razack Peeroo a tenté en vain d’atténuer les ardeurs des parlementaires se lançant des invectives et des commentaires au sujet des résultats des élections municipales. D’autre part, le trésorier du Ptr et un des Senior Advisers au Prime Minister’s Office, Ah Fat, a été rappelé à l’ordre par le Sergeant-at-Arms suite à des instructions du Speaker.
L’attention de la présidence de la Chambre a été attirée par le leader de l’opposition et le député Veda Baloomoody, quant à la réaction du trésorier du Labour, qui assistait à la séance de la galerie publique, suite à une remarque du député Bhagwan. À un certain moment lors du Question Time, alors que le trésorier du Ptr quittait sa place, le député Bhagwan devait tout simplement lancer « ala Ah Fat la ! ». Cette remarque n’aurait pas été appréciée par ce dirigeant travailliste, dont le geste esquissé avait été dénoncé vivement par Paul Bérenger, Veda Baloomoody, entre autres. Suite aux protestations des députés de l’opposition, le Sergeant-at-Arms devait faire comprendre à ce membre du public qu’il n’avait pas le droit de s’immiscer dans le déroulement des travaux de l’Assemblée nationale. Dans le sillage de cette affaire, Razack Peeroo a fait un statement à la Chambre qu’il n’acceptera pas « de gestes d’intimidation à l’encontre des parlementaires au sein de l’hémicycle par des strangers ».
Les premières hostilités parlementaires au sujet des dernières élections devaient gagner en intensité avec l’entrée au sein de l’hémicycle du député Baloomoody. « Zot pran macaroni kinn expire pou al donn dimounn kouma bribe electoral », avance le député Baloomoody sans crier gare en direction du ministre Boolell alors que Rajesh Bhagwan présente un mouchoir de couleur mauve en direction de Nita Deerpalsing, tout de rouge vêtue, en vue de la consoler pour la défaite du Ptr.
De son côté, Paul Bérenger préférait taquiner le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques Anil Bachoo, en conversation à voix basse avec le Deputy Prime Minister Rashid Beebeejaun. « Bachoo, Ashock pe pran to plas. Koumsa to feb ! » lance Paul Bérenger. Entre-temps, l’on note la mayonnaise municipale au sein de l’hémicycle avec le nouveau buzzword électoral “macaroni”
d’Arvin Boolell. Ce dernier tente une parade mais est coupé court par Paul Bérenger, qui l’accuse de « voyou électoral ». Le ton monte entre le ministre, piqué au vif, et les membres de l’opposition.
Boolell : Twa ki to ete, twa ?
Bérenger : Briani par isi, macaroni par laba ! To papa ti pou onte dan to plas !
Devant ces premiers échanges chauds, le Premier ministre Navin Ramgoolam, qui a fait son entrée à l’Assemblée nationale, tente de calmer le jeu en faisant des signes de la main de « cool down ». L’arrivée du Speaker pour le démarrage des travaux n’aura qu’un effet éphémère car les échanges autour des élections municipales relégueront au second plan les interpellations du Prime Minister’s Question Time.
Assirvaden : Kot tsunami vou zot !
Bhagwan en direction de Nita Deerpalsing : From Briani to macaroni…
Deerpalsing : Manz to lezo trankil..
Le Speaker tente une première intervention pour essayer de rétablir l’ordre et la discipline afin que les travaux parlementaires puissent démarrer. Mais peine perdue, les parlementaires poursuivent leurs chamailleries ne tenant pas en ligne de compte les directives de la présidence qui laisse percevoir son exaspération.
Speaker : I’m on my feet. I want some silence so that we may start working…
Bhagwan : Navin, to perdi eleksyon, to dir inn gagne… Ki kalite matematik sa?
Speaker : I repeat, silence…
Bérenger (en direction de Navin Ramgoolam) : Dimounn pe riy twa partout. Mo pa ti kwar to pou fini dan sa kalite ridikil la…
Ramgoolam (répondant à Bérenger) : Twa ki dan problem…
Speaker : I want order from either side of the House ! Order !
Boolell : Zot kokin azan…
Cette remarque du ministre des Affaires étrangères est accueillie par des applaudissements des rangs du gouvernement avec des réactions vocales des bancs de l’opposition.
Speaker : I repeat : Order ! Order ! Je ne veux aucune interruption de n’importe quel côté de la Chambre…
Bérenger : Zot donn bribe elektoral…
Speaker : Silence. I see that some members want to go home early today…
Bérenger : Pou al fer shopping macaroni. Bann voyou electoral…
À ce stade, le Premier ministre entame la réponse à l’interpellation du député MSM Mahen Jhugroo au sujet de ses différentes missions à l’étranger depuis le début de l’année. Il souligne l’importance de ces déplacements consacrés à assurer les intérêts de Maurice sur le plan international. « Je ne réponds pas positivement à toutes les invitations officielles que je reçois. Sur les 60 invitations reçues, j’en ai décliné 53 », ajoute Navin Ramgoolam.
Le Premier ministre renvoie le député de l’opposition au site web du Cabinet’s Office pour les détails de ces missions officielles.
Bancs opposition : Pe kasyet…
Jhugroo : Pouvez-vous confirmer le nombre de stop-overs à Londres lors de ces déplacements ?
Ramgoolam : You will be surprised. Il y a la conférence sur la Somalie et une mission à Londres pour discuter du dossier de la revendication de la souveraineté de Maurice sur les Chagos avec nos conseils légaux.
Jhugroo : Combien de stop-overs à Londres ?
Ramgoolam : Trois.
Jhugroo : Peut-il informer à la Chambre pourquoi il ne s’est pas rendu à la conférence de Maputo ?
Ramgoolam : J’avais informé le leader de l’opposition. Je me suis rendu à Londres pour une intervention chirurgicale mineure. J’ai encouru personnellement les frais de ce déplacement.
À une interpellation supplémentaire du député MSM Mahen Seeruttun, Navin Ramgoolam dresse la liste de ses déplacements depuis le début de cette année.
Ramgoolam : D’abord, visite officielle en Inde. Aucun stop-over à Londres…
Bérenger : Nous ne savons jamais…
Ramgoolam : Puis la conférence sur la Somalie qui s’est déroulée à Londres. Ensuite, les célébrations marquant le Diamond Jubilee de la Reine à Londres. Une visite officielle aux Seychelles. Une autre à Londres pour discuter du dossier des Chagos avec nos conseils légaux. Le sommet de la Francophonie…
Le Private Parliamentary Secretary Abdullah Hossen se signale alors avec des remarques sur les élections municipales. Il est vite repris par l’opposition.
Lesjongard : Ta marsan linet ! Ki to pe gagne !
Bérenger : Al met ver fume to fer bien. Ti manke gagn bate yer…
Speaker : Honourable Hossen, I don’t want any interruption.
La situation se détériore avec le député Bhagwan protestant contre des menaces proférées par le PPS Hossen. La tension monte d’un cran.
Speaker : I’m on my feet. I’m not going to tolerate any disturbance from all sides.
Le ministre Boolell est engagé dans des échanges de nature nullement amicale avec le député Baloomoody. À un certain moment, le mot « bachara » est utilisé et le Speaker intervient.
Speaker : Honourable Boolell, Honourable Baloomoody ! Who has used the word “ba-chara” ?
Les deux camps s’accusent et le Speaker revient à la charge en répétant sa question.
Speaker : I’m asking a question. Qui a fait usage de ce mot ?
Bérenger : Boolell is under your nose, you don’t see him.
L’accusation du ministre Boolell selon laquelle le leader de l’opposition serait un menteur alimente les hostilités. Les députés de l’opposition exigent que le ministre des Affaires étrangères se rétracte. Sur l’insistance du député Baloomoody et l’intervention du Speaker, Arvin Boolell fait amende honorable.
Le Prime Minister’s Question Time reprend son cours avec le Premier ministre donnant des détails sur les services offerts par le conseil légal britannique, Me Geoffrey Cox (QC). Ses services ont été retenus par le Directeur des poursuites publiques et l’Attorney General dans 17 cas devant le conseil privé pour des honoraires de £ 223 750 et pour des réclamations au gouvernement de Rs 1,8 milliard dans une affaire de terrain à Le Morne. Les fees sont de £ 42 000. Il ajoutera que Me Geoffrey Cox pratique un discount d’un tiers sur ses honoraires en faveur de Maurice.
Le conseil légal a effectué sept déplacement à Maurice avec des dépenses de Rs 1 million pour les billets d’avion et les frais de séjour. Le Premier ministre a ajouté que Me Cox ne réclame pas de fees quand il prodigue des conseils légaux au téléphone.
Puisque le début de la séance d’hier était marqué par le macaroni des municipales, le traiteur de l’Assemblée nationale n’a trouvé mieux que de servir des pâtes (macaronis) aux parlementaires pour le déjeuner. Le leader de l’opposition a protesté énergiquement contre le menu servi à la salle à manger du Vaghjee Hall.