Certains et non des moindres sur les bancs de l’opposition étaient déjà dans le secret: le Premier ministre allait faire une déclaration au Parlement pour expliquer sa demande pour l’ajournement des travaux au 13 mai, le temps pour lui de tenir des consultations sur la réforme électorale. Et c’est ce qu’il a fait, mardi après-midi après que le Question Time a été bouclé. Dans sa déclaration avant l’ajournement des travaux, le chef du gouvernement a rappelé avoir présenté son document sur la réforme électorale le 24 mars dernier et qu’il avait alors invité tous ceux qui ont des commentaires, des critiques et des propositions à les formuler d’ici le 5 mai. Navin Ramgoolam a indiqué avoir reçu de nombreuses suggestions alors que les dirigeants politiques, eux, se sont exprimés en public à ce sujet et les a tous remerciés pour l’intérêt porté à ce débat.
«The publication of the Consultation Paper has prompted a lively and important debate concerning the matters critical to successful reform and I have been tremendously encouraged by the generally positive reception that this initiative has received», a commenté le Premier ministre ajoutant que «what the events of recent weeks have demonstrated is that the people of Mauritius, when consulted, are very ready and able to engage in a mature and constructive democratic dialogue on an issue of crucial importance to the nation». 
Il a d’ailleurs donné l’assurance que le gouvernement étudiera attentivement les propositions faites et que des réponses seront données en temps et lieu. C’est alors qu’il a annoncé que l’échéance du 5 mai approchant, il allait s’embarquer dans une série de rencontres sur la réforme.
Navin Ramgoolam a annoncé une rencontre avec le leader de l’opposition jeudi 17 avril suivi d’autres entretiens sur un dossier qu’il a qualifié de «complexe» et qui requiert du temps pour être convenablement cerné et ses enjeux bien assimilés, d’où sa demande d’une mise en veilleuse de l’Assemblée nationale jusqu’au 13 mai.
Cette séance du Parlement s’est déroulée dans une atmosphère assez particulière marquée par les tout derniers développements au niveau du Remake 2000. Le MMM a laissé filtrer dans la presse du jour son mécontentement quant à la position prise la veille par Pravind Jugnauth à l’appel de son procès pour conflit d’intérêts dans l’affaire Medpoint. Paul Bérenger n’avait pas apprécié que le leader du MSM adopte une ligne différente de ce qui avait été discuté, à savoir qu’il demande un «early trial». Mais au lieu de cela, c’est une motion pour la radiation des charges qu’il a réclamée et dont la date de l’examen a été fixée au 31 juillet. Cela a visiblement jeté un froid entre les partenaires de l’opposition tandis qu’entre le MMM et le PTr, c’était plutôt relax.
La Private Notice Question du leader de l’opposition qui portait sur le trafic allégué de cadavres qui quittent des maisons de retraite et des hôpitaux pour se retrouver dans des collèges de médecine a, certes, été un échange utile et instructif mais il n’y a pas eu d’étincelle, et Paul Bérenger et le ministre de la Santé, Lormus Bundhoo, jouant le jeu pour identifier les failles du système et tenter d’y remédier.