L’ambiance au sein de l’hémicycle pour la seconde tranche du Question Time a été quelque peu bon enfant. Elle contraste avec les chauds échanges mano a mano du matin entre le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, et la vice-Première ministre et ministre des Administrations régionales, Fazila Daureeawoo, sur le dossier du Mauritius Fire and Rescue Service dans le sillage des sinistres du Shoprite de Trianon et du Bahemia Building, à Port-Louis. Par contre, le ministre de la Pêche, Prem Koonjoo, n’a pas eu la partie facile avec les séquelles sur l’environnement marin à travers le démarrage de projets d’aquaculture. Il a en effet eu toutes les peines du monde à convaincre l’opposition qu’aucune prolifération de requins n’interviendra avec le développement de ferme d’aquaculture en pleine mer. Il a aussi pris à contre-pied ceux qui défendent la thèse que le stock de poissons dans cette partie de l’océan Indien est en régression. Toutefois, le ministre Koonjoo s’est voulu rassurant sur le chapitre de la demande de dérogation de l’Union européenne pour un approvisionnement de quelque 4 000 tonnes de thon en vue d’alimenter les conserveries avec la mise en pratique d’un système de quotas de pêche dans l’océan Indien.
Avec l’avènement de la privatisation des centres de fitness de véhicules, le “Failure Rate” a enregistré un bond de 0,4% à 12,4%, soit d’un véhicule sur huit. Néanmoins, le député du MMM Veda Baloomoody a atténué les ardeurs en révélant qu’un véhicule, qui avait échoué le contrôle le matin à Forest-Side, avait obtenu son “Fitness” l’après-midi, et ce sans aucune réparation.
La séance d’hier a également vu les ministres suppléants jouer des rôles de premier plan. Le Deputy Prime Minister Ivan Collendavelloo a remplacé le Premier ministre, Pravind Jugnauth, en mission, tandis que le ministre Etienne Sinatambou a suppléé son collègue aux Infrastructures publiques, Nando Bodha. Le ministre Sunil Bholah s’est retrouvé une nouvelle fois au Logement et aux Terres, occupé par Mahen Jhugroo, pour la deuxième semaine consécutive, au point où le député du MMM Adil Ameer Meea s’est interrogé au sujet de la nature de la mission officielle entreprise. Les autres ministres absents de l’hémicycle étaient Vishnu Lutchmeenaraidoo, également en mission, et Anil Gayan, qui a eu la douleur de perdre sa mère hier.
La Parliamentary Question inscrite au nom du député travailliste Ezra Jhuboo, sur le projet d’aquaculture au large de la côte Ouest, a suscité des échanges passionnés. D’ailleurs, deux ministres, Etienne Sinatambou pour l’environnement et Prem Koonjoo pour la pêche, se sont empressés de répondre à cette interpellation. Mais c’est au final Prem Koonjoo qui a eu le dernier mot. Le député s’intéressait aux objections de l’Association des hôtels et des restaurants de l’île Maurice et autres Ong contre le projet pilote de la société Growfish Ltd.
Le ministre de la Pêche a confirmé que cette société a bénéficié d’une EIA Licence pour un projet d’aquaculture le 6 octobre dernier. Vingt-quatre conditions sont attachées à cette licence. « L’AHRIM avait soumis une requête à mon ministère en vue de convoquer une séance de travail pour obtenir des éclaircissements. La réunion avait été fixée le 17 juillet dernier en présence des représentants de l’AHRIM, de Growfish et du Board of Investment. Au cours de ces consultations, Growfish a signifié son intention de ne pas aller de l’avant avec le projet au large du Morne, tout en optant pour des sites connus comme Bambous I et Bambous II », a fait comprendre le ministre dans sa réponse liminaire, en donnant des indications sur la distance des sites proposés.
« Après l’octroi de l’EIA Licence, l’AHRIM et d’autres parties intéressées ont saisi les instances compétentes pour contester le projet de Growfish, et il ne serait pas approprié de révéler d’autres informations à ce stade », a ajouté Prem Koonjoo.
Ezra Jhuboo : Le ministre est-il conscient que l’industrie du tourisme génère quelque Rs 68 milliards de recettes brutes avec quelque 100 000 emplois. Growfish ne va créer que 500 emplois et nous ne savons pas même son chiffre d’affaires. Croit-il que nous devrions prendre un tel risque pour le tourisme avec des projets d’aquaculture, et ce sans aucune évaluation des risques ??
Prem Koonjoo : Ce que l’on ne veut pas comprendre, c’est que le développement de l’aquaculture prend de l’ampleur dans le monde entier. Pas plus tard que le week-end dernier, j’étais en Afrique du Sud et tout le monde ne parle que d’aquaculture. Ou si vous voulez de la “Blue Economy”. Nous avons pris la décision de faire de l’économie bleue un des piliers du développement économique à Maurice. Actuellement, beaucoup de pays dans le monde sont affectés par la famine. Food security is very important in the world. People are talking abour aquaculture. En cinq ans, les prises vont passer de cinq à 45 tonnes. It’s good for the people. People will earn money. They will have jobs.
Jhuboo : Le ministre a fait état de Bambous I et de Bambous II pour l’installation de cages. Mais il y a des risques de prolifération de requins dans les environs. L’EIA Licence fait-elle provision pour l’installation de filets anti-requins dans la région de Flic-en-Flac ??
Koonjoo : This is a rumour in Mauritius. (S’adressant aux députés du PMSD) The day they left government, the next day they started talking about sharks and shark attacks…
Perraud : Sa mem linn donn permi so neve.
Speaker : Mrs Perraud…?Koonjoo : Il n’y a aucune preuve d’attaques de requin à Maurice.?Bérenger : Zot tou dan gouvernma.
Koonjoo : Rekin moustas pe rod rekin… This is only a rumour. We don’t want anyone to be afraid of sharks. Depuis l’indépendance en 1968, il n’y a eu aucune attaque de requin à Maurice.
Adrien Duval : Le ministre est-il au courant qu’à Grand-Gaube, dans les parages du projet d’aquaculture, des requins extrêmement dangereux, ceux qui ont fait des victimes à La Réunion, ont été aperçus ?? Is he aware of this incident ?
Koonjoo : I’ll ask the Honourable Member to come with a substantive question, I’ll give all the details.
Adrien Duval : Bizin met file isi mem. Ena tro boukou rekin…
Ramful : Pour les besoins de la licence, tout promoteur doit soumettre un Ecological Impact Assessment. Est-il disposé à déposer sur la table de l’Assemblée nationale les rapports relatifs dans tous les cas de permis déjà octroyés ??
Koonjoo : There is no problem.
Ganoo : Peut-il informer la Chambre s’il y a eu des protestations à l’effet que les sites de Bambous I et de Bambous II sont des endroits privilégiés pour la pratique de la plongée et du “snorkelling” ??
Koonjoo : Pour la région du Morne, il y a eu des protestations. Les promoteurs ont préféré “shifter” du Morne à Bambous I et Bambous II.
Le même député travailliste semble se spécialiser dans des dossiers ayant trait au développement de la pêche. Il a soumis le ministre Koonjoo à un feu roulant de questions sur le projet de LHF Marine Development Ltd, à Bain-des-Dames. Il voulait savoir si le projet était encore valide, la date de la mise en opération de la conserverie, de même que les conditions de bail du terrain alloué.
Prem Koonjoo a confirmé que cette société avait soumis une demande depuis le 30 juin 2013 pour un “Fisheries Project” avec la mise en place de l’infrastructure pour un port de pêche de même que l’opération de cinq à dix “Purse Seiners” à partir de Port-Louis. Une “Letter of Intent” a été octroyée en faveur des promoteurs le 1er août 2014 avec, comme condition, que l’aval de la Mauritius Ports Authority soit obtenu pour un terrain de 4,4 hectares pour le projet. Le terrain avait été identifié par la MPA et alloué le 14 septembre 2015. Mais en quatre occasions, le promoteur avait réclamé une extension pour la soumission des informations.
« Comme le promoteur n’avait pas été en mesure de soumettre les informations réclamées, le délai expirant au 13 septembre pour le projet de port de pêche n’a pas été reconduit. D’autre part, au 19 avril dernier, la société LHF Marine Development Ltd avait soumis une requête pour l’opération de six bateaux de pêche. Nous sommes dans l’attente d’un Survey Report des autorités compétentes en Chine avant de décider » de la marche à suivre, s’est appesanti le ministre.
Jhuboo : Peut-il informer la Chambre si le bail sur le terrain alloué à cet effet a été résilié ??
Koonjoo : I can’t say exactly. The offer has fallen because they are not serious. There have been extensions and they never responded.
Jhuboo : Les autorités ont sollicité une dérogation pour 4 000 tonnes de thon de la part de l’Union européenne en vue d’approvisionner les conserveries de Maurice. Maintenant, nous allons accorder des permis de pêche à des bâtiments étrangers compte tenu du manque de poissons dans la région. Y a-t-il une évaluation de la situation avant d’accorder ces permis? ?
Adrien Duval : Kot li pou kone…?Koonjoo : Can the Honourable Membre come with a substantive question. Cette affaire de manque de poissons dans l’océan Indien n’est pas fondée. Pour ce qui est de la dérogation, tout ce que nous savons, c’est que la demande est en bonne voie.
Bhagwan : Le ministre est-il au courant que des directeurs de LHF Marine Development Ltd font l’objet d’enquêtes de l’Independent Commission against Corruption et de la police ?
Adrien Duval : The Honourable Minister seems to be out of touch with the reality. Tout le monde est conscient de la baisse de stocks de poissons, sauf le ministre. Devant cette réduction, se propose-t-il de recommander aux autorités de revoir la politique pour protéger les stocks ??
Speaker : This has nothing to do with the question. Come with a new question.
Baloomoody : Des travaux ont déjà démarré. Des pêcheurs ont été interdits dans la région en question. Que va-t-il se passer maintenant ??
Koonjoo : Come with a new question, I’ll answer.
En l’absence de Nando Bodha, Etienne Sinatambou a révélé au député Ritesh Ramful qu’avec la privatisation du “Fitness” confié auparavant à la National Transport Authority, de novembre de l’année dernière au 31 octobre dernier, 192 343 véhicules ont été contrôlés. Avec un “Failure Rate” de 12,4%, pas moins d’un véhicule sur huit a été recalé au contrôle New Look, soit 9,2% à Cassis, 12,4% à Forest-Side et 13,8% dans l’est. Avant l’Opération Vidange à la NTA et la privatisation, quasiment tous les véhicules passaient le contrôle, avec un “Failure Rate” de 0,4%.
Ramful : Compte tenu de la situation qui prévalait à la NTA, il avait été question de faire installer des caméras vidéo dans l’enceinte des centres de fitness. Peut-il nous dire si tel a été le cas ??
Sinatambou : I don’t have the exact answer. Avant la privatisation, le contrôle des véhicules était assuré de manière visuelle. Les données à la NTA confirment que le “Failure Rate” était de 0,4%. Maintenant, avec le nouveau système de contrôle adopté et les équipements utilisés, there has been a substantive increase in the failure rate. I’ll pass on the message on the CCTV cameras to the substantive minister.
Baloomoody : Le ministre peut-il confirmer si le contrôle dans les trois centres est standard ?? Je suis en présence d’un cas. Je suis disposé à fournir tous les renseignements sur ce cas d’un véhicule qui avait échoué au contrôle à Curepipe dans la matinée mais qui a obtenu son “Fitness” à Cassis l’après-midi, et ce sans aucune réparation. I’m prepared to give all the details.
Sinatambou : He should give all the détails. Le contrôle de véhicules se fait sur la base de “Clear Technical Guidelines” émis par la NTA aux trois centres privatisés.
D’autre part, la victime du “Lalang Gate” a rapporté à la police trois cas contre l’ancien Private Parliamentary Secretary Kalyan Tarolah. C’est ce qu’a révélé le minister mentor, sir Anerood Jugnauth, à une interpellation du député Reza Uteem. « Enquiries which have been initiated are still on-going and no person has been arrested so far », a-t-il déclaré.
Uteem : Les allégations ont été formulées contre Kalyan Tarolah il y a quelque temps et l’ancien PPS a déjà été entendu par la police. Est-il en possession d’informations, vu la gravité du délit, qui est une “Arrestable Offence”, à savoir pourquoi le commissaire de police, Karl Mario Nobin, n’a pas cru nécessaire de procéder à l’arrestation de ce suspect ??
SAJ : Je ne crois pas qu’il serait juste d’interpeller une personne sur la base d’une simple plainte.
Uteem : Mais dans le cas des allégations d’un ancien vice-Premier ministre, le couple Ruhomally avait été interpellé, l’époux ayant eu une crise cardiaque en cellule. Why the double standard ??
SAJ : I can’t answer for the past. There must have been evidence.
Bhagwan : Peut-il donner la garantie qu’il n’y aura pas de “Cover-Up” dans cette affaire ??
Opposition : Finn fini ena “Cover-Up”.
SAJ : I don’t control anybody in this House.
Baloomoody : Puisque cette affaire a pour source l’hémicycle, peut-on savoir si des dépositions ont été consignées par la police ??
Speaker : You can’t put question to the Speaker…
Baloomoody : Has any statement been recorded ?
De son côté, l’ex PPS Tarolah, qui avait déposé une PQ à l’ordre du jour, a pris la décision de la faire retirer. Il aurait probablement eu vent de la protestation qu’avait préparé l’opposition contre lui.